Corse Net Infos - Pure player corse


Du Vercors à la Corse, d’Ukraine au Groenland, le bel univers musical de Cora Laba


Philippe Jammes le Mercredi 10 Juin 2020 à 07:48

Elle vit au fil de l’eau dans son bateau amarré au Vieux Port de Bastia. Cora Laba, de son vrai nom Cora Labaeye, puise ses racines corses dans le massif de Bavella où vivait son grand-père maternel. Mais Cora connait aussi le massif du Vercors où elle a grandi.




Dès 7 ans Cora rêve de scènes. Passionnée de théâtre elle met alors en scènes des contes, puis s’inscrit à des ateliers de théâtre à Saint-Nizier-du-Moucherotte. La rencontre avec la chanteuse Cécile Voltz est pour elle une révélation. Elle a alors une quinzaine d’années. «C’est à ce moment là que j’ai compris que je pouvais aussi chanter » explique Cora. «Je reprenais des chansons du monde, en toutes les langues. Je savourais ce partage des cultures ». Après de nombreuses créations à la bibliothèque de Grenoble, des tournées et des concerts avec notamment le groupe de 5 chanteuses « Crise Carmen », Cora qui suit parallèlement des études de sociologie, monte à Paris (2010) pour s’inscrire dans une école de musique. Mariée, en 2013, elle suit son mari en Ukraine. Un pays alors en pleine révolution. «C’était l’hiver, j’habitais place Maïdan à Kiev. C’était des barricades, des flammes, du rouge, des gens en masse, une énergie débordante. C’est cette histoire là qui, à mon retour en France, a été le ferment d’un solo reprenant un répertoire actuel en russe et en ukrainien. Sans vouloir raconter au premier degré cette révolution, je voulais en donner des effluves, faire part d’une  énergie folle, d’un moment de l’histoire où tout devient dense, fragile, intense, possible et impossible ».
Souhaitant changer de rythme, elle déménage à Bastia où le hasard fait qu’elle réalise le rêve qu’elle avait révélé à son père : vivre sur un bateau ! Port Toga est donc son nouveau lieu de résidence. Mais d’autres résidences, de chanteuse cette fois, elle en fait aussi de temps à autre à Paris.
Une autre rencontre va être pour elle une nouvelle révélation : le monde de la glace qu’elle découvre avec une spéléologue, en Suisse. «J’ai découvert sous terre un espace de résonnance. J’étais fascinée. Cela m’a poussé à expérimenter les sons en milieu naturel ». Et le hasard…. De retour à Bastia, un ami lui apprend qu’un bateau immatriculé à Bastia était parti pour l’Arctique. «Le Manguier», un ancien remorqueur de la Marine Nationale, appartenant à Philippe Hercher, sillonne l’Alaska et le Groenland et propose depuis peu à des artistes de venir à bord s’inspirer du cadre et de la résonnance de la banquise. «En 2018, la 2ème année de cette opération intitulée Artistes en Arctique,  j’ai pu aller à bord de ce bateau qui abrite 4 artistes en même temps, des artistes de disciplines différentes afin qu’il y ait des échanges, des passerelles qui se jettent entre eux ».  C’est non loin de la baie de Disko au Groenland que Cora peaufine son projet d’album. «J’avais jeté les bases de ce cd en Ukraine et ici, en Corse. Des mélodies naissent de mes marches. Puis comme le mot m’est familier, ils viennent vite et se collent à la mélodie, ou l’inverse». Cet album « Des Rivières en hiver » qui comprend 12 très belles chansons est donc le fruit de 5 années de vie artistique en Corse, en Ukraine, à Paris, sur la banquise où elle retournera d’ailleurs une deuxième fois, en 2019, en tant que second capitane. A partir de 2018, elle poste numériquement le 21 de chaque mois un titre original, inspirés en partie de sa résidence en arctique pendant le passage de l’hiver au printemps.«21 est symbolique pour plusieurs raisons. C’est la date de changement de saison, solstice ou équinoxe. 21 c’est aussi le pourcentage de l’oxygène dans l’air». Sorti sous format numérique* en janvier dernier, le CD est désormais disponible en version « normale », produit par Cora elle-même avec de jolies illustrations de Marie Taquet. «Avec la technologie moderne on peut désormais enregistrer pratiquement où l’on veut. J’ai ainsi enregistré dans un champ, sur la banquise et dans un studio. Pour la réalisation, j’ai reçu l’aide d’un musicien ukrainien, Yuri Hustochka ». Mais déception, en raison de la pandémie, les tournées de présentation de l’album prévues dès le mois de mars ont été annulées dont le « show case » de l’association bastiaise Le Rezo, fixé le 12 mars au Centre Culturel Una Volta. «J’espère me rattraper cet été où j’ai prévu, jusqu’à l’automne,  des tournées dans des cours et des jardins, des concerts privés dans tous types de lieux. Je me produirai soit en solo avec mon clavier, mes pédales looper et boîtes d’effets qui me permettent de modeler à l’envie ma matière vocale, soit en duo avec un percussionniste, Antoine Banville. Avec sa percussion électro-organique et sa connaissance très large des musiques du monde, c’est un compagnon de scène idéal pour aller plus loin dans l'expérience du live, ouvrant aussi des espaces d'improvisation précieux ». Cet été vous pourriez donc peut-être croiser cette chanteuse à la voix envoutante en Castagniccia, à Porto, Sisco, Marignana et même sur le continent. En octobre elle se livrera enfin à son public d’Una Volta (À ne pas manquer !). Si la volonté de faire connaitre son album au public est sa première actualité, Cora ne manque pas de projets. «J’ai aussi envie de passer à autre chose mais il me faut quand même faire vivre cet album. J’ai un projet d’un autre album mais dans un autre concept. Une nouvelle façon de travailler grâce à une rencontre  avec une auteure compositrice interprète, Marie-Cécile Hanin. On a créé un duo appelé « Warria Magda », clin d’œil à la chanson Marie Magda qui figure sur mon cd. On a déjà expérimenté notre duo en Californie et on s’est bien amusées ». En projet aussi le tournage du clip de la chanson « Homme oiseau », apologie de la liberté de l’homme et de la femme, dans son bateau et à Nonza. Ce CD révèle toute la sensibilité de Cora Laba à travers des chansons inspirées par la nature, l’eau notamment dans sa forme de glace pour ses qualités de résonances sonores et philosophiques. On y trouve aussi un poème d’Arthur Rimbaud : «Rêvé pour l’hiver ».  Un poète qui inspire Cora comme aussi Marguerite Duras, Jean Giono, Italo Calvino, Jorn Riel, Romain Gary, Virginia Woolf, Elisée  Reclus, Odysseus Elytis, Emily Dickinson, Jacques Rebotier …
CNI vous propose en vidéo un florilège de ces belles compositions… mais ne ratez pas son passage sur scène si vous en avez l’occasion. Trop beau !
 
* https://coralaba.art
 
 





Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 12 Juillet 2020 - 16:23 Stéphanie Paoli : l’art du jeans en héritage

L'actualité | Municipales 2020 | Politique | Football | Sports | Culture | PAROLES | I santi | L'anniversari | Diaspora | iPhone | Avis de décès | Carta Bianca | A Table ! Les recettes des lecteurs | Tocc’à voi | Annonces judiciaires et légales














    Aucun événement à cette date.



Newsletter


Galerie
Manif Ajaccio.12
Manif Ajaccio.11
Parking Gaudin
Parking Gaudin
Cinéma Ellipse
Cinéma Ellipse
IMG_9423
Donation Lazaret ajaccio.5
1
Inondations Ajaccio.17
Soignants Bastia
Hôpital Ajaccio
Inhumation Guy Bedos
IMG_9304
Citadelle Ajaccio.12
IMG_2047