Corse Net Infos - Pure player corse

Cas de cyber-harcèlement à Lisula : La société civile à côté des jeunes


Rédigé par Maria-Serena Volpei-Aliotti le Jeudi 25 Octobre 2018 à 16:02 | Modifié le Vendredi 2 Novembre 2018 - 17:16


Après avoir visionné la vidéo qui circule sur les réseaux sociaux qui montre un adolescent balanin se faire frapper par un autre, Franco Farsetti, président de l'ACAIR, association des commerçants et artisans de Lisula, a souhaité réagir.



 

- Quel est le sentimenr de l'ACAIR suite à la diffusion de cette vidéo et la conférence de presse donnée par les élus de la Communauté de communes de Lisula ?

- Nous allons évidemment dans le sens de nos élus. En tant que père et grand père je condamne fermement cette vidéo et toute cette violence. Ce genre de vidéo est malheureusement trop fréquent sur les réseaux sociaux. Mais la question que nous nous posons aujourd'hui est: de quoi disposent ces gamins à Lisula comme endroit pour se réunir ou pour se divertir ? Nous devons nous remettre également en cause. On fait beaucoup de locaux, à vocations sociales ou autres, des immeubles, des appartements mais rien pour eux ! Les collectivités travaillent sur differents  projets mais aujourd'hui il y a urgence. La CdC mène de nombreuses actions pour contribuer à la sauvegarde de ce que nous sommes, mais si la population ferme les yeux et baisse les bras, le combat est perdu d'avance. 

 

- Il y a quelque années il y avait une salle de jeux dans la vielle ville où les jeunes se retrouvaient ! Pensez-vous que ce genre de structures pourrait les aider ?

- Oui bien sûr. Il faut essayer de leur donner un coin à eux. Un endroit de détente ou il y aurait des jeux, et d'autres divertissements et aussi un petit coin café. Quitte à ce que cette salle soit gérée par nous les adultes, pour éviter tout débordement.

 

- Quel est le rôle de l'Acair autour de la jeunesse ? 

- Il faut les mettre au maximum en valeur, les solliciter. Lors de nos manifestations, nous essayons de les impliquer au maximum. Nous leur donnons des rôles et des responsabilités. Nous les faisons ainsi rentrer dans la société. C'est à nous, adultes de la société, de les motiver et de leurs expliquer ce qui se fait ou ne se fait pas. Nous devons leur redonner confiance en l'avenir et cela ne peut venir que de nous, leurs aînés.

 

- Vous souhaiteriez travailler avec les parents et les familles ? 

- Oui ! Tout à fait ! La société civile doit être aux côtés des ces jeunes et de leurs  familles si elles sont en difficulté. C'est vrai qu'il y a peut-être pour certains, des problèmes d'éducation. Mais il y a très souvent d'autres facteurs déclencheurs, même aux seins des familles. Si ces jeunes en sont arrivés à là, c'est qu'il y a certainement une raison. Il n'y a pas de fumée sans feu ! La population doit se mobiliser car nous faisons face à une jeunesse en détresse. Nous pensions toujours que la Corse serait préservée. Mais malheureusement cette violence nous arrive. Avec un train de retard certes mais ça nous arrive. Et sans agir, à ce rythme là, nous deviendrons comme ces cités du continents et nous perdrons notre identité.




A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie