Corse Net Infos - Pure player corse

Jumelage entre l'intecommunalité du bassin de vie de L'isula et la ville de Mayagüez de Puerto Rico


Rédigé par Maria-Serena Volpei-Aliotti le Vendredi 5 Octobre 2018 à 11:53 | Modifié le Vendredi 5 Octobre 2018 - 23:52


Histoire, patrimoine et savoirs scientifiques ont été au coeur du workshop La Corse: du local aux espaces lointains qui s'est déroulé cette semaine entre Corte et la Balagna au Parc de Saleccia.
Un colloque organisé par les universités de Corti et de Mayagues, en partenariat, pour la deuxième journée, avec la communauté de communes du bassin de vie de Lisula et l'office du tourisme de Lisula-Balagna.


Jumelage entre l'intecommunalité du bassin de vie de L'isula et la ville de Mayagüez de Puerto Rico

 

Dès 9heures de jeudi matin, les nombreux intervenants et invités au workshop « La Corse: du local aux espaces lointains » ont été accueillis au Parc de Saleccia pour participer à la deuxième partie de ce séminaire de travail sur la préhistoire-première guerre mondiale, axée ce jour sur la Balagna. 

Tout au long de la journée, l’histoire et le patrimoine de cette région ont été abordés par des spécialistes de différentes disciplines, dans l'optique de croiser les savoirs scientifiques à la promotion de l’histoire locale.

Antonia Colonna et Angélique Nonza-Micaelli, maîtres de conférences à l'Università di Corsica, ont ouvert cette journée avec une "reconstitution expérimentale d’un habitat du Néolithique ancien de la Corse : l’exemple du site d’A Petra ". 

En fin d'après-midi, après un riche programme, Marie-Jeanne Paoletti Casablanca, docteur en histoire moderne et contemporaine à l'université de Mayagüez et Laetizia Castellani, docteur en histoire moderne et contemporaine à l'università di Corsica, ont présenté leur travail réalisé en commun sur l’émigration balanine à Porto Rico. 

 

 

Plus d'une centaine de balanins à Puerto Rico 

"Ce travail a débuté en 2014 par des recherches sur les soldats de 6 villages de Balagna et notamment I Catari dont je suis originaire " a expliqué Marie-Jeanne Paoletti-Casabianca, installée sur l'île de Puerto Rico depuis de nombreuses années mais qui n'a cependant jamais rompu les liens avec son pays d'origine. "Aujourd'hui nous sommes très heureux car ce workshop et ce jumelage sont l'aboutissement d'un très long travail.  En 1815, suite à une décision du gouvernement espagnol qui ouvre les portes de Puerto Rico aux étrangers catholiques et amis de l'Espagne, de nombreux corses sont partis y tenter leur chance sur cette île, notamment beaucoup de capicursini et balanini". 

De nombreux noms de famille corses, comme les Franceschini de Curbara ( neveu de Davia), sont toujours très présents dans les nouvelles générations. Une descendance que s'est découvert récemment une des étudiantes qui a participé aux travaux de recherches. 

" La Corse est très similaire avec notre île. Le climat estival par exemple mais c'est surtout la gentillesse des gens. Ce jumelage est l'occasion de relancer et de maintenir ce lien qui existe depuis très longtemps entre la Balagne et l'ouest de Puerto Rico et entre les deux îles de façon plus générale. Au début, ma famille me disait que mon deuxième nom "Santoni" venait d'Italie. Mais après avoir participé aux travaux, j'ai su que j'avais des origines corses" a confié la jeune étudiante de l'université de Mayagües. 

"Nous ne nous connaissions pas du tout avant de travailler ensemble" a relaté Laetizia Castellani. "Un jour, j'ai été contactée par Marie-Jeanne qui avait fait sa thèse sur l'immigration Corse à Puerto Rico. Dans un premier temps, nous souhaitions seulement présenter nos travaux communs. Nous avons demandé à l’office du tourisme d'y participer et l'idée de jumelage a été évoquée et rapidement validée". 

"Nous avons profité de cette proposition de conférence en Balagna, autour de Puerto Rico, pour aller un peu plus loin et se dire qu'il y a matière à créer entre ces deux îles sur différentes thématiques comme l'histoire, la culture, le patrimoine mais peut-être aussi sur le développement économique, social et touristique. [...] Il y aura très certainement un voyage en perspective. Nous avons déjà commencé à y réfléchir avec les représentants de la municipalité de Mayagües. Ce qui est clair aujourd'hui c'est que ce n'est pas un jumelage juste pour manger des petits fours. Il y aura très rapidement un programme de travail et d'échanges" a précisé Jean-Michel de Marco, directeur de l'OT Lisula-Balagna. 

 

En fin de journée, en présence de nombreux élus et d'invités, le jumelage a été acté entre les différentes communes de Corse et la ville de Mayagües. 

Pour la balagne c'est Pierre Poli qui était chargé de signer l'acte officiel. Pour le côté Porto ricain c'est Manuel Gonzalez, avocat et représentant du maire de Mayagües, qui a acté ce jumelage,  "Aujourd'hui, nous actons la reconnaissance faite aux corses venus à Puerto Rico. Ils ont aidé à sa construction et sont toujours très présents notamment au niveau du commerce de l'éducation ou de la politique". 

On notait par ailleurs la présence de Jean-Christophe Orticoni, marquis de Massa. 

" Mes cousines sont nées et vivent là-bas. Ma grand-mère y a grandi. Suite à un voyage en Corse, elle est tombée amoureuse, s'y est mariée et n'en est plus partie. Elle a fait une sorte de retour aux sources".






Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie