Corse Net Infos - Pure player corse

« Je leur dirai que j’ai rêvé »* : Le nouveau recueil de Stéphanie Lambert-Mesguich


Philippe Jammes le Dimanche 18 Juillet 2021 à 21:34

A travers cinq nouvelles, Stéphanie Lambert-Mesguich pointe du doigt les absurdités de notre monde : surconsommation, poids des apparences et du matériel, individualisme, sacrifice de la vie privée au profit du travail et du statut social, harcèlement scolaire, amour & manipulation …. CNI l’a rencontrée



Dans ce livre l’auteur nous fait partager une vision de notre monde contemporain. Les histoires, 5 nouvelles, qu’il renferme sont des tranches de vie qui se déroulent dans des lieux qui lui sont chers, qui la ressourcent, l’inspirent. Dont la Corse.
 
- Stéphanie, votre parcours ?
- J'ai grandi en Auvergne, ma région d'origine, avant de poursuivre mes études en école de commerce en Normandie et de rejoindre ensuite la région bordelaise, puis la Corse et à nouveau la région bordelaise où je suis désormais installée. Mon parcours professionnel s'est articulé autour de métiers dans le marketing, puis dans la formation et le conseil dans le commerce et le marketing. Je suis également fondatrice dirigeante d'une entreprise évoluant dans le domaine touristique. Cinéphile passionnée, j'écris depuis l'enfance des histoires que je rêvais à l'époque de convertir en scenario pour le cinéma. Victime petite et jusqu'à l'adolescence de harcèlement scolaire, ce thème est un des sujets récurrents qui me tient à coeur, tout comme les relations amicales, et, plus généralement, les sujets de société. Du scenario qui était mon but premier, j'ai finalement pris goût à l'écriture sur un format plus littéraire, en l'occurrence ici un recueil de nouvelles, 5 au total, chacune sur un sujet de société, sur 170 pages.


Des auteurs de référence ?
- Maupassant pour ses nouvelles, Laetitia Colombani pour La Tresse, George Orwell pour 1984. J'ai beaucoup apprécié également le dernier Goncourt, L'Anomalie.


- La Corse
- J'ai découvert la Corse à l'âge de 15 ans, en 1990, lors d'une colonie de vacances à Vico. Ce fut un véritable coup de foudre pour moi, l'Auvergnate amoureuse des montagnes et des grands espaces préservés. Un coup de foudre visuel tout d'abord. Je n'oublierai jamais ce jour où, avec le J7 Peugeot du directeur de la colo, nous nous sommes rendus à Porto depuis Sagone, et lorsque, après les derniers virages entre Cargèse et Piana, le panorama sur le golfe de Porto se découvrit sous nos yeux. De toute ma vie je n'avais jamais rien vu d'aussi beau. Aujourd'hui encore, l'émotion me gagne lorsque j'aperçois cette merveille qui pour moi représente ce qu'est vraiment la Corse : une montagne dans la mer. L'année suivante, je suis retournée à Vico. Plus tard, j'ai voulu faire découvrir la Corse à mon mari : en 1998, en 1999. En 2007, mon mari a eu une opportunité professionnelle qui nous a permis d'y vivre 4 années. Nous vivions à Bastelicaccia, avec nos deux fils âgés à l'époque de 1 et 4 ans. Là, le coup de foudre visuel s'est définitivement converti en coup de cœur : nous avons découvert, vraiment cette fois pour y vivre à l'année et pas seulement en touristes, les habitants, leurs valeurs aussi. Une solidarité, une générosité, un respect de l'humain, des anciens, une fierté et une vraie loyauté. Mon mari fut muté ensuite de nouveau sur le continent en 2011 et cela fut difficile pour nous 4. Nous avons acheté un petit appartement à Ajaccio pour garder le lien avec nos amis et y revenir à tout moment. Tous les ans nous revenons au moins l'été et nos enfants ont gardé certains de leurs copains de l'époque. En 2014 puis en 2016, mon mari et moi avons parcouru le GR20 coté sud, puis le GR20 coté nord. Cet été, nous renouvelons l'expérience sur le GR20 coté sud avec nos 2 fils désormais âgés de 14 et 17 ans.


Le thème ce livre «Je leur dirai que j’ai rêvé » ?
- La ligne directrice consiste à pointer du doigt les absurdités de notre monde et ce que j'ai toujours condamné dans notre société, car source d'exclusion parfois : surconsommation, poids des apparences et du matériel, individualisme, sacrifice de la vie privée au profit du travail et du statut social. Chaque nouvelle traite donc un ou plusieurs sujets de société. Si mon vécu et mon goût pour l’observation furent mes meilleures sources d’inspiration, il s’agit bien d’une œuvre de fiction. Les personnages ainsi que les situations sont purement fictifs. Néanmoins, si le lecteur parvient à se projeter, que ce soit dans leurs questionnements, leur cheminement, leurs épreuves, j’en serai comblée. J’aurai alors peut-être réussi à dépeindre, à travers la fiction, des petits bouts de vérité sur notre société, avec les individus, les préoccupations, les dérives aussi, qui la caractérisent. J'ai travaillé en collaboration avec une artiste qui a réalisé pour mon ouvrage une illustration par nouvelle. Il y en a donc une qui représente la Corse.


- Comment vous en est venue l’idée ?
- J'ai voulu regrouper dans un même ouvrage tous les sujets qui me tiennent à cœur, avec pour fil conducteur une dénonciation de certaines dérives de notre société, mais avec toutefois une bouffée d'optimisme.


- Ces nouvelles ont-elles un ordre ?
-Les nouvelles peuvent être lues dans l’ordre que décide le lecteur. Toutefois, les découvrir telles que présentées dans ce recueil lui permet, je l’espère, de reconstituer les pièces d’un puzzle et de comprendre le chemin suivi par l’héroïne.


- Justement, le personnage de Julie ?
- Il y a un peu de moi dans Julie, mais pas seulement. Il s'agit d'une fiction et les faits sont purement inventés. J'ai voulu construire un personnage attachant, malmené dans son enfance. Une orpheline, élevée par sa grand-mère après le décès de ses parents, qui grâce à une force mentale et une résilience hors normes, se trouvera face à un destin qui je l'espère, emballera le lecteur. Julie vit à Bordeaux mais sa grand-mère est corse. Une des nouvelles est entièrement consacrée au retour aux sources de sa grand-mère, au crépuscule de sa vie. 


- Des projets ?
- Je vais suivre prochainement une formation dans une école de cinéma sur la narration, le récit, que ce soit dans le roman ou le scénario. Mon prochain ouvrage sera très probablement un roman qui traitera d'autres sujets de société et sera plutôt sur un genre type thriller psychologique.

Pitch et thèmes de chaque nouvelle :
Nouvelle donne
Thèmes abordés : harcèlement scolaire, estime de soi, amitié
Depuis la maternelle, Julie est chahutée à l’école. Elle n’a pas d’amis, à part Laure qui lui a toujours été fidèle. Les cours de sport et les récréations sont pour elle les pires moments de la journée. A l’entrée en classe de sixième, Laure et Julie sont séparées à cause de la carte scolaire. C’est le début de l’enfer pour Julie.
La Petite Etoile
Thèmes abordés : vie étudiante & liberté, amour & manipulation, amitié
Laure et Julie, amies depuis l’enfance, se retrouvent pour leurs études supérieures dans le même établissement. Les retrouvailles tant attendues des deux jeunes femmes, épicuriennes et idéalistes, seront marquées par une folle envie de croquer la vie à pleines dents, et d’observer le monde qui les entoure avec des yeux rêveurs et enjoliveurs. Alors que Julie croisera sur son chemin Vincent, séducteur instable et pourtant d’une extrême sensibilité qui la marquera à jamais, Laure tombera sous le charme d’un homme qui s’avèrera manipulateur et pervers.
Métronome et chemins de traverse (partie I)
Thèmes abordés : conformisme dans notre société, monde de l’entreprise (via la vision des relations professionnelles dans une grande entreprise où règne le « politiquement correct »), routine, matérialisme & vie de couple
Julie est cadre supérieur dans une grande entreprise. Corps et âme dévouée à son travail, elle mène une vie confortable, avec son compagnon Nicolas qui lui aussi poursuit une brillante carrière. Les semaines se suivent et se ressemblent. Les années défilent de manière indolore. Le rythme est soutenu en semaine, Julie et Nicolas travaillent même de temps en temps les week-end. Parfois, volontairement ou non, Julie empruntera des chemins de traverse qui sauront lui rappeler ce qu’est la Vie, avec des émotions que sa routine robotisée lui ont fait oublier. C’est après avoir suivi un de ces chemins que Julie, à son insu, se trouvera face à son destin.
Un vent de liberté
Thèmes abordés : secrets de famille & non-dits, quête de ses origines
A l’aube de ses 95 ans, Andrée ne va pas bien. Avant de partir en paix pour son dernier voyage, elle a des choses à révéler à sa petite-fille Julie. Les choses se précipitent et elle lui écrit une lettre, l’informant que son cousin est venu la chercher à Bordeaux pour la conduire en Corse, dans le village de ses origines. Julie la rejoindra. Là, les souvenirs pourront ressurgir et, peut-être, contribuer à percer certains secrets.
Métronome et chemins de traverse (partie II)
Thèmes abordés : volonté de donner un sens à sa vie, remise en question des codes matérialistes et grégaires de notre société occidentale.
Après avoir passé plusieurs jours entre la vie et la mort, Julie se réveille. Deux chemins s’offriront à elle : le retour à sa vie d’avant, professionnellement valorisante, matériellement très confortable, socialement gratifiante, affectivement rassurante ; ou bien, une nouvelle vie, avec sa part d’inconnu, d’inattendu, de risque aussi. Après réflexions et aussi quelques désillusions, elle choisira son chemin.
 
Un passage du livre sur la Corse
« Julie mit son téléphone en mode avion. Son siège était près du hublot, à gauche de l’appareil. Le meilleur endroit pour apercevoir les côtes de l’île dès que l’avion survolera la Méditerranée. La vue sur le Cap Corse, la Revellata, la réserve de Scandola et surtout, au loin, la Paglia Orba, « reine des montagnes corses », lui procurèrent quelques frissons. Le souvenir des odeurs de son île lui revint à l’esprit. Lorsqu’elle posa le pied sur le tarmac, un air doux lui caressait le visage. Un bien-être, un sentiment de paix intérieure l’envahit. Elle prit la route pour se recueillir sur la tombe de sa grand-mère, avant de rejoindre la maison. Dans le jardin, elle cueillit quelques citrons mûrs qui, très vite, diffusèrent leur doux parfum dans la pièce. Ces citrons, quand elle était petite, ses parents les pressaient et elle buvait leur jus nature, sans sucre. Ils avaient quelque chose d’unique. La Corse, d’ailleurs, était unique. »
 
*Edition Le Lys bleu. 176 pages - Date Parution : 25 juin 2021














    Aucun événement à cette date.








Newsletter


Galerie
Manif Ajaccio.12
Manif Ajaccio.11
Parking Gaudin
Parking Gaudin
Cinéma Ellipse
Cinéma Ellipse
IMG_9423
Donation Lazaret ajaccio.5
1
Inondations Ajaccio.17
Soignants Bastia
Hôpital Ajaccio
Inhumation Guy Bedos
IMG_9304
Citadelle Ajaccio.12
IMG_2047