Corse Net Infos - Pure player corse

Le meeting : Du drapeau tricolore au drapeau corse, du national à l’identitaire jusqu’au… « Dio Vi Salvi Regina ».


Rédigé par Marie MAURIZI le Samedi 8 Avril 2017 à 23:55 | Modifié le Dimanche 9 Avril 2017 - 20:37


Marine Le Pen a commencé son meeting de campagne à Ajaccio au Palais des Congrès avec plus d’une heure et demie de retard. Des incidents elle n’en parlera pas, fidèle à elle-même elle s’est dirigée triomphante vers son pupitre ou l’attendait son discours et son public.


Le meeting : Du drapeau tricolore au drapeau corse, du national à l’identitaire jusqu’au… « Dio Vi Salvi Regina ».
Dès le début de la prise de parole, Marine Le Pen rassure ses sympathisants « vous ne devez pas avoir peur d’être Corse, soyez fière d’être corse, soyez fiers d’être français vous avez toutes les raisons de l’être… ». Et puis elle continue (si je suis élue) … « il n’y aura plus de match le 5 mai », « je ferai rapatrier les cendres de Napoléon III de Grande-Bretagne pour qu’il soit rendu à cette terre de courage et de nobles sentiments », « l’Etat doit tenir compte du dépôt des armes du FLNC pour ne pas qu’il apparaisse dans une volonté de vengeance », « j’assurerai, pour ne pas les pénaliser ainsi que leurs familles, le rapprochement des détenus dans des établissements corses … ». A chaque phrase les applaudissements redoublent.

L’Union Européenne mère de tous les maux
Elle peut passer ensuite à l’Union Européenne, qui comme la mondialisation « délave les identités, fusionne les cultures… ne défend pas les langues enracinées mais plutôt, comme ici, l’arabe plutôt que le corse et partout l’anglais plutôt que le français… ne défend pas les entreprises nationales, mais les livre à la concurrence sauvage et déloyale…ne distribue pas son argent mais le vôtre… »
Une union européenne que la candidate qualifie de totalitaire et qui a presque dépossédé la France de sa souveraineté ne laissant plus aux dirigeants du pays que des miettes de pouvoir dont il se contente. « Elle n’avance plus qu’au chantage, soumis à ses banques, à ses lobbies souvent américains qui contrôlent nos vies ».
 
« Je ne ferai rien contre l’avis du peuple français, je ne mange pas de ce pain-là »
Marine Le Pen dira non à Bruxelles dès le lendemain de son élection. Elle ira à Bruxelles pour retrouver les libertés fondamentales de la France et demander au peuple français, par référendum et sur la base de ses négociations, ce qu’il compte faire. « Si cela convient je proposerai de rester dans une union européenne totalement réformée, si elles ont été insuffisantes je leur proposerai d’en sortir pour proposer une autre forme de coopération entre nations libres sans mettre en danger les intérêts vitaux ».
 
La Corse est le miroir de ce qui se passe en France
« Menace sur les valeurs et les identités, sentiment de dépossession, atteinte aux libertés, sentiments de mépris, inquiétude d’une gestion qui conduit à l’abime, interdiction d’être nous-même et d’en être fière, comme vous, nous ressentons tous la même chose, sur le continent et dans les territoires d’outre-mer ». La candidature de Marine Le Pen sera celle du peuple contre les oligarchies, du local contre le global, de l’ordre contre le tourbillon de la dérèglementation généralisée du laxisme.
Elle affirmera devant les quelques 400 personnes sympathisantes que le problème de la Corse n’est pas un problème corse, c’est d’abord et avant tout un problème français ! Que ce n’est pas non plus un état, mais un état qui ne fonctionne plus correctement, qui n’a plus toujours les moyens, et pas toujours les directives. Que le problème de la Corse n’est pas le trop d’état, mais ses carences, ses lâchetés et ses dérives.  Marine Le Pen crois aux vertus de l’Etat seulement lorsqu’il est correctement dirigé, ce qui n’est pas le cas depuis deux quinquennats.
 
L’agriculture
Les droits de douane pour protéger les produits agricoles sont en moyenne de 55% en Norvège, de 41% en Suède, et en France de 5%. L’agriculture bradée a affaiblit les agriculteurs français, a obligé à fermer des exploitations, et à abandonner les exploitations familiales faute de perspectives d’avenir. L’endettement est aussi très présent chez les agriculteurs…   comme en Corse c’est sûr. Elle listera les produits du terroir corse au cœur du patrimoine Corse, qui sont en danger aujourd’hui.
« Je soutiendrai les agriculteurs et notamment ceux de Corse, je refuserai les traités de libre échange mortifères pour les agriculteurs, que Fillion et Macron veulent mettre en œuvre ». Applaudissement !
 
Patrimoine naturel de la Corse
La Xylelia bactérie qui s’attaquera à tout le patrimoine naturel de la Corse, ce qui pourrait ruiner son agriculture, son économie si rien n’était fait. La solution de l’UE ? Mettre l’île en quarantaine...
Vigueur dans la protection du littoral, "est-ce qu’on va laisser détériorer l’île de beauté ?" « Je refuse que le béton prenne le pas sur la nature, je veux que la Corse reste impétueusement sauvage ». Spéculation du littoral qui pousse les corse hors de chez eux en rendant les logements inaccessibles ? Elle n’en veut plus.
« Je veux que vous viviez sur cette terre de Corse mais je veux que vous y viviez bien ».
 
Précarité
"La corse est une des régions de France qui accuse le plus fort taux de pauvreté alors que la vie y est déjà plus chère que sur le continent, c’est la double peine dont les jeunes et les retraités sont les  principales victimes" dira la candidate. Elle s’est engagée par son programme, auprès des français à :
-baisser les tarifs de l’énergie réglementés de 5%, et d’aider les foyers aux travaux d’isolement des habitations.
- donner une prime de 80 €/mois pour les retraités et les salariés qui touchent moins de 1500 €/mois et qui sera financée par une taxe sur les importations.
-défiscaliser totalement les heures supplémentaires,
-garantir pour les retraités et les personnes en situation de handicap un minimum de 1000€/ mois. Les revenus de la personne handicapée ne seront plus pris en compte dans le calcul de l’allocation d’adulte handicapé ‘AAH).
-rétablir la demi-part des veufs et des veuves supprimée par François Fillion (…qui déjà s’attaquait aux plus faibles aux plus modestes aux plus fragiles…).
-offrir une protection logement jeune pour les moins de 27 ans, qui consistera en une revalorisation de l’allocation logement.
-mettre en place des contrats d’embauche sans charge pour les premiers emplois des moins de 21 ans
 -charger les universités de trouver les terrains de stages
-baisser l’impôt sur le revenu des 3 premières tranches,
-réduire la taxe d’habitation pour les foyers les plus modestes, et ne pas augmenter pour autant la TVA et la CSG
-baisser le tarif des complémentaires santés pour les ainés…
 
Beaucoup de solutions pour améliorer la prise en charge des français…mais des français seulement
La priorité sera donnée aux français en supprimant l’aide médicale d’état donnée aux clandestins, un délai de carence de deux ans sera instauré pour les étrangers en situation régulière avant de pouvoir bénéficier des prestations sociales. « Les deux derniers quinquennats ont laissé se développer une immigration qu’ils n’ont pas contrôlée. Notre pays ne peut plus accueillir 200 000 étrangers légaux qui rentrent chaque année sur le sol français et qui entraîne un communautarisme incompatible avec notre mode de vie et nos valeurs de civilisation ».

L’immigration
Actuellement avoir un politique migratoire est impossible pour Marine Le Pen puisque la France est soumise au traité de Schengen, qui se caractérise par une circulation libre qui ne permet pas d’assurer la sécurité « puisque les armes aussi circulent librement, tout comme les terroristes islamistes ». 
« Ici en Corse l’immigration est peut-être plus importante qu’ailleurs et certains quartiers sont devenus des ghettos. Il y a urgence à changer fondamentalement la politique migratoire. En Corse les effets négatifs d’une immigration trop importante pour permettre l’assimilation républicaine se sont déjà fait sentir. Si rien n’est fait les cités des jardins de l’Empereur, des Cannes ou des Salines deviendront des ghettos dans lesquels une autre loi que celle de la République s’appliquera. Les signes précurseurs ont déjà eu lieu, et un responsable politique doit mettre un terme à cela. Moi élue je vous garantis qu’il n’y aura pas, en France ni en Corse, de zone de non droit. Nous rétablirons l’Etat de droit. Nous veilleront à une application stricte de la loi sur tout le territoire ».
 
Décourager les candidats au voyage
Le ton se fait plus grave et plus dur quand la candidate aborde ce sujet. Pour réduire l’immigration illégale les demandes d’asile seront faites auprès des consulats et des ambassades de France dans les pays d’origine. Toute entrée illégale ne sera pas prise en compte. Les clandestins ne verront en aucun cas leur situation se régulariser, d’ailleurs elle supprimera de la loi la possibilité de la régularisation des clandestins.
Le droit du sol sera supprimé et la naturalisation se fera sur des critères exigeants. Seuls ceux qui veulent devenir français et le mérite recevront la nationalité française. Les étudiants étrangers rentreront dans leurs pays après leurs études et le solde migratoire sera fixé à 10 000 entrée/an au lieu de 100 000 actuellement.
« A Rome fait comme les Romains sera la règle fondamentale ».
 
Sécurité
« Je rétablirai la sécurité, j’embaucherais 15 000 policiers et gendarmes. Les caïds, les chefs de bandes connus des services de police seront particulièrement ciblés. Je mettrai en place l’injonction civile d’éloignement qui les éloignera après leur peine aussi longtemps qu’il sera nécessaire de la ville ou du département où ils ont commis les délits. Suppression des peines plancher et des remises de peines automatiques viendront s’ajouter à l’injonction et les étrangers seront expulsés soit à l’issu de leur peine soit dans le cadre d’accords bilatéraux que j’irai négocier. Ils iront effectuer leur peine dans leur pays. Ce qui libèrera un nombre non négligeable de place en prison … »

« La France doit être grande pour elle mais aussi pour les autres » conclura la candidate à la présidence. Chacun est reparti sous bonne escorte de peur de nouvelles tensions après un "Dio vi salvi Régina" dont chacun avait eu les paroles…

Les sept mesure pour la Corse

https://www.fn-rbmcorsica.com/sommaire/marine-le-pen-7-mesures-pour-la-corse/




Corse | Entretiens | Elections | Institutions