Corse Net Infos - Pure player corse

Droit de réponse à l'article sur Girolata :"Le village, de fait, est en état de mort clinique"


Rédigé par Maria-Serena Volpei Aliotti le Samedi 18 Août 2018 à 18:10 | Modifié le Mardi 21 Août 2018 - 01:15


Après lecture de l'article paru sur CNI le 6 août 2018 et intitulé '' Girolata : quelles solutions pour maîtriser la gestion des flux touristiques ? '', l'association ''A Paisana'', ancrée sur la commune d'Osani-Curzu-Ghjirulatu et ayant pour but de défendre la qualité de vie des habitants, a décidé d'apporter quelques précisions et commentaires.


" Une prise de conscience semble s'opérer quant à la situation de Ghjirulatu, relayée par de nombreux articles dans tous les médias.

Nous sommes passés en quelques mois de « Girolata : du nouveau au pays des merveilles », à  « Girolata pourrait bien être victime de son succès » ou encore « Patrimoine en danger ! Voilà comment l’Agence de Tourisme de la Corse qualifie cette situation ». (articles CNI du 04-10-2017 et du 06-08-2018)

Le village était présenté en octobre 2017 comme une sorte d'utopie : un lieu où l'écologie, les innovations technologiques (station d'épuration hyper moderne) et l'économie locale s'accordaient pour le bien de tous... Dix mois se sont écoulés et chacun constate dans les médias le changement de tonalité, comme de discours, notamment de la part de Mr François Alfonsi, maire de la commune.
 

Suite à l'article du 6 août dernier, précisons que :
- S'il est vrai que nous disposons d'eau de façon suffisante grâce à la nappe phréatique, les analyses du 5 juillet 2018 de l'Agence Régionale de la Santé (ARS) établissent que cette eau est impropre à la consommation, constat récurrent depuis plusieurs années : 
''Eau d'alimentation non conforme aux exigences de qualité. La présence de germes en nombre important impose une surveillance renforcée.''

- Les eaux de baignade sont à peine mieux loties car, malgré la récente station d'épuration, elles font partie cet été des deux seules à être classées de qualité « suffisante », c'est-à-dire en troisième catégorie, alors que toutes les autres eaux de baignade de Corse du Sud sont classées « excellentes » (source du site officiel http://baignades.sante.gouv.fr).


Ponton des bateaux.
Ponton des bateaux.
La problématique de la ''gestion des flux touristiques'' et des ''seuils de saturation'' est également d'actualité dans ce domaine (CNI du 6 août 2018) : 86 bateaux de plaisance à l'amarrage le soir et jusqu'à 80 débarquements de vedettes à passagers aux pontons dans la journée.

Site inondé
Site inondé

- S'agissant des douches et des WC publics, ils ont été construits sur un terrain notoirement inondable situé en bordure de plage. La municipalité en a fait l'acquisition en connaissance de cause et le montant des travaux effectués sur site (STEP + Poubelle + WC + Douches) s'élevait à 1 993 260 euros à l'automne dernier (source : article CNI du 4 octobre 2017).

 

 


Encombrants
Encombrants
- Le traitement des ordures ménagères pose question.
Elles sont stockées en amont du village à moins de dix mètres du lit d'un des deux cours d'eau qui alimentent la nappe phréatique.
Faut-il y voir un rapport de cause à effet avec la pollution de l'eau évoquée plus haut ?

Le transfert de la gestion de cette décharge à la Communauté de communes Spelonca-Liamone a tout du cadeau empoisonné du fait du coût des rotations par hélicoptère. Nous ignorons qui évalue le poids des ordures ménagères, mais parmi les ''5 tonnes d'encombrants'' qui stationnent sur place (article CNI du 6 août), certains tracteurs ou quads sont présents depuis des années et seront assurément ''pris en charge'' par la rouille avant d'être enfin évacués.
Ajoutons que le système d'arrosage supposé humidifier le compost en formation n'a que peu fonctionné depuis son installation et est actuellement hors service : la partie organique des ordures pourrit à l'air libre avec les conséquences olfactives que l'on devine.

- Le port a été créé en 2006, l'objectif annoncé était de financer la station d'épuration (STEP), ce qui semblait opportun : la fréquentation des bateaux a toujours été effective sur plusieurs mois chaque année. Malgré cela, l'assainissement, la STEP, les douches, WC et locaux techniques ont été payés grâce à des subventions pour une part, c'est-à-dire par le contribuable, mais également par des emprunts de la commune d'Osani-Curzu-Ghjirulatu. (voir article CNI d'octobre 2017)
L'eau du robinet est vendue par la capitainerie 0,10€/litre, contre 0,14/litre d'eau potable en grande surface. Les plaisanciers sont-ils informés de sa non-potabilité évoquée plus haut ?

Les employés du port sont qualifiés dans l'article ''d'enfants du village'', ce qui supposerait un enracinement. Si être ''enfant du village'' consiste pour nombre d'entre eux à travailler à la capitainerie et à être inscrit de façon quasi systématique sur les listes électorales, alors toute personne passant à Ghjirulatu en quête d'emploi, aura l'espoir de s'y ''inventer des origines''... Rappelons néanmoins que les racines sont le fruit du passé et non pas de la volonté que l'on a d'investir un lieu pour y travailler ponctuellement.
 
Evoquons pour terminer la restauration du fortin :
Elle s'impose, en effet, mais il y a fort à parier que la visite de ce monument, pour attractive qu'elle soit, sera un vecteur supplémentaire d'envahissement, car le mal dont souffre le site se nomme surfréquentation et l'enjeu actuel est la survie de Ghjirulatu en tant qu'entité écologique. Cela prime sur tout le reste et doit d'urgence être pris en compte : la population n'est pas multipliée par 7 en période estivale (CNI 6 août 2018), mais passe d'une moyenne de 7 à 8 habitants l'hiver à environ 2000 personnes quotidiennement sur site l'été.
 
Le village, de fait, est en état de mort clinique et ses authentiques ''enfants'' ne reconnaissent plus ce qui fut un paradis... leur paradis."



L'actualité | Politique | Football | Sports | Culture | PAROLES | I santi | L'anniversari | Diaspora | iPhone | Avis de décès | Le courrier des lecteurs | A Table ! Les recettes des lecteurs