Corse Net Infos - Pure player corse

Contrôles des déclarations de surfaces 2017 : La mise en garde de la FDSEA et des JA de Haute-Corse


Rédigé par le Dimanche 24 Juin 2018 à 19:04 | Modifié le Dimanche 24 Juin 2018 - 20:13


"La FDSEA et les JA de Haute-Corse mettent en garde les services de l’Etat sur les conséquences que ces contrôles visiblement trop zélés peuvent avoir sur l’économie de montagne" déclarent-ils dans un communiqué commun


Contrôles des déclarations de surfaces 2017 : La mise en garde de la FDSEA et des JA de Haute-Corse
La FDSEA et les JA de Haute-Corse faisant suite à la réunion de présentation à la DDTM 2B, ce jeudi 21 juin 2018 portant sur le bilan des contrôles des déclarations de surfaces 2017 tiennent à informer l’ensemble des agriculteurs et des corses en général sur les résultats de ceux-ci.
  • ­  Alors que la Corse de l’intérieur est désertifiée, à l’état d’abandon économique social et administratif depuis de trop longues années,
  • ­  Alors que le problème du désordre foncier n’est toujours pas réglé, notamment à travers une mesure d’Aménagement Foncière telle qu’elle a pu exister en plaine orientale dans les années 60-70,
  • ­  Alors que notre système pastoral méditerranéen n’est toujours pas reconnu par l’Europe et finalement assez peu défendu par la France.

La FDSEA et les JA de Haute-Corse mettent en garde les services de l’Etat sur les conséquences que ces contrôles visiblement trop zélés peuvent avoir sur l’économie de montagne.

Attention, il ne s’agit pas pour nous de défendre ces nouveaux agriculteurs qui par opportunisme financier ont déclaré des surfaces qu’ils n’exploitent pas et qu’ils ont même, quelque fois, mises en doublon avec les surfaces d’authentiques agriculteurs.
Par ailleurs ces déclarations de surfaces opportunistes utilisent l’enveloppe Corse censée mettre « l’exploitation Corse » au même niveau d’aide que « l’exploitation Française moyenne ». On constate aujourd’hui par ce fait, que le but est loin d’être atteint.

Ainsi sur les 250 000 hectares de surfaces agricoles déclarées aujourd’hui en Corse, l’Etat n’a pas contrôlé un seul mètre carré sur l’opportunité de ces déclarations, en vérifiant notamment, la concordance avec la réalité de l’exploitation : nombre d’animaux, production, passage à l’abattoir etc...

Or, ce travail n’ayant pas été fait, l’Etat cherche à se rattraper en effectuant un contrôle sur la « qualité » des surfaces déclarées, absence ou présence d’herbe constatée, remettant en cause, sur ce critère, notre système pastoral ancestral.

Le risque étant la destruction d’authentiques exploitations pastorales qui représentent l’immense majorité de nos exploitations.

La FDSEA et les JA de Haute-Corse appellent leurs adhérents à rester mobilisés pour défendre l’injustice d’une incompréhension qui n’a que trop durée.

La FDSEA et les JA de Haute-Corse n’accepteront pas que nos exploitations les plus modestes et les plus authentiques perdent un seul DPB.

 




A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie