Corse Net Infos - Pure player corse

Crise sanitaire : la CGT appelle aux rassemblements contre les mesures anti-sociales


Philippe Jammes le Mercredi 4 Août 2021 à 18:16

L’UD CGT de Haute-Corse est revenue ce mercredi sur les conséquences des dernières mesures gouvernementales. Le syndicat appelle aux rassemblements de protestation.



Un rassemblement à Bastia - archives CNI
Un rassemblement à Bastia - archives CNI
«Nous disons Oui à la vaccination avec une AMM, Autorisation de Mise sur le Marché, mais Non à la vaccination obligatoire et aux sanctions annoncées qui vont engendrer une précarité », déclare Charles Casabianca au nom de la CGT de la Haute Corse, «Nous sommes pour le libre choix de la vaccination et contre le flicage et la régression sociale » poursuit –il.  «La loi relative à la gestion de la crise sanitaire impose l'extension du pass sanitaire et l'obligation vaccinale pour les personnels de santé. Il impose des mesures graves en termes de discriminations, de droit du travail et de protection des données personnelles. Le projet de loi voté par le Parlement prévoit que le pass sanitaire devienne aussi obligatoire dans les cafés, restaurants, centres commerciaux, maisons de retraite, les services de soins (hôpitaux, cliniques) et trains, avions, cars interrégionaux à partir du mois d’août. Le projet de loi prévoit que les salariés travaillant dans des lieux où un pass sanitaire est obligatoire devront eux-mêmes présenter leur passe à leur employeur, sous peine de voir leur contrat de travail suspendu dans un premier temps pouvant aboutir à un licenciement. Les personnels de santé tous secteurs confondus seront obligés de se faire vacciner avant le 15 septembre sous peine d’être sanctionné immédiatement. Pour résumer, Un professionnel de santé qui ne pourrait pas exercer pour ces raisons pendant une période de deux mois pourrait être licencié et de fait obligé de cesser définitivement ses fonctions.
Dans l'état actuel des choses, la loi ne prévoit ni formation pour les salariés qui devront s'acquitter de la vérification des pass sanitaires, ni possibilité de refus de leur part, ni mesure de protection alors que les réactions violentes sont aujourd'hui quotidiennes.
Dans les branches concernées, le pass serait étendu sans concertation avec les représentants du personnel, ni avec la médecine du travail . Les travailleurs en CDD qui ne répondraient pas à l'obligation de passe sanitaire pourraient voir leur contrat faire l'objet d'une rupture anticipée ou d'une suspension de deux mois » souligne encore Ch.Casabianca. «Mais pendant cette période, ils ne pourraient ni s'inscrire à Pôle Emploi (et toucher des indemnités chômage) ni signer un autre contrat de travail ».

Si la CGT de la Haute Corse réaffirme sa position sur la liberté la vaccination ou la mise en place d’autres moyens connus pour combattre efficacement la pandémie, elle s'oppose à son obligation et préfère la voie de la conviction.
«A la CGT, nous dénonçons une injonction et les conséquences graves qu'un tel texte pourrait avoir sur le pacte républicain, alimentant un clivage entre citoyens détenteurs d'un pass et les autres. La CGT de la Haute Corse continue de privilégier la liberté ainsi que le bénéfice risque de la personne, tout en mettant en garde sur la problématique des effets secondaires qui ne seront pas reconnus en cas de problème. Aussi appelons nous les parlementaires à revoir leurs positions et les mesures régressives pour le monde du travail. Tout en réaffirmant avec force notre position sur l’accès à une liberté de vaccination pour tous, nous nous opposons à toute obligation ainsi qu’à toutes mesures antisociales. Dans cette optique nous appelons tous les salariés à participer aux rassemblements, non pas contre la vaccination, mais contre les mesures anti -sociales qui en découlent ».
 

Crise sanitaire : la CGT appelle aux rassemblements contre les mesures anti-sociales
Et la CGT pose de nombreuses questions restent en suspens.
  • Comment serait encadré l'accès à certaines données personnelles et de santé ?
  • Que se passerait-il dans le cas où un employeur interdirait à un salarié d'exercer son activité ?
  • Serait-il rémunéré ?    
  • Au bout de deux mois d'absence, le licenciement serait automatique, mais pour quel motif ?
  • Pris en charge sur le temps de travail et donc une reconnaissance en AT en cas de déclenchement de symptômes graves au SRAS COV 2 (pour les salariés qui céderont aux menaces pour se faire vacciner)
  • Contre le pass licenciement, quelles seraient les indemnités ?
  • Qui les verserait ?
  •  














    Aucun événement à cette date.








Newsletter


Galerie
Manif Ajaccio.12
Manif Ajaccio.11
Parking Gaudin
Parking Gaudin
Cinéma Ellipse
Cinéma Ellipse
IMG_9423
Donation Lazaret ajaccio.5
1
Inondations Ajaccio.17
Soignants Bastia
Hôpital Ajaccio
Inhumation Guy Bedos
IMG_9304
Citadelle Ajaccio.12
IMG_2047