Corse Net Infos - Pure player corse

Nuits de la Guitare à Patrimoniu : Du rock, de la variété française… et Marcus Miller !


Rédigé par Nicole Mari le Vendredi 3 Juillet 2015 à 23:45 | Modifié le Samedi 4 Juillet 2015 - 00:12


Du rock et de la variété française en vedette des 26ème édition des Nuits de la Guitare qui se tiendront, cette année, du 18 au 25 juillet, à Patrimoniu. Une affiche, très festive, avec, comme d’habitude, des valeurs sûres et des habitués, comme le grand Marcus Miller ou Chico & Les Gypsies, des revenants comme Shaka Ponk qui avait fait un tabac en 2012, et des découvertes prometteuses. L’ouverture, initiée l’an dernier, à la variété française, s’élargit avec Julien Doré, Louis Bertignac et la Famille Chedid. Une soirée Coup de cœur Rock avec le concert évènement de Rival Sons et la présence d’artistes corses avec Patrizia Poli. Explications, pour Corse Net Infos, de Jean-Bernard Gilormini, son Président et co-fondateur.


Nuits de la Guitare à Patrimoniu : Du rock, de la variété française… et Marcus Miller !
- Cette 26ème édition se démarque des précédentes. Qu’est-ce qui change ?
- Cela a déjà commencé à changer l’année dernière. Nous ouvrons un peu plus sur des soirées grand public, tout simplement parce que les Nuits vraiment spécialisées dans la guitare ne nous permettent plus de faire vivre ce festival.
 
- Pourquoi ?
- Parce qu’elles sont forcément déficitaires ! Il n’y a pas assez de public pour venir assister à des soirées uniquement basées sur la guitare, même si les guitaristes sont parmi les meilleurs du monde ! La soirée, l’année dernière, avec Tomatito qui est, peut-être l’un des deux plus grands guitaristes flamenco et Luis Salinas qui est le plus grand guitariste argentin et certainement l’un des plus grands guitaristes au monde, est une soirée où nous perdons 30 000 €. La soirée, avec Biréli Lagrène et Mike Stern, qui sont, aussi, deux génies de la guitare, nous perdons autant d’argent. La soirée avec Joe Satriani, c’est pareil !
 
- Sans cette nouvelle orientation, le festival aurait-il pu disparaître ?
- Oui ! Sans cela, il n’y avait plus de festival ! Il faut que les gens, qui aiment la guitare, se contentent de ce que nous proposons cette année, même s’ils trouvent qu’il n’y a pas assez de guitare ! Pour ceux qui veulent jeter un regard positif sur cette programmation, il y a, quand même, des guitaristes magnifiques. La guitare est toujours très présente dans des groupes comme King King, King of the North, dans le superbe groupe de flamenco Kejaleo, dans la famille Chedid, Mathieu et son frère Joseph, également avec Louis Bertignac, Stochelo Rosenberg, Joscho Stephan… Le bassiste Marcus Miller est accompagné d’un superbe guitariste, Adam Agati.
 
- Franchir ce pas, pour un passionné de guitare comme vous, n’est-ce pas difficile ?
- Ce n’est pas difficile, c’est obligatoire ! Ou on arrête, et alors on n’a plus rien, ou on compose ! C’est ce que nous essayons de faire. Cette année, tout le monde peut trouver chaussure à son pied !
 
- Comment avez-vous choisi vos soirées grand public ?
- Nous avons choisi des artistes de qualité qui plaisent… Nous ne sommes quand même pas tombés dans le concert absolument à la mode qui n’est pas de qualité ! Nous avons une image à respecter ! Julien Doré est un très bel artiste avec une belle image et une belle musique. Nous aurions pu programmé d’autres artistes de moins bonne qualité qui vendent bien plus de billets, mais nous n’avons pas voulu franchir ce pas. Nous essayons de préserver une certaine éthique. Je pense qu’elle est préservée sur toutes les soirées. Il y a de la très belle musique tous les soirs.
 
- Pensez-vous avec Julien Doré faire aussi bien ou mieux qu’avec Zaz, l’an dernier ?
- Oui ! La musique de Zaz comporte beaucoup de guitare à consonance jazz manouche, même si cela ne s’est pas beaucoup entendu dans le concert de Patrimoniu. Après le concert, Zaz nous a offert un bœuf à la guitare jusqu’à 5 heures du matin dans les loges avec ses deux guitaristes, notre ami guitariste Jean-François et les guitaristes des Doigts de l’Homme, passés en première partie. Un concert privé fantastique ! Dommage que ça ne se soit pas passé sur scène où la guitare a été, à mon goût, un peu zappée ! Mais Zaz n’était pas là par hasard ! C’est, pour moi, un personnage qui a vraiment sa place aux Nuits de la guitare. Quand on voit que des artistes, comme Quincy Jones, ont décidé de travailler avec elle et sont subjugués par sa voix, ça prouve que c’est une belle artiste ! Ce n’est pas un produit de marketing ! Elle a beaucoup de talent, une vraie carrière devant elle et sera encore présente dans plusieurs années.
 
- Le 24 juillet est une soirée Coup de cœur rock. Pouvez-vous nous la présenter ?
- C’est un choix ! C’est la première fois que nous tentons une telle soirée, ce fameux Coup de cœur rock, tout simplement parce que c’est énorme ! Dès que j’ai découvert le groupe Rival Sons, j’ai pris une claque pas possible ! Je me suis dit : mais qu’est-ce que c’est ce groupe ? Les spécialistes le comparent à Led Zeppelin ou aux Doors, tout simplement parce que le chanteur a une voix extraordinaire, un charisme qui peut rappeler Robert Plant ou Jim Morrison, un type qui a une vraie présence. Le guitariste, aussi, est superbe ! Le groupe est magnifique ! C’est du rock énergie, d’une beauté ! C’est le bon moment pour le passer.
 
- Pourquoi ?
- Parce qu’il n’a pas encore une notoriété mondiale énorme, mais ça ne va pas tarder ! Je pense que, dans 4 ou 5 ans, on ne pourra plus l’avoir à Patrimoniu. Partout où il passe, il déchaine les passions et fait vraiment l’unanimité. C’est un groupe à ne pas rater. Rater Rival Sons, ça veut dire qu’on n’aime pas le rock en Corse ! Comme on dit que la Corse est une terre de rock, j’espère que les gens vont se réveiller.
 
- Et en première partie ?
- En première partie, Last Train est, aussi, très sympathique. Le groupe a été élu meilleur groupe au Printemps de Bourges, cette année. Il a fait l’unanimité. C’est aussi un groupe à ne pas rater et une très belle soirée.
 
- Toujours côté rock, pourquoi reprogrammer Shaka Ponk qui était déjà passé à Patrimoniu en 2012 ?
- Shaka Ponk, tout le monde connaît, mais, depuis trois ans, le groupe a pris une ampleur incroyable.
 
- Vous avez, aussi, programmé une artiste corse, Patrizia Poli. C’est inhabituel. Pourquoi un tel choix ?
- Nous programmons des artistes corses de temps en temps. Patrizia est une artiste que j’aime beaucoup. Quand j’ai su qu’elle avait un nouveau projet, ça m’a intéressé. Je n’ai malheureusement pas pu écouter son concert au théâtre de Bastia, mais des amis, qui y étaient, m’ont dit qu’il était superbe. Il est, en plus, inspiré par Bernard Lavilliers qui est un ami et qui sera, peut-être, aux côtés de Patrizia, le soir du 25. C’est une surprise qui nous fera bien plaisir. Patrizia a prévu d’autres invités surprise. Ce sera une belle soirée !
 
- Michel Fugain & Pluribus pour la soirée de clôture, n’est-ce pas tout aussi inattendu ?
- Michel Fugain est, aussi, quelqu’un de chez nous. Il habite la Balagne de façon récurrente depuis plusieurs années. Pluribus est le groupe qui l’accompagne, comme ce fut le cas avec le Big Bazar. C’est un nouveau Big Bazar, musicalement encore plus fort !
 
- Michel Fugain avait plutôt disparu des scènes. Est-ce son retour ?
- Oui ! C’est son retour avec un bon projet, très musical, très festif et très qualitatif. La musique est absolument magnifique. Michel Fugain a fait des tubes incroyables ! Tous ces tubes sont revus, embellis et sublimés par les arrangements de Pierre Bertrand qui est le chef d’orchestre de Pluribus.
 
- Côté tarifs, le prix des billets est parfois prohibitif. Avez-vous fait des efforts de ce côté-là ?
- Nous faisons toujours des efforts ! J’ai assisté au concert de la famille Chedid à Nice, la semaine dernière. Soit dit en passant le concert était énormissime ! Les places étaient à 55 €. A l’Olympia qui a affiché complet pendant les dix soirs, elles étaient à 70 € ou à 75 €. A Patrimoniu, elles sont à 45 €.  Nous proposons, ensuite, des soirées à 35 €, la soirée Coup de cœur Rock à 29 €, un Pass « Rock » 3 soirées à 77 € avec, donc, 29 € la soirée. Il y a des tarifs réduits pour les jeunes et des carnets de chèques Pass Cultura distribués par la Collectivité territoriale qui leur permet d’acheter des billets avec des réductions intéressantes. Ce n’est pas mal ! Nous avons envie d’être le plus grand nombre à partager la musique et l’émotion qu’elle nous apporte. Nous essayons de faire des prix qui tiennent la route. Je suis conscient que la situation économique est compliquée et que même ces prix-là sont trop chers pour certains.
 
- D’autres festivals ont jeté l’éponge, faute de subventions. Chaque année, est-ce un challenge, un coup de poker, de mener à bout ce festival?
- Oui ! Absolument ! C’est très difficile ! Il y a des gens qui ont, longtemps, pensé que les Nuits de la guitare étaient un train lancé sur les rails, absolument inarrêtable. Non ! Tous les ans, nous repartons de zéro, à tous les points de vue. Nous n’avons pas droit à l’erreur ! Il faut se battre ! Nous passons notre temps à trouver des astuces, à convaincre les gens de nous aider. Cette année, nous avons réussi à convaincre. Nous n’avons pas eu beaucoup à forcer parce que les trois quarts se sont proposés d’eux-mêmes. Sachant que les Nuits de la guitare étaient un peu dans le rouge, des artistes et des producteurs n’ont pas voulu que ce beau festival s’arrête et ont décidé de nous aider. Ils nous ont envoyé des artistes à des prix et à des conditions très particulières pour que ça continue.
 
Propos recueillis par Nicole MARI
 

Jean-Bernard Gilormini, Président et co-fondateur des Nuits de la Guitare à Patrimoniu.
Jean-Bernard Gilormini, Président et co-fondateur des Nuits de la Guitare à Patrimoniu.
Programme du 18 au 25 juillet 2015 au Théâtre de Verdure de Patrimoniu
 
- 18 juillet : MATHIS HAUG / JULIEN DORÉ
- 19 juillet : KING-KING / LOUIS BERTIGNAC
- 20 juillet : KING OF THE NORTH / SHAKA PONK
- 21 juillet : KEJALEO / MARCUS MILLER
- 22 juillet : STOCHELO ROSENBERG, JOSCHO STEPHAN / CHICO & LES GYPSIES
- 23 juillet : CHARLES PASI / LOUIS, MATHIEU, JOSEPH & ANNA CHEDID
- 24 juillet : COUP DE CŒUR ROCK : LAST TRAIN / RIVAL SONS
- 25 juillet : PATRIZIA POLI / MICHEL FUGAIN & PLURIBUS
 
Infos Pratiques 
Parkings aménagés sur la route en direction de Saint-Florent.
Ouverture des portes à 20h
Début des concerts à 21h30
 
Les prix :
- 29 € la soirée du 24 juillet
- 35 € la soirée, les 19, 20, 21, 22 et 25 juillet
- 39 € la soirée du 18 juillet
- 45 € la soirée du 23 juillet
- Pass “Rock” 3 soirées (19, 20 et 24 juillet) : 77 €
- 4 soirées : 120 €
- 5 soirées : 135 €
- 6 soirées : 150 €
- 7 soirées : 165 €
- 8 soirées : 175 €
Tarif réduit (jeunes entre 10 et 15 ans) : 20 € pour toutes les soirées, sauf le 23 juillet : 25 €
Pass Cultura
Tarif C.E. (groupe) : -3 € du tarif normal
 
Billetteries
Ajaccio : Blanc Lumine, Vibrations
Bastia : Chorus, Boutique Alexandre, Espace Media
Borgo : Boutique Alexandre
Calvi : Bar Le Rex
Corte : Musica Vostra
Ghisonaccia : Espace Image
Patrimonio : Alimentation Rovere, Bureau du Festival, Epicerie “U Spurtellu-Amadei”
Saint Florent : Tamarella souvenirs.
Sur le site du festival : www.festival-guitare-patrimonio-com


 




Dans la même rubrique :
< >

Lundi 16 Juillet 2018 - 13:50 Bastia en fête avec le Festival I Sulleoni

Livres | Musique | Evènements | Lingua corsa | Cuisine





Derniers tweets
Corse Net Infos : Crash d'un petit avion à San Giuliano: deux morts https://t.co/m57RuBo24k https://t.co/knVUtAGOqs
Mardi 17 Juillet - 11:56
Corse Net Infos : Inseme in scena : #Felì et #CantaUPopuluCorsu partagent la scène pour une tournée estivale https://t.co/3KKOvlfw0w #Corse
Mardi 17 Juillet - 11:16
Corse Net Infos : Inseme in scena : Felì et Canta U Populu Corsu partagent la scène pour une tournée estivale https://t.co/CMzgeVVREH https://t.co/FDfh0H0YQl
Mardi 17 Juillet - 11:16
Corse Net Infos : Consultez la #météo #corse en permanence et en direct sur #CNI https://t.co/n8GcKLIvbV
Mardi 17 Juillet - 07:55



Newsletter






Galerie