Corse Net Infos - Pure player corse

Sylvain Fanti et le projet Kallisté de Lucciana : « Et si nous entrions dans le XXIe siècle ? »


Rédigé par le Vendredi 26 Octobre 2018 à 15:28 | Modifié le Dimanche 28 Octobre 2018 - 02:49


« Projet de Lucciana : et si nous entrions dans le XXIe siècle ? » Sous ce titre Sylvain Fanti porteur du projet Kallisté s’explique pour la première fois, par le truchement d’un communiqué, sur le contenu et sur les vives critiques et la controverse qu’il a suscitées.


Sylvain Fanti et le projet Kallisté de Lucciana : « Et si nous entrions dans le XXIe siècle ? »
Depuis quelques mois, un dossier fait couler beaucoup d’encre : le projet d’urbanisme commercial de Lucciana.
Sur la base de quelques feuilles volées du permis de construire, nombreux ont été ceux qui ont présenté un projet qu’ils ne connaissaient pas. De notre côté, par respect des procédures nous avons gardé le silence. Nous sommes restés loin de l’emballement médiatique. Notre objectif : donner à l’urbanisme commercial de la Haute Corse, une nouvelle dimension. Il est temps pour moi de livrer quelques vérités.
A ce jour, en termes de commerce, l’état des lieux de la région bastiaise révèle :
• Un centre-ville de Bastia qui regroupe de nombreux commerces de petites surfaces (en moyenne 70m2) ;
• 3 centres commerciaux « anciennes générations » : une grande surface alimentaire associée à une galerie commerciale de boutiques ; • Des bâtiments industriels et commerciaux, posés le long de la Route Nationale.
Or, il s’agit du modèle d’urbanisme commercial datant des années 1980. Ce modèle, qui a fonctionné pendant longtemps, aujourd’hui, qualifié de « France moche », arrive au terme d’un cycle. Il faut repenser ce modèle.
C’est toute l’ambition que propose le projet de Lucciana : une vision moderne du commerce. Ce n’est pas un centre commercial mais une nouvelle forme de place du village qui est proposée.
• Il s’agit d’un ensemble de bâtiments à taille humaine d’une surface cumulée de 27 594 m2 (par référence, les centres commerciaux d’Ajaccio se déploient sur plus de 110 000m2).
• Une offre cohérente et globale avec des parcours de santé, une bibliothèque, une garderie, une maison de la santé, un amphithéâtre, des bureaux mais aussi le premier incubateur d’entreprises de Corse... Un hall à destination des producteurs artisanaux et agricoles afin de favoriser la vente directe aux consommateurs complètera le complexe avec la première surface alimentaire de Corse gérée par une coopérative de producteurs locaux.
• Un projet qui respecte la terre de nos enfants avec une grande ambition environnementale : toitures végétalisées, hall bioclimatique, parkings en silo recouverts d’un parc photovoltaïque d’envergure, mise en place de mobilités douces (piétons, vélos) en lien avec les équipements municipaux... Par ailleurs, le complexe sera desservi par le train, une première en Corse. Un choix volontaire pour privilégier un autre mode de déplacement.
• Enfin, en terme commercial, le but est de regrouper en un même lieu des enseignes commerciales attendues par des consommateurs. Faute de locaux de tailles suffisantes ces enseignes ne s’installeront pas en centre-ville laissant les acheteurs consommer directement en ligne. On estime à plus de 120 millions d’euros les retombées économiques dont sont privées les Corses.
Voici une présentation sommaire de mon projet. Bien des interrogations peuvent encore surgir. Aussi, je serai là pour y répondre sereinement, en assumant ma casquette d’entrepreneur portant un projet de près de 100 millions d’euros, investis auprès d’entreprises Corses qui générera plus de 800 emplois locaux.
Je terminerai mon propos en évoquant Bastia, la ville que j’aime mais aussi une ville qui doute face aux nouveaux défis de son temps. Bastia ne doit pas subir les changements du monde qui s’imposeront à elle (l’internet, les nouveaux modes de consommations, le nouvel urbanisme commercial) mais elle doit en faire une opportunité. Le projet que je porte vient en complémentarité et non en opposition avec un Bastia unique et magnifique et son centre-ville qui doit se réinventer en devenant un lieu de destination. Pensons commerces de proximité, art, culture, histoire, tourisme de qualité, propreté et entamons une véritable réflexion sur son accessibilité et sa modernité.
Je crois en une Corse de conquête, ouverte, capable de créer un modèle de société alliant ses racines et la modernité de son temps ! Je crois en un Bastia qui assume son rôle de capitale économique de la Corse et qui ne craint aucune concurrence ! J’assume vouloir que la Corse et sa capitale économique entrent dans le XXIe siècle. J’aurai très bientôt l’occasion de parler de cette ambition que je souhaite pour notre ville.



A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie