Corse Net Infos - Pure player corse



Mort d'Yvan Colonna: les oppositions demandent des comptes au gouvernement


La rédaction avec AFP le Mardi 22 Mars 2022 à 13:25

Le décès d'Yvan Colonna a relancé ce mardi 22 mars les critiques des oppositions qui mettent en cause la "responsabilité de l'Etat" et dénoncent, à l'instar de Marine Le Pen, le "mutisme" du garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti.



Marine Le Pen. Photo archives CNI
Marine Le Pen. Photo archives CNI
La mort d’Yvan Colonna, condamné pour l'assassinat du préfet Claude Erignac en 1998, "après deux semaines d’agonie est un fait honteux, d’une extrême gravité", a critiqué la candidate du RN, qui estime que "cet assassinat dans les locaux pénitentiaires engage la responsabilité de l’Etat" et ironise sur "le mutisme d’un ministre de la Justice habituellement assez prolixe".
En campagne dans son fief d'Hénin-Beaumont, la députée du Pas-de-Calais a également dit attendre du gouvernement qu’il s’explique sur le fait d’avoir laissé "huit minutes cette agression se dérouler sans qu’il n'y ait eu une intervention".
Le président du RN, Jordan Bardella, est allé plus loin sur France 2, estimant que ce "simple fait générateur aurait dû entraîner la démission" d'Eric Dupond-Moretti "qui a disparu depuis plusieurs semaines".

Une commission d'enquête parlementaire
Certaines voix s'élèvent aussi en faveur d'une commission d'enquête parlementaire, à l'instar du sénateur socialiste Patrick Kanner, directeur adjoint de la campagne de la candidate socialiste Anne Hidalgo, ou de LFI.
"Le silence" du garde des Sceaux "devient assourdissant", a aussi jugé Patrick Kanner. Il y a "de fortes chances" que le groupe socialiste au Sénat demande une commission d'enquête, a ensuite confié à l'AFP le sénateur, qui y est "favorable à titre personnel".
"Le groupe de la France insoumise à l'Assemblée nationale est favorable" à la création d'une commission d'enquête "pour déterminer la réalité des événements et créer une situation d'apaisement", a expliqué sur Franceinfo Manuel Bompard, directeur de la campagne de Jean-Luc Mélenchon.
Demandant également que "toute la lumière" soit faite, le candidat du PCF Fabien Roussel a estimé sur Twitter qu'une "enquête" devait être menée et que les responsabilités devaient "être trouvées".
     
Un appel au calme
"J'appelle au calme parce que les images que nous avons vues ces derniers jours sont terribles", a lancé sur France Inter le candidat écologiste Yannick Jadot, estimant que c'était "une grande responsabilité aujourd'hui pour Emmanuel Macron et son gouvernement, qui ont beaucoup traîné" à proposer "une nouvelle relation entre la Corse et l'État français".
Bruno Retailleau, le patron des sénateurs LR et conseiller chargé des 100 premiers jours de la candidate Valérie Pécresse si elle était élue, a mis en garde sur RFI contre le risque de voir un "embrasement revenir", dénonçant la "faute" commise par le gouvernement qui "a négocié le pistolet sur la tempe".

Macron appelle au "calme et à la responsabilité"

De son coté le Chef de l'Etat  a appelé mardi "au calme et à la responsabilité" en Corse après la mort d'Yvan Colonna, en assurant que des "conséquences" en seraient "tirées". Emmanuel Macron a salué, sur France Bleu, "l'esprit de responsabilité" des élus de l'île parce que, "dans ce contexte, le plus important est que le calme se maintienne".














L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28          





Les Vidéos de CNI


Newsletter


Galerie
Motards en colère
Motards en colère
Foot L1. ACA-Strasbourg
Foot L1. ACA-Strasbourg
Les dauphins de Calvi
Les dauphins de Calvi
Assemblée de Corse
Assemblée de Corse
jardin Pecunia
Assemblée de Corse.15
Congrès Mycologie
Foot ACA-PSG.10
Crash Calvi
Corsica Bike Festival à Lisula
L'Ehpad Saint-André à Furiani
Salon du Chocolat de Bastia 2022