Corse Net Infos - Pure player corse

Conflits à l'hôpital de Bastia et de Castellucciu : L'ARS lâche du lest


Rédigé par le Mardi 31 Octobre 2017 à 22:06 | Modifié le Mardi 31 Octobre 2017 - 22:29


La grève de la faim de la CGT-Santé à l'hôpital de Bastia, l'occupation des locaux de l'ARS par le STC de l'hôpital de Castellucciu : le brutal accès de fièvre constaté dans les deux structures, malades de longue date, a amené Gilles Barsacq, directeur de l'agence régionale de la Santé de Corse, à effectuer certaines annonces et mesures en faveur des deux hôpitaux. Sera t-il entendu ? "A ce stade, l’ARS souhaite que toutes ces propositions à la fois financières, de méthode mais apportant aussi des réponses à court terme soient de nature à nourrir un dialogue constructif avec l’ensemble des communautés hospitalières et des partenaires sociaux" souligne t-il, en conclusion de sa communication.


Conflits à l'hôpital de Bastia et de Castellucciu : L'ARS lâche du lest
Suite aux mouvements sociaux apparus en Corse dans le domaine de la santé ces derniers jours, concernant les hôpitaux de Castelluccio et de Bastia, l’ARS de Corse, attentive aux conditions d’accueil des patients et aux conditions de travail de la communauté hospitalière, souhaite objectiver les différentes demandes en matière immobilières, et pour cela s’engage à lancer les travaux d’un schéma directeur régional s’appuyant sur une actualisation des programmes pluriannuels de travaux des hôpitaux de Corse.
  • S’agissant de l’hôpital de Bastia, il bénéficie depuis 2014 d’un accompagnement pour sa rénovation d’un montant de 29 millions d’euros concernant la mise en conformité de l’établissement et la reconstruction des blocs opératoires. L’ARS confirme que cette dernière opération (à hauteur de 11 millions d’euros) démarrera en décembre 2017.
Parallèlement, compte tenu de ses difficultés, l’établissement est accompagné en crédits de trésorerie : 7,9 millions d’euros versés à ce jour à l’établissement sur l’année 2017 auxquels s’ajoutent les financements concernant les surcoûts liés à l’insularité (0,5M€) et les dotations nouvelles du Fonds d’Intervention Régional (FIR) pour 0,6 M€.
Pour répondre aux demandes formulées par la délégation de la CGT de poursuivre cette politique de rénovation immobilière chiffrée à 20M€ ou 40M€ sur 5 ou 10 ans, l’ARS se propose de financer un apport en ingénierie à l’hôpital de façon à approfondir, hiérarchiser  et phaser les différentes priorités. L’actualisation de ce programme pluriannuel d’investissement (PPI) alimentera le schéma directeur régional précité.
D’ores et déjà, compte tenu des besoins urgents de l’hôpital, il a été obtenu :
  • La confirmation par le Ministère du versement accéléré d’une subvention attendue par l’établissement de 3M€,
  • Une enveloppe de 200 000 euros sur le fonds d’intervention régional permettant de répondre aux besoins de renouvellement d’équipements médicaux formulés par la communauté médicale,
  • Enfin, le complément de crédits de trésorerie qui sera nécessaire en fin d’exercice.
           
  • Pour répondre aux demandes formulées par la délégation STC du Centre Hospitalier de Castelluccio concernant le financement du projet de psycho-gériatrie et des opérations de sécurité urgentes recensées dans le PPI, l’ARS financera là, également, un appui méthodologique en ingénierie à l’établissement pour actualiser sa programmation.
Soucieuse des problématiques de sécurité, l’ARS confirme le lancement des marchés dans le cadre d’une enveloppe de 250 000 € et mobilise également un financement sur 2018 permettant de poursuivre des travaux complémentaires de sécurité à hauteur de 260 000 €.
Enfin, conformément aux priorités de l’Agence dans le cadre du Projet Régional de Santé en matière d’accueil et de prise en charge  des personnes âgées, le lancement des études d’avant-projet technique de l’opération de psycho-gériatrie sera accompagné à hauteur de 200 000 € dans le cadre du FIR 2018.
Parallèlement, le centre hospitalier de Castelluccio a bénéficié en 2017, d’une aide à la trésorerie de 3,5 millions d’euros (un complément est sollicité pour la fin d’année). A ce montant s’ajoutent, en 2017, les dotations nouvelles de près de 1 million d’euros pour les surcoûts liés à l’insularité et de 0,5M€ au titre du FIR pour le soutien de l’activité d’oncologie radiothérapie.
 
 
A ce stade, l’ARS souhaite que toutes ces propositions à la fois financières, de méthode mais apportant aussi des réponses à court terme soient de nature à nourrir un dialogue constructif avec l’ensemble des communautés hospitalières et des partenaires sociaux.




Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie