Corse Net Infos - Pure player corse

Meurtre à Bastelica : Jean Livrelli, assassiné dans sa voiture


Rédigé par (np) le Jeudi 23 Août 2018 à 19:16 | Modifié le Samedi 25 Août 2018 - 01:35


Très tôt ce jeudi matin, un homme de 67 ans a été assassiné sur la route de Bastelica, en Corse-du-Sud. Jean Livrelli a été atteint par une ou plusieurs balles peu après 6 heures 30 alors qu'il se rendait à une partie de chasse sur la route du Val d'Ese, commune de Bastelica. Ce sont ses amis, qui se rendaient également au point de rendez-vous, qui ont immédiatement alerté les secours. Très grièvement atteint au thorax, la victime n'a malheureusement pas survécu à ses blessures malgré la présence des sapeurs-pompiers et d'une équipe médicale. Une enquête a été ouverte. Selon les premiers éléments, la victime, très connue dans la région, serait tombée dans un véritable guet-apens que les proches ont du mal à comprendre. Un véhicule entièrement calciné, avec deux fusils à l'intérieur, a été retrouvé non loin de la scène de crime.


Ce qui reste de la voiture des tireurs
Ce qui reste de la voiture des tireurs
Une ombre semble peser de nouveau sur Bastelica, ce coquet village de montagne situé à quelques encablures d’Ajaccio. Le climat de suspicion, qui plombe depuis plusieurs années le village, ne fait que s’alourdir. Une fois de plus. Une fois de trop ? Toujours est-il qu’hier au petit jour - il était 6 h 30 - lorsque Jean Livrelli, un homme de 67 ans, sans histoire, ancien garagiste à Ajaccio, se rendait à une partie de chasse sur la route du Val d’Ese, lorsqu’il a été pris pour cible par un ou plusieurs tireurs embusqués. Atteint de plusieurs balles au thorax, il n’a pas survécu à ses blessures.

Un corps gisant
Jean Livrelli, au volant d’un 4X4 noir de marque Nissan, était en train de négocier un virage à épingle sur la route du col d’Ese, il roulait donc à faible allure, quand il a essuyé plusieurs coups de feu. Il était attendu sur les lieux de chasse par un groupe d’ami avec qui il devait faire une battue au sanglier. Inquiets de ne pas le voir au rendez-vous, certains de ses amis sont revenus en arrière et ont découvert le corps sans vie qui gisait dans la voiture de la victime. Ils ont alerté les services de la gendarmerie qui se sont rendus immédiatement sur les lieux. Le périmètre a aussitôt été bouclé, ainsi que la route qui mène à la Station du Val d'Ese. Le parquet a été avisé et une enquête ouverte.

Une voiture calcinée dans la Scalella
Dès le début des recherches, les enquêteurs apprenaient qu’une voiture calcinée avait été découverte sur la route menant au col de Scalella, entre Bastelica et Bocognano. Le parquet d’Ajaccio, qui a ouvert une enquête pour homicide volontaire, a aussitôt confirmé qu’un véhicule avait effectivement été retrouvé non loin de la scène du crime, sur la commune de Tavera :  une voiture volée, un Renault Scénic complètement calciné, avec deux armes à l’intérieur. Le Parquet a confié ladite enquête à la gendarmerie, tout en confirmant que la victime était inconnue des services de police. Plusieurs chasseurs ont été entendus comme témoins à la caserne d'Aspretto.

Un homme sans histoires
La nouvelle du meurtre s’est aussitôt répandue dans la région et à Ajaccio, où la victime était connue et unanimement appréciée, notamment dans le milieu de la chasse, également à Bastelicaccia où il vivait. L’un de ses compagnons de battue depuis plusieurs décennies nous disait que " Jean Livrelli était un homme sans histoire, agréable, chasseur émérite qui avait, sa vie durant, exploité un garage de mécanique à Ajaccio, avant de se consacrer à sa passion et surtout aux siens ".

Des rumeurs et des doutes
Selon les premières constatations, Jean Livrelli serait tombé dans un véritable guet-apens. C’est en tout cas la piste qui semble, aujourd'hui, privilégiée. Les tirs, à faible distance, ne lui ont laissé aucune chance. Atteint au thorax, il a succombé peu après à ses blessures. Les rumeurs les plus fantaisistes, habituelles dans ce genre de crime, ont enflammé la région. Les gens parlent, supputent, certains, qui se disent « bien informés », se confient... Les plus affirmatifs vont même jusqu’à avancer des thèses qui, malheureusement, sont parfois en rapport avec une certaine réalité... Les langues se délient et finissent toujours par délivrer des messages pessimistes qui laissent planer le doute. Quoi qu’il en soit, hier matin, un homme de 67 ans, sans histoire, est tombé sous des balles assassines. Ce meurtre a plongé toute une famille dans l’affliction.

Guet-apens ou méprise ?
S’agit-t-il réellement d’un guet-apens comme le laissent supposer les premiers éléments de l'enquête ? Jean Livrelli était-il attendu ? Cela semble peu vraisemblable pour certains de ses familiers qui mettent en avant la personnalité de la victime, inconnue des services de police. Les quelques proches et autres personnes présentes sur les lieux avancent même le terme de "méprise", sans n'apporter toutefois aucune autre précision. Le Parquet, lui, se contente de confirmer que l’enquête est effectivement en cours et semble ne guère donner foi à toutes les suppositions… Quoiqu'il en soit, tout le monde attend le résultat des investigations  sur ce meurtre qui a plongé toute une région dans l'inquiétude et porté le deuil sur une famille effondrée, appréciée de tous.





Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie