Corse Net Infos - Pure player corse

Bastia : Les mesures de sécurité prises par la municipalité au cimetière de l'Ondina critiquées par le MCD


Rédigé par le Jeudi 19 Juillet 2018 à 18:01 | Modifié le Jeudi 19 Juillet 2018 - 23:52


François Tatti, président du groupe MCD au conseil municipal de Bastia réagit de la sorte aux annonces sur les mesures de sécurité prises par la municiplaité au cimetière de l'Ondina


Bastia : Les mesures de sécurité prises par la municipalité au cimetière de l'Ondina critiquées par le MCD
Les élus du MCD ont pris connaissance par voie de presse, comme tous les Bastiais, de la nouvelle série de mesures de sécurité prises par la municipalité de Bastia au cimetière d’Ondina.
Le maire a annoncé que le périmètre interdit au public devait être encore élargi, les plaques et les urnes funéraires du columbarium déplacées et, plus grave encore, des corps exhumés temporairement.
Quand on sait l’attachement des Corses au respect des défunts, on mesure le traumatisme que cela va provoquer au sein des familles affectées. Et ce d’autant plus qu’elles concernent des deuils récents, le cimetière ayant été ouvert depuis peu.
Ces mesures, dictées par la sécurité, sont probablement justifiées aujourd’hui mais n’auraient-elles pas pu être évitées avec une action plus constante et sérieuse de la municipalité ?
En effet, après 4 ans de mandat nous en sommes encore à prendre des mesures d’urgence sur la foi d’un rapport d’expertise… provisoire ! Quatre années pour obtenir un rapport d’expertise provisoire ! Quatre années pour constater que le béton et les ferraillages des murs de soutènement ne seraient pas de bonne qualité !
A titre de comparaison, lorsque le mur de l’ancien hôtel « L’île de Beauté », rue Gabriel Peri, s’est effondré, il a fallu moins de deux ans et demi pour le reconstruire et rétablir la circulation dans la rue. Moins de deux ans et demi  pour déterminer les responsabilités, mettre en cause le propriétaire privé, préconiser les mesures techniques de sécurité et de reconstruction, obtenir les expertises judiciaires, et réaliser les travaux définitifs. Comparaison n’est pas raison mais ce dossier était autrement plus complexe tant techniquement que juridiquement que celui d’Ondina : un espace très contraint, des immeubles habités à proximité et surtout, un propriétaire privé et procédurier.
Etant en charge de ce dossier, je peux assurer que cela a demandé une action soutenue et une implication de tous les instants des élus et des services.
Les familles, mais également tous les Bastiais, sont en droit de connaître la réalité des actions mises en œuvre par la municipalité durant ces quatre années et surtout les mesures concrètes qui seront qui seront prises pour rétablir la situation au plus tôt afin que les Bastiais puissent dignement honorer la mémoire de leurs défunts.




A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie