Corse Net Infos - Pure player corse

Comment gagner une campagne électorale ? : Le petit manuel du parfait candidat !


Rédigé par Nicole Mari le Dimanche 19 Novembre 2017 à 18:32 | Modifié le Lundi 20 Novembre 2017 - 12:44


L’ouvrage est vieux de 20 siècles, mais la recette, qu’il théorise, reste d’une modernité incomparable et d’une actualité brûlante ! Destiné à Ciceron, qui se présentait aux élections consulaires romaines, et écrit par son frère Quintus, le « Petit manuel de la campagne électorale » pose, en l’an 64 avant notre ère, les principes fondamentaux de la communication politique. Une « petite comédie de séduction électorale » qu’aucun communicant ne désavouerait aujourd’hui ! Ces conseils croustillants, parfaitement cyniques et d’une redoutable efficacité, constituent une véritable mécanique d’accession au pouvoir qui fait florès dans nos démocraties. Difficile de résister, en ces temps électoraux, à vous livrer quelques extraits choisis, savoureux et à toutes fins utiles…


Comment gagner une campagne électorale ? : Le petit manuel du parfait candidat !
En préambule de son Petit manuel de la campagne électorale qu’il tient « pour parfait en tout point », Quintus suggère à son candidat de frère de réfléchir sur trois points : « De quelle cité il s’agit ? A quoi tu candidates ? Quel homme tu es ? », de méditer sur son « statut d’homme nouveau », et de faire « preuve du maximum de méthode, de soin, d’effort et d’application ».
 
Le statut d’homme nouveau
« Fais en sorte qu’on voit bien le nombre de tes amis et de quelles sortes de personnes, il s’agit… Aie soin de tenir bien en main ces atouts, en travaillant par des avertissements, par des sollicitations, par toutes sortes de moyens à faire comprendre à ceux qui ont une dette envers toi, et à ceux qui veulent t’obliger, qu’ils n’auront aucune autre occasion, les premiers, de te témoigner leur reconnaissance, les seconds, d’atteindre leur but ».

La sympathie des Grands…
 « Il est utile que, par ceux au rang et au nombre desquels on veut parvenir, on soit jugé digne d’atteindre ce rang et de figurer dans ce nombre. Tous, il faut donc les solliciter, les démarcher par des intermédiaires, et les persuader que nous avons toujours partagé » leur « opinion politique », et « n’avons jamais été du parti » des autres…
et des jeunes : « Ils t’apporteront beaucoup de prestige… Fais-leur explicitement savoir combien tu comptes sur eux. Si tu parviens à amener ceux qui ne te sont pas hostiles à te soutenir, ils t’aideront énormément ».
 
Le soutien des « amis »
« Le soutien des amis doit être acquis par le fait de rendre des services, de satisfaire à ses devoirs, d’entretenir des relations de longue date, et de faire preuve d’un naturel affable et agréable… Obtiens et conforte solidement l’appui de tous ceux qui grâce à toi ont, ou espèrent avoir, le vote d’une tribu, d’une centurie, ou quelque autre faveur… travaille, par tous les moyens, à obtenir qu’ils te soutiennent fidèlement et avec le plus grand zèle ».

Les services rendus
« Trois choses amènent les hommes à nous témoigner leur préférence et à apporter leur soutien dans les élections, à savoir les services qu’on leur a rendus, les espérances qu’ils conçoivent et le fait qu’ils se sentent proches de nous et nous apprécient, il faut examiner comment cultiver chacune de ces espèces. Par de très petits services, on amène autrui à penser qu’il y a matière à apporter son soutien dans les élections… Quant à ceux qui sont tenus par des espérances, fais-leur bien voir que ton aide leur est offerte et à disposition, et enfin bien comprendre qu’ils ont en toi un observateur appliqué des services qu’ils te rendent… Le soutien spontané devra être consolidé par des témoignages de reconnaissance, par l’adaptation des propos aux raisons pour lesquelles chacun semblera te soutenir, par la manifestation d’une sympathie réciproque, par la perspective offerte de voir l’amitié conduire à la familiarité et à l’intimité ».
 
Etendre son réseau
« Tu peux, sans compromettre ton honneur – chose impossible dans les autres circonstances de la vie – lier amitié avec toutes les personnes de ton choix, des personnes telles que si, en tout autre contexte, tu les autorisais à te fréquenter, ta conduite paraîtrait aberrante, alors que dans le cadre d’une campagne, si tu ne t’appliquais pas à agir ainsi envers beaucoup de gens, ta campagne ne paraîtrait pas en être une… Il n’y a personne, sauf à être attaché à l’un de tes concurrents par un lien contraignant, dont tu ne puisses obtenir facilement, si tu t’en donnes la peine, qu’il te rende des services méritant ton amitié et ta reconnaissance futures, pourvu qu’il comprenne que tu fais grand cas de lui, que tu agis sincèrement, qu’il fait un bon placement, et qu’il en sortira une amitié non pas éphémère et circonscrite à la pêche aux voix, mais solide et durable ».

Les gens hostiles
« Il y a trois catégories : la première, ceux à qui tu as fait du tort ; la deuxième, ceux qui ne t’aiment pas sans raison particulière ; la troisième, ceux qui sont très amis de tes concurrents. Vis-à-vis de ceux à qui tu as fait du tort… tu devras te disculper franchement, évoquer les liens qui t’y contraignaient, leur faire espérer que pour leurs propres affaires, s’ils deviennent tes amis, tu les soutiendras pareillement et t’acquitteras du même devoir envers eux. Ceux qui ne t’aiment pas sans raison particulière, tu devras, soit en leur rendant service, soit en le leur laissant espérer, soit en les assurant de ton soutien, travailler à leur faire quitter cette mauvaise disposition à ton égard. Envers ceux dont la sympathie t’est plus ou moins aliénée en raison de l’amitié qui les lie à tes concurrents, tu devras employer également les mêmes procédés et, si tu parviens à le faire croire, montrer que tu es bien disposé à l’égard de ces concurrents eux-mêmes ».
 
La faveur populaire
« Celle-ci requiert de connaître les gens par leur nom, de savoir flatter, d’être constamment présent, de faire preuve de générosité, de faire parler de soi, de faire naître des espérances politiques. Tout d’abord, tout ce que tu fais pour lier connaissance avec les gens, fais-le bien voir pour que tous s’en rendent compte, et multiplie l’effort pour développer chaque jour ces connaissances ; à mon avis, il n’y a rien de si propre à susciter la faveur populaire et la reconnaissance. Ensuite, mets-toi bien dans l’esprit qu’il faut feindre de manière à paraître le faire naturellement… il est très nécessaire de savoir flatter, chose qui, si elle est vicieuse et honteuse dans les circonstances ordinaires de la vie, est en revanche indispensable dans la campagne électorale… et au candidat, dont la physionomie, la figure et les propos doivent évoluer et s’adapter à la pensée et à l’intention de tous ceux dont il s’approche ».

Les promesses
« Les gens ne veulent pas seulement qu’on leur fasse des promesses, surtout quand ils sollicitent un candidat, mais encore qu’on leur promette d’une manière généreuse et qui témoigne de la considération. »
 
L’art de refuser et de ne pas refuser
« Tout ce que tu ne peux pas faire, ou bien tu le refuses avec grâce, ou bien tu ne le refuses même pas du tout : le premier est le fait d’un homme bon, le second d’un bon candidat. De fait, quand on nous demande ce que nous ne pouvons promettre sans manquer à l’honneur ou nous nuire à nous-mêmes… il faut le refuser avec courtoisie, en faisant valoir le lien qui te contraint, en manifestant combien tu en es désolé, en persuadant que tu te rattraperas en d’autres circonstances… Les hommes sont plus sensibles à la physionomie et aux paroles qu’au service rendu lui-même et à la réalité des faits… Enfin, la dernière chose à craindre est que se fâche celui à qui on a menti. Ce risque-là, si tu promets ton aide, est incertain, remis à plus tard, et concerne un plus petit nombre de gens ; si en revanche tu refuses, tu t’en aliènes tout de suite et de façon certaine un plus grand nombre… ».
 
Les apparences flatteuses
« Prends bien soin que toute ta campagne soit pleine de pompe, brillante, splendide, populaire, qu’elle ait un éclat et un prestige parfaits, que même, si possible de quelque manière, se diffuse concernant tes concurrents une rumeur infamante de crime, d’immoralité ou de corruption accordée à leurs mœurs... En outre dans cette campagne, il faut veiller à ce qu’on fonde sur toi de bons espoirs politiques et qu’on ait de toi une opinion honorable ».
 
Une ligne de conduite
« Sois le meilleur des orateurs ; c’est par là qu’on tient les hommes, qu’on se les attache et qu’on les empêche de s’opposer et de nuire. Et puisqu’en ceci surtout la cité est vicieuse que, la corruption s’en mêlant, elle ferme d’ordinaire les yeux sur le mérite et le prestige, en ces affaires, fais en sorte de bien te connaître toi-même, c’est-à-dire de comprendre que tu es toi-même homme à pouvoir inspirer à tes concurrents la plus vive peur de procès et menaces judiciaires. Fais en sorte qu’ils se sachent surveillés et tenus à l’œil par toi ; qu’ils craignent non seulement ton activité, non seulement ton autorité et tes capacités oratoires, mais aussi, assurément, le soutien que t’apporte … ».
 
Un franc cynisme
Ce manuel assez peu connu est, selon l’historien François Prost qui le commente en 2009, « rien de moins qu’une véritable radiographie de la machine électorale, sur le fond de ses grands principes institutionnels et dans son détail pratique… en particulier dans les aveux de franc cynisme ou d’hypocrisie utile et même indispensable au candidat en quête de voix… L’attention y est dès lors entièrement concentrée sur les moyens que le candidat peut mettre en œuvre, et sur les ressources propres dont il peut disposer, pour atteindre son objectif, l’élection ».
 
Un jeu normal
Il poursuit : « Il y a quelque chose soit d’excessivement naïf, soit de douteusement hypocrite, à s’offusquer de ce que le texte peut contenir de cru en matière de manipulation et de manœuvres électorales, comme si nos propres démocraties modernes ne vivaient qu’animées par le souffle des grands idéaux, et ignoraient absolument tout calcul de cet ordre. Aussi bien l’indignation vertueuse, qu’on rencontre ici ou là, est-elle surtout le témoin d’une incapacité à s’interroger sur le rapport essentiellement ambigu et complexe qu’entretiennent d’un côté, une ambition personnelle d’accession au pouvoir et de l’autre, une communauté entière décidant de l’attribution du pouvoir par voteAussi bien dans nos systèmes modernes, accepte-t-on, tous courants politiques confondus, de redonner sa confiance ou à tout le moins son vote à des personnes ou à des groupes qui n’ont pas tenu leurs promesses, mais qui ne peuvent s’abstenir d’en faire de nouvelles pour légitimer leur candidature ».
Un jeu normal en somme…
 
N.M.
 
Pour aller plus loin : PROST (FRANÇOIS), Quintus Cicéron : le petit manuel de la campagne électorale (Commentariolum petitionis), 2009, TULLIANA.EU
 http://www.tulliana.eu/documenti/BindercommentariolumProst.pdf



Corse | Entretiens | Elections | Institutions




Derniers tweets
Corse Net Infos : L'homme tombé des rochers à Bastia n'a pu être réanimé https://t.co/0mpOfJBxmN https://t.co/mqSURzwcze
Jeudi 20 Septembre - 16:35
Corse Net Infos : Un homme de 40 ans fait une chute sur les rochers à Bastia https://t.co/QfNbyydM3t https://t.co/bKdReJ6s2U
Jeudi 20 Septembre - 15:39
Corse Net Infos : Bastia : Un homme de 40 ans chute sur les rochers sous le lycée maritime. La victime en arrêt cardio-respiratoire.L… https://t.co/5l1QsIHxCI
Jeudi 20 Septembre - 14:28
Corse Net Infos : Traitement des déchets hors de Corse : Le Syvadec a fait son choix https://t.co/PUKjiDWkhF https://t.co/cYNH12upbs
Jeudi 20 Septembre - 13:50



Newsletter






Galerie