Corse Net Infos - Pure player corse

Affaire « Mara Beach » : L'appel du conseil municipal de Calvi à l'Exécutif et à la Collectivité de Corse


Rédigé par (Jean-Paul-Lottier) le Mercredi 27 Juin 2018 à 02:11 | Modifié le Mercredi 27 Juin 2018 - 11:04


L'annonce faite par Corse Net Infos de la décision du Conseil Municipal de Calvi de demander la rétrocession d'une parcelle de 3000 m2 de terrain contenant le bâti existant sur la parcelle expropriée de Franck Maraninchi, propriétaire du « Mara Beach » aux fins du maintien de l'activité économique locale à la presqu'île de la Revellata est aujourd'hui au centre de toutes les discussions


Affaire « Mara Beach » : L'appel du conseil municipal de Calvi  à l'Exécutif et à la Collectivité de Corse

L'ordre du jour mardi soir du conseil municipal de Calvi était bien entendu axé principalement sur l'affaire de l'établissement de plage « Mara Beach » situé plage de l'Alga à la presqu'île de la Revellata.
On l'a dit, à l'unanimité, le conseil municipal ,de Calvi a décidé de passer à l'offensive en demandant solennellement au Maire de Calvi de procéder aux actions nécessaires tendant à obtenir une rétrocession de 3 000 m2 contenant le bâti existant sur la parcelle expropriée de M. Franck Maraninchi (parcelles : AD14-18-19) aux fins du maintien de l'activité économique locale.
Cette demande sera adressée dans les plus brefs délais à la Directrice Nationale du Conservatoire du Littoral.


«  Nous sommes tout çà fait partisans de préserver au maximum la Pointe de la Revellata, j'en veux pour preuve que la Revellata est gelée au POS , elle est au PLU, il n'y a pas la possibilité de construire quoi que ce soit de durable. Ce qui a été fait l'a été par le passé. Je constate néanmoins qu'il y a deux poids, deux mesures et que si on veux préserver entièrement le littoral, eh bien, il faut tout détruire.
Nous avons eu plusieurs réunion mais nous nous sommes heurtés de la part du Conseil du Littoral a une opposition ferme et définitive consistant à dire « nous n'avons pas pour habitude de permettre une exploitation de quelque nature que ce soit, même sur un terrain appartenant au conservatoire du littoral. Eh bien, qu'à cela ne tienne, chiche, Si apparemment la difficulté est liée au fait, y compris au niveau national, le Conservatoire n'a pas pour règle de permettre une exploitation économique, même saisonnière, sur un terrain lui appartenant. Et bien nous demandons tout simplement une surface nécessaire pour que nous, nous regardions de quelle manière nous pouvons permettre le maintien de l'activité. A ce moment là, tout le monde devra faire face à ses responsabilités. Nous demandons donc la rétrocession de 3 000 m2 contenant le bâti existant sur la parcelle expropriée de M. Franck Maraninchi aux fins du maintien de l'activité économique » prévient Ange Santini avant de poursuivre :
"Je précise que cette activité économique se double d'une activité de surveillance, l'entretien de la plage.
Je ne dit pas que le conservatoire du littoral nous donnera gain de cause, mais en tout cas, nous allons nous adresser aux plus hautes instances. Si la réponse est négative, nous en prendrons acte mais on ne pourra pas dire ensuite que la commune de Calvi n'aura pas fait son maximum pour maintenir une activité. Nous, nous offrons une solution ».  


"Sans l'implication de la CDC et de l'Exécutif, il ne peut y avoir de solution envisageable"
 Le premier magistrat de la Commune ajoute aussitôt : «  Quelle que soit la volonté de la Mairie de Calvi, et elle en a, sans l'implication de la Collectivité de Corse et de l'Exécutif de Corse à travers son Président, il ne peut pas y avoir de solution envisageable.Les choses claires. Là aussi, soit nous arrivons à nous réunir autour d'une table, soit il faut que les positions qui sont respectables soient dites une bonne fois pour toute. Sur la plage de l'Alga, même si nous souhaitions, l'Etat y compris, installer un établissement de plage démontable, le PADDUC ne le permet pas .
Le PADDUC ce n'est pas le conseil municipal de Calvi qui peut le changer.
Maintenant, si il n'y a pas de volonté ou si il y a une impossibilité, ou si il y a des blocages, y compris idéologiques, il faut le dire. Nous sommes en démocratie, toutes les décisions sont respectables mais à un moment donné il faut le dire, parce que june famille derrière, il y a des employés. A un moment donné, il faut que leur sort soit scellé d'un côté ou qu'une perspective s'ouvre pour l'avenir . On ne peut pas rester comme ça entre deux eau .
La balle n'est pas dans le camp du Maire de Calvi !"
Et de conclure :«  Nous, nous essayons de faire en vertu des moyens qui sont les nôtres. Et, contrairement à ce que j'ai pu lire, la balle ne sautait être en aucun cas dans le camp du Maire de Calvi. Le Maire a avec lui un Conseil Municipal et si celui-ci avait les pouvoirs de faire quoi que ce soit M. Maraninchi n'aurait jamais été embêté.
Maintenant il est temps que les masques tombent, que l'on ne se cache pas derrière le petit doigt des uns et des autres. Ce serait dommage qu'une telle activité disparaisse… Il y a des solutions à trouver"


Les recommandations de la Cour des Comptes sur les compétences scolaires et périscolaires
Au cours de cette réunion, on l'a dit, plusieurs questions ont également été abordées.
Le Conseil Municipal a notamment pris acte du rapport de la cour des comptes s'agissant des compétences scolaires et périscolaires, avec un certain nombre de recommandation.
Il a beaucoup été question d'enfants de la commune qui sont scolarisés sur des communes voisines, ce qui ne peut se faire sans l'accord préalable du Maire.
La Chambre invite la commune à délibérer le principe et et le montant de la compensation financière permettant de faire participer les communes de résidence aux frais de scolarité des élèves résidant dans une autre commune mais scolarisés dans une des écoles communales.
Elle recommande aussi au Maire de faire délibérer le CM sur le passage à la semaine des 4 jours et les horaires arrêtés...


Les subventions aux associations ont été complétées.
Le Maire en a profité pour dire que malgré les baisses de dotations, ces subventions étaient maintenues à un bon niveau et que la somme allouée avoisinait les 200 000€, manifestations comprises.
Il a également été question de création d'emplois, d'avancement, de signature d'une convention permettant à l'association "Nos amis à quatre pattes de disposer d'un peu plus d'espace, mais aussi d'une signature avec  avec le SIS 2B permettant à des employés communaux pompiers volontaires de rejoindre le CIS Calvi en cas de besoin, hors garde statique s'entend...  
Le Conseil a pris acte du rapport d'activités 2017 de la Communauté de Communes Calvi-Balagne.

Enfin, pour la traditionnelle fête de la Saint Vincent qui se déroulera dans la Citadelle le 29 juillet, une demande de subvention a été demandée à la CDC.





Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie




Derniers tweets
Corse Net Infos : 5 voitures brûlent à Corte https://t.co/d8B6IFhQhC https://t.co/3WUjKyePo2
Mercredi 19 Septembre - 10:29
Corse Net Infos : La photo du jour : La face Ouest du Tafunatu https://t.co/7TKAW0Osvx https://t.co/ItxnIbkisa
Mercredi 19 Septembre - 08:04
Corse Net Infos : "Les Salines de 1960 à nos jours", une exposition du 22 au 29 septembre https://t.co/U2ImqhUQgz https://t.co/VTy5AjGNUB
Mardi 18 Septembre - 21:59
Corse Net Infos : Les rallyes d’Allemagne et de Corse menacés : Lequel restera au calendrier en 2019 ? https://t.co/rCWQC6KnuB https://t.co/v4rTOIPBqd
Mardi 18 Septembre - 19:59



Newsletter






Galerie