Corse Net Infos - Pure player corse

Fabrique de Théâtre à Bastia : "La Porte du Non-Retour", une étape à franchir


le Mercredi 30 Avril 2014 à 09:24 | Modifié le Mercredi 30 Avril 2014 - 18:04


Du 16 au 30 avril à la Fabrique de Théâtre de Bastia s’est déroulé un parcours déambulatoire théâtral et photographique poignant autour des questions de migrations en Afrique intitulé « La Porte du Non-Retour »… Un projet porté par Philippe Ducros, artiste québécois engagé qui nourrit son approche du théâtre par d’incessants voyages dans les pays du Sud. Un parcours émouvant à voir encore jusqu’à aujourd’hui dont on ne ressort pas indemne…


Fabrique de Théâtre à Bastia : "La Porte du Non-Retour", une étape à franchir
Directeur artistique du théâtre Espace Libre à Montréal et directeur de la compagnie Hôtel-Motel qui signe la production de ce parcours déambulatoire, Philippe Ducros était l’invité de la Fabrique de Théâtre à Bastia. Créé à la maison de la culture de Frontenac du 28 avril au 11 juin 2011 en coproduction avec le Festival TransAmériques à Montréal, ce parcours visuel et auditif était officiellement programmé au festival d’Avignon 2013. Ses 49 photographies couleurs, mélange de procédés argentiques et numériques sont déchiffrées à l’aide d’un audioguide où la voix de deux comédiens murmure un monologue intérieur, un voyage au cœur des exodes d’hier et d’aujourd’hui. Afrique de l’Ouest, Ethiopie et surtout République Démocratique du Congo : images des exodes urbains, camps de réfugiés, déplacés de guerre, cette création nous emporte à l’intérieur du voyageur et questionne la politique économique, les ramifications entre progression des guerres et pillages des ressources notamment en minerais.
« Il y a un nouveau colonialisme à l’œuvre aujourd’hui. Le  génocide du Rwanda en 1994  a fait huit cent mille morts ; les réfugiés ont débarqué par centaine de milliers au Congo, la guerre a traversé la frontière. Aujourd’hui, la Bourse de Toronto est le centre financier des sociétés minières du monde, plus de 40% des mines au monde sont exploitées par des sociétés implantées en sol canadien. Les lois protègent les compagnies minières contre les plaintes et les poursuites de ce qu’elles font à l’extérieur du pays. Tout cela est très lié à nos modes de consommation, lorsqu’on sait par exemple que 80% du coltan, minerai rentrant dans la composition des téléphones portables provient de la République Démocratique du Congo, pays parmi les plus riches en matières premières » explique Philippe Ducros.
Crimes sexuels, SIDA, prostitution, marée humaine, épidémie, cette exposition nous ramène à la faillite de l’humanité, laissant au soleil la carcasse de l’humain et de l’espoir. Cette création questionne la fin du monde qui comme le dit l’auteur « n’est pas la même pour tout le monde ». 
Une étude américaine fait état de 1 000 viols par jour au Congo, la plupart étant commis par des groupes armés. En soixante minutes, le parcours nous amène sans larmoiement en voix et en musique dans une Afrique en détresse. Le titre de cette création « La Porte du Non-Retour » évoque les monuments de la côte Ouest de l’Afrique érigés à la mémoire des millions d’esclaves déportés vers l’Amérique. Une fois cette porte passée, les Africains savaient que jamais plus ils ne reviendraient. Les conflits de la RDC (République Démocratique du Congo) ont causé de trois à cinq millions de morts en moins de quinze ans, un record macabre depuis la seconde guerre mondiale.
Auteur, metteur en scène, acteur et photographe autodidacte,  Philippe Ducros a séjourné dans plus d’une vingtaine de pays en proie à des bouleversements : Chine, Palestine, Syrie, Bosnie, Inde. L’artiste ne cache pas son engagement : « ma création est une forme de bilan nécessaire ; ce qui m’intéresse, c’est comprendre et exposer les liens de responsabilité et les vases communicants de nos vies. Le théâtre permet de pousser les idées en collectivité, je crois que l’art peut dire des choses que le journalisme ne peut pas. Nous voulons faire des spectacles sur les laissés-pour-compte de nos civilisations globales et leur dire que nous ne sommes pas indifférents ».
Après cette escale Corse, le parcours déambulatoire « La Porte du Non-retour » sera accueilli à la Galerie Saw à Ottawa. (Canada)
 
Fabrique de Théâtre
2 rue ND de Lourdes. Bastia
04.95.39.01.65
www.theatrealibi.com
http://hotelmotel.qc.com/





Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 18 Novembre 2018 - 17:10 Bastia : La Maison du Sacré Cœur a ouvert ses portes

Dimanche 18 Novembre 2018 - 14:46 Un nouveau club de badminton à Biguglia

Livres | Musique | Evènements | Lingua corsa | Cuisine