Corse Net Infos - Pure player corse

Michel Stefani : "SNCM, le mensonge mortifère du gouvernement et de l’Exécutif"


Rédigé par le Jeudi 4 Décembre 2014 à 14:45 | Modifié le Jeudi 4 Décembre 2014 - 14:57


Michel Stefani, Secrétaire fédéral du PCF de Haute-Corse, réagit aux derniers propos du Premier ministre sur la SNCM ainsi que sur la décision de la Commission européenne de refuser le transfert de la délégation de service public.


Michel Stefani : "SNCM, le mensonge mortifère du gouvernement et de l’Exécutif"
"Toute honte bue Manuel Valls a affirmé mardi à Nantes « qu'il veillerait scrupuleusement à préserver un maximum d’emplois de la SNCM », alors qu’il assistait aux Assises de l'économie de la mer. Dans la foulée il a qualifié la mise en redressement judiciaire de la compagnie « d'aboutissement malheureux mais inéluctable après une décennie de déficits lourds ».
Le même jour le secrétaire d’Etat au Transports annonçait que la Commission européenne refusait le transfert de la DSP. Ainsi le scandale d’Etat continue et la concurrence déloyale dans les transports a de beaux jours devant elle. L’Etat en effet accepte sans mot dire les décisions de la Commission favorable aux low cost et désastreuse pour le service public de continuité territoriale.

Ce faisant le gouvernement couvre la rémunération sulfureuse de Buttler (60 M€), le vol de la taxe de transport par les low cost (5 M€), leurs pratiques de dumping social, fiscal et commercial et régularise la subvention d’aide sociale (180 M€) versée à Corsica ferries pendant 10 ans.
Le premier ministre ne peut ignorer ces faits et particulièrement que cette subvention, qualifiée d’illégale par la CRC, est à l’origine de la perte substantielle de recettes pour les délégataires aussi bien la SNCM que la CMN et du déséquilibre financier de la DSP sur la période.

Si aujourd’hui il existe des « déficits lourds » c’est en raison de cette gabegie. Pour autant le gouvernement ne s’inquiète pas du mauvais usage de l’argent public et des détournements fiscaux et le premier ministre s’arrange en définitive des 4000 licenciements avec les encouragements de l’OTC qui a émis le titre de recette en recouvrement de l’amende antiservice public de la Commission.
En expliquant que le redressement judiciaire était la solution pour sortir la SNCM de l’impasse, le gouvernement et l’Exécutif de la CTC prétendaient dire la vérité. Aujourd’hui les travailleurs se rendent compte que cette vérité, conforme aux choix des dirigeants de Transdev et Veolia, est un mensonge mortifère pour leurs emplois et le service public de continuité territoriale.

Plus que jamais il faut stopper cette marche à l’abime dans la solidarité et l’action les plus larges autour des travailleurs victimes de cette politique ultralibérale et avec les organisations syndicales engagées dans la défense de la SNCM sur le continent comme en Corse. Alors que s’ouvre la période de six mois d’observation par sa force ce mouvement social et populaire permettra de sauver l’emploi et le service public.
En ce sens dans le cadre de la 55ème Fête de Terre Corse un débat est organisé par le Parti communiste dimanche 7 décembre à 14 heures 30 salle des congrès du théâtre municipal de Bastia avec Frédéric Alpozzo secrétaire du syndicat CGT des marins."




Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 4 Novembre 2018 - 21:52 Corsica Cristiana : A Diu a Prete Mondoloni

Communiqués | L'université | L'estru piuvanu