Corse Net Infos - Pure player corse

Dimanche au palais des congrès d’Ajaccio : La grande fête de la solidarité


Rédigé par José Fanchi le Jeudi 11 Octobre 2018 à 16:38 | Modifié le Jeudi 11 Octobre 2018 - 22:21


En Corse comme ailleurs, La pauvreté a fortement progressé à partir de 2008 avec l’accentuation des difficultés économiques liées à la crise financière. Entre 2008 et 2012, le nombre de pauvres a augmenté considérablement. Le seuil de pauvreté est fixé à 60% du revenu médian, soit 1025 euros pour une personne seule, 1523 pour un couple sans enfant et 2132 pour un couple de deux enfants de moins de 14 ans. La CLE Pumonte a évoqué le sujet


(Photos Michel Luccioni)
(Photos Michel Luccioni)
C’est le constat dressé par la Coopération Inter-associative de lutte contre l’exclusion, au cours d’une conférence de presse présidée par le docteur François Pernin, en présence des membres de la Croix Rouge Française, Entraide Protestante, Falep, Fraternité du Partage, Médecins du Monde, Présence Bis, Restos du cœur, Secours Catholique et Secours Populaire Français. Au cours de cette réunion, le docteur Pernin a annoncé le grand rassemblement de dimanche au palais des congrès d’Ajaccio : La fête de la Solidarité.
 Revenons sur les années 2000 et 2010 pour rappeler qu’elles avaient constitué un tournant de notre histoire sociale. La pauvreté avait fortement baissé entre les années 1970 et le début des années 1990. Depuis, on n’assiste pas à une explosion de la pauvreté, mais à l’inversion d’une tendance historique. Plus que l’augmentation du nombre de pauvres elle est loin d’être négligeable c’est surtout ce changement d’orientation qui est marquant. La pauvreté est mesurée de façon relative au niveau de vie médian. L’écart se creuse entre les plus pauvres et les couches moyennes si l’on raisonne à moyen terme.


La dure loi des records…
En clair, le taux de pauvreté des ménages jeunes (moins de 30 ans) atteint plus de 28% en Corse contre 23% au plan national. Cela est principalement dû au taux de chômage. Chez les plus de 75 ans, le taux atteint 17,5% sur l’île alors qu’il évolue entre 6,6% (Pays de Loire) et 11,5% (Occitanie). A ce niveau, la situation est due aux faibles retraites agricoles et cotisations des années soixante à quatre-vingt-dix pour nombre de métiers, sans oublier les pensions de veuvage. Ainsi, la part des retraités percevant le minimum vieillesse en Corse s’élève à 10,9% en Corse contre 3,1% au niveau national. Des records dont on se passerait volontiers !
Si l’on en croit les chiffres, il y avait 65 365 pauvres en Corse sur 330 000 habitants en 2015, selon l’INSEE et cela représente 19,8% de la population, soit le taux le plus élevé de l’hexagone :
  • 24,2 des personnes seules étaient en situation de pauvreté en 2015 avec un niveau de vie médian de 790 euros par mois contre 16,4% pour l’ensemble du pays.
  • Le taux de pauvreté des familles monoparentales est légèrement inférieur au taux moyen de la France et n’atteint pas ces tristes records
  • Enfin, le niveau de vie des ménages diminue lorsque le nombre d’enfants augmente et diminue davantage avec l’avancement en âge des enfants. Et le taux de pauvreté passe de 13,4% pour un couple avec un enfant à 27,1% pour un ménage avec trois enfants.

De quoi sera fait demain…
Chacun des participants a bien sûr évoqué le faible nombre de logements locatifs sociaux, l’offre de soins insuffisante, la scolarisation des enfants insuffisante et la déscolarisation qui reste préoccupante et qui entraîne forcément un faible taux de diplômés, en même temps que le taux de chômage (10% à la mi-2018 contre 9,2 en France).
Il va sans dire que la coordination inter-associative lutte contre la précarité avec la détermination que l’on sait et les moyens dont elle dispose, grâce sans doute réseau qu’elle a créé et qui lui permet d’obtenir une synergie originale et pro active dans la mesure où la CLE  Pumonte regroupe à ce jour une dizaine d’organisations oeuvrant auprès des plus pauvres. Chacune des associations intervient au service des plus démunis. On notera au passage « l’abri de nuit », l’accueil médical, l’accueil hospitalier, la plateforme alimentaire, le recyclage du textile.

 
La solidarité, ça se fête
En octobre 2017, pour la première fois, les associations de la CLE ont organisé la journée de la Solidarité au palais des congrès d’Ajaccio. Cela a permis à tous de mieux se connaître, d’échanger, d’organiser un grand débat autour d’une table ronde. Et de remettre ça sous forme d’une grande fête.
Cette année en effet, le même palais des congrès abritera la fête de la Solidarité ce samedi, manifestation qui regroupera toutes les associations humanitaires, l’organisation d’ateliers, des tables-rondes pour précisément évoquer la pauvreté. Un programme qui sera complet tout au long de la journée avec des interventions, des animations, sur les thèmes suivants :
  • Une pauvreté structurelle, principales causes de spécificités en Corse
  • Favoriser la mobilité pour améliorer la vie des précaires en Corse
  • Quel développement économique pour stimuler l’emploi et réduire la précarité
J .F.  





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 19 Octobre 2018 - 23:05 L’ACA domine le Havre avec la manière (3-2)

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie