Corse Net Infos - Pure player corse

Bastia : Les très jolis reflets d’Antoine Giacomoni…


Rédigé par Philippe Jammes le Vendredi 21 Septembre 2018 à 08:27 | Modifié le Vendredi 21 Septembre 2018 - 17:39


Le Centre Méditerranéen de la Photographie présente jusqu’au 26 octobre au Centre Culturel Una Volta à Bastia, une belle exposition des photographies d’Antoine Giacomoni. Cette exposition intitulée « Antoine Giacomoni, Mirror sessions : Corsica, Sardegna, Sicilia » comprend 79 photographies noir et blanc, prises avec le système du « miroir concept ».


L'artiste-photographe Antoine Giacomoni expose de magnifiques portraits au Centre Culturel Una Volta à Bastia
L'artiste-photographe Antoine Giacomoni expose de magnifiques portraits au Centre Culturel Una Volta à Bastia
Le photographe capte l’image de son sujet reflétée dans un miroir de loges de théâtre. 
Né le 16 avril 1955 à Borgo, Antoine Giacomoni découvre la grande ville, Bastia, et la langue française à l’âge de six ans. Quatorze ans plus tard, son bac en poche, il quitte pour la première fois son île à bord d’un avion qui le dépose à Paris. Cela fait deux ans qu’il a découvert la boite magique connue sous le nom d’appareil photographique. Inscrit en Arts Plastiques à la Sorbonne, il y reste deux ans. 


En 1977, la vague punk lui fait traverser la Manche. Définitivement accroché à son boitier et à ses objectifs, le jeune nihiliste commence à voyager. Désormais, la musique devient le fil rouge de ses errances photographiques. Et, de la révolte urbaine punk à la spiritualité rasta, il n’y a qu’un pas. D’une île à une autre. En Jamaïque, Antoine Giacomoni  devient photographe professionnel : premiers reportages. De retour dans la vieille Europe, la technique enfin maitrisée, le jeune photographe se met à rêver à d’autres univers. Il veut passer à travers  le miroir. Alliant le minimalisme (un simple miroir cerné d’ampoules  électriques) au glamour de l’âge d’or hollywoodien (chacun devient  une star dans ce miroir aux mille feux), le mirror concept  s’impose comme le double du Corse exilé. Nico, qui chantait l’ll be your mirrorau sein du Velvet Underground, est la première invitée du miroir.


Le Miroir et son propriétaire s’installent à Londres en 1980. Les mirrors sessions vont s’enchaîner durant trois ans. En 1983, retour de l’enfant  prodigue sur le continent. A la galerie des Lombards (Paris), une exposition indéfiniment prolongée le consacre Wonderboyde la photo rock. Un an plus tard, il rentre à l’agence Gamma, puis redevient free-lance. 
En 1986, il reçoit le Totem du Bataclandécerné par France 3 Télévision  pour son invention du miroir concept.
En 1991, Antoine Giacomoni publie aux Editions La Sirène, son premier  ouvrage Portraits à travers le miroir, fruit d’une décennie de mirrors sessions consacrées à des stars internationales. Dès lors, il entreprend un  long travail consacré à son île natale  « La Corse à travers le miroir/A Corsica, franchendù ù spechjù (La Marge Edition - 2002). Trois autres  livres suivent aux Editions Horizon Illimité Nico, ou le drame de l’exil  (2003),  Daho par Giacomoni, the mirror sessions parties et Reggae/Jamaïca(2004). Il publie en 2007 une série intitulée Les Catalans à travers le miroir, els catalans a través del mirall aux Editions Trabucaire. 


Malgré un très lourd handicap visuel lui rendant impossible toute prise  de vue nouvelle, il se consacre à l’écriture et à la création d’un Tarot,  mêlant dessins et symboles, dont un aspect ludique de cette œuvre  graphique originale. L’alphabet magique d’Antoine Giacomoni paraîtra  chez Colonna Editions. 
Entre autres publications d’ouvrages strictement photographiques  retraçant sa carrière internationale, on notera le très attendu tome II de  La Corse à travers le miroir marquant ainsi le lien indéfectible à son île  natale.
Il s’intéresse aux autres îles de la Méditerranée, notamment à la Sicile, à Malte et à la Sardaigne. Une sélection de ses photographies réalisées  en Sardaigne et en Sicile est présentée pour la première fois au centre  cultuel Una volta lors de l’exposition « Mirror sessions : Corsica, Sardegna, Sicilia…».
CNI s'est entretenu avec lui, une belle rencontre  …. 




A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie