Corse Net Infos - Pure player corse

Social : Les retraités corses CFDT interpellent les députés insulaires !


Rédigé par Philippe Jammes le Mercredi 3 Octobre 2018 à 06:25 | Modifié le Mercredi 3 Octobre 2018 - 12:59


Dans le cadre des actions organisées par l’Union Confédérale des Retraités CFDT (UCR/CFDT) pour la journée nationale du jeudi 4 octobre, l’Union Territoriale des Retraités CFDT de Corse (UTR Corse) a décidé d’interpeller les élus parlementaires de la Corse.


« En espérant, que cette fois, nos élus apporteront un peu plus d’attention à nos revendications car notre interpellation, faite il y a un an, est restée lettre morte .» - déclare Dominique Lautridou,  secrétaire général UTR Corse. 

« La CFDT ne peut rester muette face au mécontentement des retraités de Corse notamment par rapport à la hausse de la CSG sans contrepartie et le gel des pensions. Ces atteintes répétées à leur pouvoir d’achat cristallisent ce fort mécontentement des retraités. Elles participent à une attitude de mépris de la part du gouvernement qui n’envisage à ce jour aucune négociation pour compenser la perte de pouvoir d’achat. » - précise t-il encore soulignant qu’en juin dernier, l’UTR Corse avait été reçue par le chef de cabinet du préfet de Haute-Corse pour évoquer avec lui la situation des retraités et leur place dans notre société.


Lors de cette rencontre, la CFDT avait évoqué les points de crispation des retraités et fait part de ses revendications afin d’améliorer la condition de vie de ceux-ci. « Nous avions ainsi dénoncé les pratiques gouvernementales qui consistent à présenter des réformes clés en main, écouter éventuellement les points de vue des organisations syndicales mais, au final, décider seul. C’est à chaque fois le choix du passage en force. Pour la CFDT retraité c’est une profonde erreur. Une société ne se transforme pas s’il n’y a pas dans le même temps une confrontation des points de vue. Actuellement, le dialogue avec le gouvernement est au point mort pour la CFDT retraités » ajoute D. Lautridou.


Si la CFDT des retraités ne s’était pas opposée à une hausse de la CSG, qui pour elle est une contribution sociale  solidaire et plus équitable, dans la mesure où elle s’applique à tous les revenus quel qu’en soit l’origine, pour financer la protection sociale, elle s’oppose à l’inégalité de traitement entre actifs et retraités. « L’augmentation de la CSG pour les retraités doit également être compensée par des contreparties comme pour les actifs. La CFDT revendiquait dans ce cadre :
- Une prise en charge de la complémentaire santé comme promis lorsque les salariés ont obtenu une généralisation de la participation des employeurs au paiement de leur cotisation et sur ce point particulier le gouvernement actuel est scandaleusement silencieux.
- L’amélioration de l’allocation personnalisée à l’autonomie (APA) pour les personnes à domicile
De nouvelles mesures de financement des EHPAD pour améliorer les conditions de vie des résidents et les conditions de travail des personnels 
- La suppression de la cotisation spécifique de 1% sur les pensions de retraite complémentaires, les retraités relevant de ces régimes restant les seuls contributeurs à une cotisation d’assurance maladie hors CSG »
.
Or, malgré les interventions faites à tous niveaux, la CFDT dénonce  l’attitude du  gouvernement qui, dit-elle, «reste sur une logique qui tend à utiliser les retraités comme une variable d’ajustement des politiques financières publiques. C’est pour nous totalement inacceptable. C’est une attaque en règle scandaleuse contre les retraités qui ne sont ni des privilégiés ni des assistés. Les pensions de retraite ne sont pas des aides sociales mais bien des droits acquis par des cotisations payées tout au long de la vie professionnelle ».


Et la CFDT de dénoncer le projet revalorisation des pensions limitée à 0,3% en 2019 et 2020, « donc bien en deçà de l’inflation, c’est une nouvelle preuve de l’acharnement du gouvernement à l’encontre des retraités. L’empilement des mesures gouvernementales contre les retraités menace le pacte social construit sur la solidarité intergénérationnelle » explique D. Lautridou.
« La CFDT Retraités s’insurge contre le mépris manifesté par le gouvernement à l’encontre des retraités. Elle revendique une revalorisation des retraites au moins conforme à la hausse des prix, et cela dès 2018. La CFDT Retraités s’insurge contre l’érosion du niveau de vie des retraités. Elle revendique une réelle association des retraités aux effets de la croissance.  La CFDT Retraités s’insurge contre la hausse de la CSG sans contrepartie. Elle renouvelle sa demande de compensations » martèle t-il.


Aussi l’Union Territoriales CFDT des Retraités de Corse souhaite rencontrer les élus à l’Assemblée Nationale afin d’évoquer avec eux la situation des retraités en Corse et plus généralement tout ce qui impacte fortement le pouvoir d’achat de cette catégorie de population.
« Le coût du panier de la ménagère est le plus élevé de France, et cela se vérifie année après année. En 1992 les organisations syndicales avaient obtenu la création d’un Observatoire des Prix mais celui-ci n’a pas bénéficié des moyens financiers et techniques, et donc, de fait, resté totalement inefficient. Aujourd’hui il existe bien un observatoire économique régional placé au sein du GIP Corse Compétence, mais quelle utilisation en est faite dans l’intérêt des habitants de notre île. On ne peut pas se contenter d’un constat mais on doit utiliser ce constat pour trouver des solutions. De même la CFDT souligne, une nouvelle fois, que le montant de la prime « de vie chère » n’a jamais été réévaluée, et que les retraités n’en bénéficient aucunement, malgré les demandes répétées de toutes les organisations syndicales et associations de retraités » conclut D.Lautridou.  




A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie