Corse Net Infos - Pure player corse

En meeting à Ajaccio Core in Fronte promet de défendre les intérêts de tous


Vincent Marcelli le Mercredi 16 Juin 2021 à 08:46

À cinq jours du premier tour de scrutin des élections territoriales, à l’occasion de son meeting de clôture auquel ont participé plus de 200 personnes, Core In Fronte, le mouvement porté par Paul-Félix Benedetti, a réitéré le sens de sa démarche, renouvelant, en même temps, sur un ton acerbe, sa rupture avec la majorité sortante. Sa dernière parole sonne, à la fois, comme un mantra de victoire et un avertissement : « On arrive… ! ».



Images Michel Luccioni
Images Michel Luccioni
La chaleur étouffante et les embouteillages avaient quelque peu freiné, mardi en fin d'après-midi, les militants et sympathisants de Core in Fronte en ce début de soirée au Casone. Plus de 200 personnes étaient néanmoins présentes, bandera en main et au son de chants corses d'hier et d'aujourd'hui, pour assister au meeting de clôture de la liste « Da Per Noi » conduite par Paul-Félix Benedetti. Mais si le nombre pouvait paraître restreint, l’ardeur, elle, était au rendez-vous. Quasiment à l’heure par rapport au timing, divers membres de la liste ont, tour à tour, pris la parole. Davia Benedetti, sœur du leader de Core in Fronte, a donné le ton. « Nous avons échoué d’un rien en 2017 », souligne-t-elle, « cette fois sera la bonne... On y sera parce que nous avons des gens sincères... ».
 
Sur un ton plus acéré, Olivier Pantaloni, Jean-Marc Lanfranchi, Arthur Solinas, Serena Battestini, Jean-Baptiste Arena et Véronique Pietri pointent du doigt « une situation catastrophique pour la Corse, l’arrivée de la misère, une identité qui se perd et la nécessité de changer les choses». Le sens de la démarche est resté le même que celui de la campagne. On aura, toutefois, vite compris, à travers les allocutions, que l’adversaire du jour n’est pas vraiment, ni gauche ni à droite. Sans langue de bois, les différents interlocuteurs s’en prennent, en effet, directement à la majorité sortante. « Ouvrez les grilles, on arrive ! Et nous ne sommes pas là pour occuper un simple strapontin, mais pour changer réellement la donne et bâtir un pays sur la base de l'intérêt collectif... ».
 
Jean Baptiste Arena évoque, pour sa part le mot de « Mafia », le nom de Massimu Susini, mais aussi les cas de Pierre Alessandri, Alain Ferrandi et Yvan Colonna. « Au système mafieux », précise-t-il, « il faut opposer le travail ».
 
Sur un ton ironique, le vétéran, Paul Quastana, avant-dernier à se rendre à la tribune, évoquera « Buckingam Palace et des places à prendre ! Il faut se battre, dès dimanche, et ce durant des années, c’est une gouvernance qui s’étale sur 30 à 40 ans... » . Avant de conclure sur une citation philosophique : « Celui qui se bat n’est pas sûr de gagner, mais celui qui ne se bat pas est sûr de perdre ! ».
 
En guise de conclusion, Paul-Félix Benedetti va réitérer « La force politique structurée qui était la nôtre, il y a trois ans. Nous avons perdu de quelques dizaines de voix, mais c’était sans doute notre première victoire !... Depuis six ans, il y a trop d’écart de la parole aux actes dans cette Assemblée de Corse. Il est temps que les choses changent ! ».
 
Le ton est donné...

Le message de Paul-Félix Benedetti aux électeurs corses























Newsletter


Galerie
Manif Ajaccio.12
Manif Ajaccio.11
Parking Gaudin
Parking Gaudin
Cinéma Ellipse
Cinéma Ellipse
IMG_9423
Donation Lazaret ajaccio.5
1
Inondations Ajaccio.17
Soignants Bastia
Hôpital Ajaccio
Inhumation Guy Bedos
IMG_9304
Citadelle Ajaccio.12
IMG_2047