Corse Net Infos - Pure player corse

Gilles Simeoni : « Le procès des Indépendantistes catalans est une régression de la démocratie ! »


Rédigé par Nicole Mari le Jeudi 28 Février 2019 à 17:51

Le président du Conseil exécutif de la Collectivité de Corse et leader des Nationalistes modérés, Gilles Simeoni, était à Madrid pour exprimer sa solidarité et son soutien aux Indépendantistes catalans, actuellement jugés pour délit de rébellion. Invité par le gouvernement et les eurodéputés catalans, accompagné d’une délégation de députés européens, Gilles Simeoni a rencontré les familles des prévenus, assisté au procès, participé à une conférence de presse et déjeuné avec les observateurs internationaux. Il explique, à Corse Net Infos, que c’est un devoir politique et moral d’être là, qu’on ne peut pas accepter en silence que des élus et des représentants de la société civile risquent 30 ans de prison pour avoir organisé un référendum. Un court déplacement très politique pour un procès qui ne l’est pas moins et qui rappelle les heures sombres du nationalisme corse.




Le président de l'Exécutif corse et la délégation d'euro-députés, lors de la conférence de presse, jeudi matin à Madrid, devant le tribunal où se tient le procès des Catalans.
Le président de l'Exécutif corse et la délégation d'euro-députés, lors de la conférence de presse, jeudi matin à Madrid, devant le tribunal où se tient le procès des Catalans.
- Pourquoi avez-vous fait ce déplacement à Madrid ?
- Comme j’ai eu l’occasion de l’expliquer la semaine dernière devant l’Assemblée de Corse, la question n’est pas de savoir si on est pour ou contre l’indépendance de la Catalogne. Cette question ne regarde que le peuple catalan. La question fondamentale est : peut-on rester sans rien dire quand, en Europe, au 21ème siècle, un gouvernement fait un procès à des dirigeants politiques et à des représentants de la société civile et veut leur infliger 30 ans de prison uniquement parce qu’ils ont organisé un référendum ? C’est un problème fondamental de démocratie et de respect des droits des peuples à disposer d’eux-mêmes. C’est aussi un problème de vision de l’Europe et la nécessité de retrouver le sens de l’idéal et des valeurs qui ont fondé l’Union européenne. C’est un problème de principe, de principes universels.
 
- Qui avez-vous rencontré pendant ce court séjour ?
- Je suis arrivé mercredi soir à Madrid. J’ai rejoint la délégation de députés européens qui m’ont invité, une délégation composée notamment des Français, Paul Molac et José Bové, mais aussi de Catalans comme Jordi Solé…, d’Ecossais, de Danois, de Flamands, d’Estoniens… et des représentants du gouvernement catalan. J’ai diné avec les familles des prévenus. Ce matin, nous avons assisté au procès et à l’audition de quatre témoins très politiques, comme Ernest Benach, l’ancien président du Parlement de Catalogne. Inigo Urkullu, le lehendakari - le président basque - a expliqué dans quel contexte s’est tenu le référendum et affirmé, contrairement à ce que prétend le gouvernement espagnol, la volonté du gouvernement catalan de discuter jusqu’au bout avec Madrid. Nous avons, ensuite, donné une conférence de presse devant une trentaine de médias européens. J’ai, également, déjeuné, avec les observateurs internationaux.
 
- Dans quel état d’esprit sont les familles des prévenus ?
- Les familles sont solidaires et déterminées. En même temps, elles ont conscience que le risque pénal est très lourd et qu’il y a, de la part de l’Etat espagnol, la volonté forte de réprimer et de condamner lourdement.
 
- Certains estiment que c’est une affaire espagnole et qu’on n’a pas à s’en mêler ?
- On peut trouver mille excuses pour détourner le regard, dire que cela ne nous concerne pas, que c’est un problème interne à l’Etat espagnol, qu’il appartient juridiquement à la Cour espagnole de décider… sauf que, je le dis clairement, ce ne sont que des excuses ! Le procès, qui est fait aux Indépendantistes catalans, est un procès purement politique avec le décorum écrasant d’un Etat qui veut montrer qu’il est omnipotent. Ce n’est qu’une succession de subterfuges, de stratagèmes, d’artifices pour essayer de criminaliser un combat démocratique. C’est inacceptable ! Qu’on ait de la sympathie ou pas pour les Indépendantistes catalans, c’est avant tout une question de démocratie qui nous concerne tous.
 
- Avec une résonnance particulière pour le leader nationaliste que vous êtes ?
- Oui ! Je suis venu, aussi, exprimer, la solidarité historique des Corses avec les Catalans dans leur combat démocratique pour leur identité, leur langue, leur peuple et la construction de leur nation. C’est important par rapport à notre histoire, nous, qui avons connu tant de procès et souvent de procès relevant de la raison d’Etat, notre solidarité leur est forcément acquise. Si, il y a 40 ans, il n’y avait pas eu la solidarité des élus corses non-nationalistes, des Corses, de la diaspora, mais aussi des forces de progrès en France et la solidarité internationale, que ce soit pour le procès d’Aleria en 1976 ou pour les premiers procès du FLNC en 1979, la réponse pénale aurait, certainement, été autre, la répression et les peines encore plus lourdes que celles qui ont pu être prononcées. C’est un devoir moral et politique pour nous d’être là.
 
- Ce procès vous rappelle-t-il les heures sombres des grands procès des Nationalistes corses auxquels vous avez, parfois, assisté ?
- Oui ! On y retrouve exactement la même mécanique, mais encore plus caricaturale ! En arrière plan des procès corses, il y avait des faits - que ces faits soient contestés ou reconnus par les personnes poursuivies - qui étaient des infractions au sens de la loi pénale. En Catalogne, il n’y a même pas cela ! L’Etat espagnol cherche un prétexte pour essayer de condamner pénalement les Indépendantistes catalans. Pendant le procès, la Cour leur dit de ne pas parler de politique, mais si on ne parle pas de politique, il n’y a pas de procès ! La raison même du procès est le reproche d’avoir organisé, selon les Espagnols, un  acte d’insubordination, voire de rébellion, ou, selon les Catalans, un acte d’expression démocratique.
 
- Le verdict est-il, comme le craignent les Catalans, joué d’avance ?
- On peut effectivement craindre le pire ! Raison de plus pour se mobiliser ! La mobilisation, y compris internationale, est aussi une façon de dire qu’on ne peut pas accepter cette partition jouée d’avance et que les problèmes politiques doivent se traiter politiquement et pas dans les tribunaux ! Ce procès, dans l’Europe démocratique du 21ème siècle, est un anachronisme ! C’est une incroyable régression de la démocratie ! Une régression pour l’Etat espagnol qui fait ce procès, pour l’Etat français qui le cautionne, et pour l’Union européenne qui se tait et, ce faisant, tourne le dos à ses valeurs fondatrices.
 
Propos recueillis par Nicole MARI.




Corse | Entretiens | Elections | Institutions














Newsletter



Galerie
Galeani
Galeani
Nettoyage Sanguinaires
Nettoyage Sanguinaires
Recyclerie de Corse
Recyclerie de Corse
Calvi : Défilé de mode des commerçants
Calvi : Défilé de mode des commerçants
Logements sociaux à Budiccioni
Logements sociaux à Budiccioni
Incendie appartement Ajaccio
Incendie appartement Ajacci
Premier bain de l'année à L'Ile-Rousse
Animations de Noël à Porto-Vecchio
Clean walk à Ajaccio
Messe de Noël à Castellucio