Corse Net Infos - Pure player corse

Territoriales - Gilles Simeoni à Ajaccio : "quoiqu'il arrive, on a, déjà, gagné"


Vincent Marcelli le Jeudi 24 Juin 2021 à 07:50

Au cours d’un meeting de clôture, mercredi en fin d'après-midi à Ajaccio, le leader de la liste « Fà populu inseme » a, appelé, devant 500 personnes, au renforcement du résultat lors du second tour dimanche. En même temps, le président de l’Exécutif sortant, a de nouveau expliqué le sens de sa démarche d’ouverture…



Photos Michel Luccioni
Photos Michel Luccioni
Une semaine, quasiment jour pour jour après Jean-Christophe Angelini pour la liste « Avanzemu », Gilles Simeoni, leader de la liste « Fà populu inseme » avait choisi le même décor – le port Tino Rossi - optant pour une ambiance assez similaire, comme théâtre de son premier meeting de clôture à quatre jours du second tour des élections territoriales.
Légèrement en retard par rapport à l’horaire prévue, Gilles Simeoni a été très acclamé lors de son arrivée. En attendant, le staff organisateur avait minutieusement tout préparé : chaises nettoyées, programmes distribués, tribunes entourées de six arbres, le tout au son de chants corses le plus souvent d’hier, notamment « A Palatina », slogan musical de cette campagne.
Peu à peu, le public s’installe. S’il on reconnaît des militants et même prisonniers politiques d’hier, la présence de personnalités telles qu’Antoine Ottavi, maire de Bastelicaccia confirme la volonté d’ouverture du président de l’Exécutif sortant. Outre les élus Femu a Corsica de la mandature précédente, d’autres ont fait le déplacement comme Jo Quilici, maire de Campu ou Jean-Pierre Giordani (u Salge). Le public est venu de plusieurs endroits de l’île, Corte, Balagna, Sud…
Sur le coup des 19.40, c’est au son de « Corsica Mea » du groupe Voce Ventu, que Gilles Simeoni arrive. Le meeting peut débuter. Un peu plus loin, on peut entendre quelques voix qui s’échappent du marché couvert où se déroule le meeting de « Core in Fronte ».
Sur la chanson « Mi ne vocu », c’est Sébastien Masala qui donne le tempo du discours, évoquant « la nécessité de convaincre encore un peu plus » et surtout « la volonté de ne pas retourner en arrière... »
Romain Colonna lui succède. L’élu sortant va parler de la Méditerranée comme « socle d’une démocratie qui doit se développer en Sardaigne, Catalogne, Grèce...faisant même référence au passé... « Naples, le Marseille des Corses...concluant en lingua nustrale... « Ci sò tutti quessi eppo ci simu dinò noi. Une nation sans Etat... »
Troisième à prendre la parole, Alex Vinciguerra va évoquer, pour sa part et en guise de première attaque frontale vers le maire d’Ajaccio, « un esprit qui disparaît, une incompétence criante, des immeubles qui poussent comme des champignons, le centre- ville qui se meurt, une pression foncière qui s’étend... »
Dans le même registre, Marie-Antoinette Maupertuis réplique aux attaques du maire d’Ajaccio. « On dit que nous n’avons pas travaillé, que nous avons surtout parlé…Je rappelle que l’on doit le front social et médical suite à la crise sanitaire, à Bianca Fazi, les mesures et le travail au niveau économique à moi-même et l’ensemble de ce qui a été accompli durant cinq ans, à l'équipe de la majorité sortante. Au cœur de la crise, on a réussi sur les masques, sur le green-pass...Aujourd’hui, nous voulons nous engager sur la construction de la Corse en accord avec nos valeurs. On n’a pas le monopole des idées, la route et elle ne se fera pas seuls mais la dynamique initiée en 2015 ne s’arrêtera pas... »
Un sentiment que Gilles Simeoni va partager lors d’une longue allocution de conclusion. « Il y a 50 ans, une poignée d’hommes et de femmes se sont levés pour clamer une idée : celle d’un peuple corse qui avait le droit d’exister. Aujourd’hui, un demi-siècle plus tard, si l’on prend en compte l’ensemble des voix nationalistes, une majorité d’hommes et de femmes s’inscrivent dans la continuité de ce qui a été fait. Quoiqu’il arrive, on a déjà gagné. Mais le peuple corse, ce ne sont pas seulement les nationalistes. La Corse a été toujours été une terre d’accueil. Nous devons tendre la main aux autres pour la construction d’un projet commun autour de la reconnaissance de nos droits... »
Le meeting s’achève dans la liesse et au son de « Corsica mea »...Au loin, « I combattanti d’onore » retentit en guise de clôture de Core in Fronte. Le troisième tour se profile déjà, isolant un peu plus l’opposition...















    Aucun événement à cette date.








Newsletter


Galerie
Manif Ajaccio.12
Manif Ajaccio.11
Parking Gaudin
Parking Gaudin
Cinéma Ellipse
Cinéma Ellipse
IMG_9423
Donation Lazaret ajaccio.5
1
Inondations Ajaccio.17
Soignants Bastia
Hôpital Ajaccio
Inhumation Guy Bedos
IMG_9304
Citadelle Ajaccio.12
IMG_2047