Corse Net Infos - Pure player corse

Politique tarifaire des transports aériens : L'Union commerciale calvaise solidaire d'Alexandre Rutily


Rédigé par (Jean-Paul-Lottier) le Mercredi 8 Juillet 2015 à 23:02 | Modifié le Mercredi 8 Juillet 2015 - 23:47


A la suite de la déclarations d'Alexandre Rutily, président de la commission tourisme Balagne à l'assemblée générale de la CCI de Haute-Corse sur la politique tarifaire d'Air France entre les différents aéroports de Corse et Paris et à la réponse de Viviane Dal Mas, directrice régionale d'Air-France, l'Union Commerciale calvaise a dans un communiqué apporté son soutien à Alexandre Rutily


Politique tarifaire des transports aériens : L'Union commerciale calvaise solidaire d'Alexandre Rutily

Patrick Mattei, président de l'Union Commerciale Calvaise nous a remis le communiqué suivant, avec prière d'insérer:
"Nous avons pris connaissance avec beaucoup d'intérêt de l'intervention d'Alexandre Rutily, lors de l'assemblée générale de la CCI de Haute-Corse et de la réponse apportée par Mme Viviane Dal Mas, directrice régionale d'Air-France en Corse.
Nous tenons ici à apporter notre soutien indéfectible à notre élu de la Chambre de Commerce.
La politique de transport aujourd'hui en Corse est un frein indiscutable au développement de l'activité touristique et ce à tous les niveaux, maritime ou aériens.
Des tarifs beaucoup trop élevés, des horaires souvent inadaptés en sont les principales raisons.
Contrairement à ce que Mme Dal Mas affirme, les  variations de tarifs  d'un aéroport à un autre  sont une réalité . Il suffit pour cela de surfer sur internet pour s'en rendre compte.
Nous avons nous aussi demandé à plusieurs reprises des horaires adaptés pour l'aéroport de Calvi, sans pour autant obtenir satisfaction.
Lorsque Mme Dal Mas répond à la demande de repousser le départ du Calvi - Orly le dimanche soir à 19 heures au lieu de 16 heures "Nos contraintes de programme global ne nous permettent pas de proposer  un vol plus tardif le dimanche soir" ,  nous avons vraiment le sentiment que l'on ne nous prend pas au sérieux. Faudra t-il employer d'autres moyens pour nous faire entendre? Aujourd'hui, la balle est dans le camp d'Air France".,
  



Communiqués | L'université | L'estru piuvanu