Corse Net Infos - Pure player corse

France : 57 Italie : 0. Il n'y avait pas photo...


Rédigé par le Samedi 24 Février 2018 à 20:10 | Modifié le Dimanche 25 Février 2018 - 01:12


Ce match du tournoi des 6 Nations féminin de Rugby qui a vite tourné à l'avantage de la France s'est déroulé devant une bonne assistance en ce samedi soir plutôt frais à Furiani. De quoi donner des idées et à la FFR et à la ligue corse de rugby.


Le premier essai de Banet. Il sera suivi par beaucoup d'autres…
Le premier essai de Banet. Il sera suivi par beaucoup d'autres…
Stade de Furiani, Six Nations Féminin
France : 57  Italie : 0 (38-0)

France : 8 essais Banet (8, 5), Trémoulière (30), M. Ménager (35, 76), Sochat (40), Rivoalen (73), Bourdon (80), 7 transformations Trémoulière (9, 16, 31, 36, 40+1, 70, 73, 80+1), 1 pénalité Trémoulière (24)
Carton jaune : Furlan (40) pour l’Italie, Carricaburu (54) pour la France

5 004 spectateurs
Arbitre : Rose Labreche (Canada)


France
Trémoulière – Boujard, Niesen, Boudaud (Vernier, 64), Banet (M. Ménager, 30) – (o) Drouin (64), (m) Bourdon – Lecat (Duval, 59-64), Hermet (cap), Mayans (R. Ménager, 55) – N’Diaye (Forlani, 48), Ferer – Duval (Carricaburu, 44), Sochat (Soloch, 69), Thomas (Arricastre, 48)
 
Italie
Furlan – Stefan (Muzzo, 64), Sillari, Rigoni, Magatti – (o) Madia (Busato, 69), (m) Barattin (cap) – Franco (Veronese, 64), Locatelli, Arrighetti – Duca (Pagani, 73), Pillotti (Coltellini, 49) – Merlo (Turani, 70), Bettoni, Giacomoli (Durante, 75)
 

Cette soirée a débuté par un moment fort qui sera sans doute apprécié à sa juste valeur par tous ceux qui ont été marqués par le 5 Mai 1992.
Bernard Laporte, le président de la Fédération française de rugby, qui ne doit pas être étranger au choix du stade Armand-Cesari pour ce France-Italie, a, en effet, déposé une gerbe au pied de la stèle qui, à deux pas de l'aire de jeu, perpétue le souvenir de cette tragique soirée.
Pour le reste et comme l'on pouvait s'y attendre, il n'y a pas eu photo sur la pelouse de Furiani. La France n'a pas eu vraiment à forcer son talent pour prendre la mesure de l'Italie.
Dès le coup d'envoi les Françaises ont pris le jeu à leur compte et sont installées dans le camp de leurs adversaires où elles n'ont pas tardé à porter les premières estocades.


Restait à savoir comment les Transalpines, bonnes dernières de ce tournoi des 6 Nations, allaient bien pouvoir résister.
Furiani, qui par moments avait des accents comparables à ses belles soirée de football, n'allait pas tarder à être fixé.
En effet après la percée de Drouin, annihilée par l'arbitrage vidéo, et la mêlée qui suivit, le ballon volait jusqu'à Banet qui aplatissait en coin.
Dans la foulée Tremoulière ne ratait pas la transformation.
Cinq minutes plus tard, le même duo contribuait à faire évoluer le tableau d'affichage : Banet aplatissait, encore en coin et Trémoulière transformait.
Et la France, supérieure dans tous les domaines, menait 14 à 0 après seulement un quart d'heure de jeu.
Et les affaires ne s'améliorait pas pour le XV Italien qui concédait encore trois points à son adversaire après le troisième coup de pied au but réussi par Tremoulière puis qui ne pouvait pas davantage s'opposer à la percée de la même Trémoulière.


Ça commençait à devenir lourd pour l'Italie qui n'avait plus grand chose à opposer aux coéquipières de Gaëlle Hermet qui, à l'image de Marine Menager, n'arrêtaient pas leur marche en avant. 
La mêlée française en faisait de même. Elle permettait même à Sochat d'aller marquer en force.
Et comme Tremoulière connaissait toujours le même taux de réussite, les Italiennes rentraient aux vestiaires la tête basse et avec 38 points dans la musette !


C'est la raison pour laquelle elles abordèrent la seconde période avec davantage détermination.
Du coup le XV français parut moins à l'aise.
Mais si les transalpines jouèrent certes plus souvent dans le camp opposé, elles ne parvinrent jamais à trouver la faille.
Ce fut au contraire la France qui enfonça le clou par Rivoalen, par Marine Menager puis par Bourdon pour finalement l'emporter sans coup férir (57-0) !
Ce ne sera pas la même histoire dans 15 jours face à l'Angleterre.
Mais la perpective du Grand Chelem peut donner des ailes aux partenaires de Hermet.

L'équipe de France : Un  très large succès.
L'équipe de France : Un très large succès.

Bernard Laporte s'est recueilli devant la stèle de Furiani
Bernard Laporte s'est recueilli devant la stèle de Furiani

France : 57 Italie : 0. Il n'y avait pas photo...





Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 9 Décembre 2018 - 13:19 Incidents de Bastia : Huit personnes en garde à vue

Rugby | Echecs | Autos Motos | Cyclisme | Autres sports