Corse Net Infos - Pure player corse

Conseil municipal de Bastia : Un hommage aux tabors marocains


Rédigé par le Mardi 19 Décembre 2017 à 20:17 | Modifié le Jeudi 21 Décembre 2017 - 07:56


Le décès, récent, de l'un des derniers tabors marocains venus combattre pour la libération de Bastia, contre l'occupation nazie, a amené le groupe MCD du conseil municipal a déposer une motion afin que l'une des rues de la ville porte le nom Ali Nadi, que l'on avait présenté, à tort, comme le dernier goumier survivant des combats libérateurs... Finalement après que Pierre Savelli, le maire de Bastia ait estimé qu'il était préférable d'honorer lé mémoire des tabors marocains plutôt que l'un d'entre eux - d'autant que 7 autres frères de combat du "Lion de l'Atlas", ainsi que l'avait surnommé le général de Gaulle, sont toujours en vie - après une suspension de séance, après un amendement de la première motion et un après sous-amendement, le conseil municipal a opté pour une place qui porterait le nom de 2e groupe de tabors marocains.








Le premier texte proposé par le MCD et François Tatti visait essentiellement à donner le nom de Ali Nadi, présenté comme le dernier goumier puis comme l'un des derniers survivants des combats de Teghime, a une rue de Bastia. Pour jean Zuccarelli, qui a souligné que la municipalité précédente avait toujours mis à l'honneur ces combattants, il est important de rappeler "la dette de sang de la Corse" envers eux. Pierre Savelli en précisant que 7 autres tabors étaient encore vivants,  estimait qu'il était préférable dans le cadre du 75e anniversaire de la libération de Bastia de donner le nom d'une rue ou d'une place au 2e groupe de tabors marocains. Francis Riolacci  quant à lui pensait que que l'on pouvait concilier les deux. François Tatti restait quant à lui sur sa position il proposait même à Pierre Savelli de voter cette motion que le maire de la ville voulait pour sa part différer pour un meilleur examen
L'assemblée a donc voté. Mais après une suspension de séance nécessaire à la rédaction de l'amendement proposé par la majorité municipale. Suivi d'un sous-amendement du MCD, rejeté par le conseil municipal.
L'assemblée communale a finalement adopté la motion présenté par la majorité. A l'exception des 3 représentants du MCD. Francis Riolacci et Jean Zuccarelli s'abstenant
« Je regrette que la majorité municipale ait refusé d’honorer Ali Nadi, « le lion de l’Atlas » héros de la libération de Bastia. C’était l’occasion de montrer notre amitié avec le peuple marocain et notre attachement à la liberté et la fraternité par-delà les frontières » a aussitôt commenté François Tatti.


Motion proposée par le groupe d’opposition MCD (amendée)
"Près de deux ans avant la Libération, la Corse devient le premier département libéré de métropole. Le 4 octobre 1943, la libération de Bastia a parachevé celle de l’île tout entière. La prise du col de Teghime a été déterminante et n’aurait pas été possible sans le soutien des « goumiers », ces combattants marocains de la liberté venus en nombre pour nous aider à vaincre le nazisme. Ils furent 49 à périr dans cette bataille de Teghime et près de 200 pour libérer la Corse.
Nous apprenions il y a quelques jours le décès de l’un des derniers survivants qui s’est éteint dans son village du Haut Atlas. Né en 1924, le sergent-chef Ali Nadi était Officier de la Légion d’honneur, titulaire de la Médaille Militaire, de la Croix de Guerre 39-45 avec cinq citations dont une à l’Ordre de l’Armée, de la Croix de Guerre des Théâtres d’Opérations Extérieurs avec une citation et d’autres décorations et médailles. Décoré par le Général de Gaulle qui l’avait surnommé le « Lion de l’Altlas », il avait tenu à revenir à Teghime pour participer aux commémorations du 70ème anniversaire de la libération de la Corse et c’est à cette occasion qu’il fut élevé au grade d’Officier de la Légion d’Honneur par le Président François Hollande.
Reconnaissants du sacrifice de ces valeureux soldats venus défendre notre liberté au prix de leur vies, il est aujourd’hui de notre devoir de rendre le juste hommage à leur mémoire et de saluer leur bravoure, leur endurance et leur abnégation en consacrant, à l’occasion du 75ème anniversaire de la libération de la Corse qui sera célébré en 2018, une rue ou une place de notre ville au nom du 2e groupe des tabors marocains (GTM). En dignes héritiers de leur combat, notre responsabilité est d’assurer une permanence à son souvenir au-delà de la ponctualité des commémorations."



Auparavant le conseil municipal avait adopté une motion proposée et relative  à délocalisation du service produits divers de Bastia de la direction départementale des finances publiques de Bastia vers Avignon. "Ce transfert aurait pour effet la suppression de trois emplois à Bastia et la suppression d'un service public de proximité qui permet aux contribuables de s'entretenir directement et de visu avec des agents publics" a précisé Jean-Joseph Massoni, adjoint délégué aux finances.
L'assemblée communale lui a emboîté le pas.
Francis Riolacci en dénonçant la politique du gouvernement - 8 autres agents doivent être aussi mutés sur Ajacccio - et en préconisant que soit établi rapidement un état des emplois publics à Bastia, ce qui sera à la faveur d'une prochaine réunion qui se tiendra autour du maire de la ville.
François Tatti en s'étonnant que la motion ne prenne pas en compte tous les autres postes menacés de suppression et en mettant en garde contre l'hégémonie ajaccienne dans le sillage de l'avènement de la future collectivité unique.


Avant de se  pencher sur le traditionnel débat d'orientations budgétaires le conseil municipal a adopté une troisième motion de soutien "aux personnes injustement concernées par le fichage au fichier automatisé des auteurs d'infractions terroristes (Fijait)"
Le conseil a "dénoncé l'amalgame fait par le gouvernement français entre les terroristes se réclamant de l'islam intégriste et les nationalistes Corses et Basques, la politique répressive vis-à-vis des nationalistes Corses et Basques à travers ce fichage systématique,  demandé au gouvernement français de mettre un terme à ce fichage systématique des nationalistes Corses et Basques et apporté son soutien aux personnes injustement concernées par ce fichage systématique en Corse et au Pays Basque ainsi qu'à leurs familles.
L'occasion pour Francis Riolacci de rappeler que le PCF avait voté contre cette loi à l'Assemblée nationale qui ne respecte pas les libertés individuelles. 
"Ces gens là n'ont pas à être en état de suspicion permanente" a t-il ajouté.
François Tatti a estimé, pour sa part, qu'il n'était pas "possible de mettre sur un même plan ce qui s'est passé en Corse et au Pays Basque avec ce que l'on a connu à Paris" en précisant que son groupe ne participerait pas au vote - Francis Riolacci et Jean Zuccarelli ont fait de même - "mais nous partageons…"

 Conseil municipal de Bastia : Un hommage aux tabors marocains



Corse | Entretiens | Elections | Institutions





Derniers tweets
Corse Net Infos : #Corse #Pauvreté #précarité #CCAS @IfrtsCorse Xavier #Emmanuelli : « Un #pauvre, c’est un pauvre de liens. Il faut… https://t.co/DyFBuACVP0
Lundi 28 Mai - 00:43
Corse Net Infos : LDH Corsica : "La lutte contre le racisme est indivisible" https://t.co/3HXs8CpDO1 https://t.co/hBB56qhdSi
Dimanche 27 Mai - 23:20
Corse Net Infos : Ajaccio: Hommage aux résitants https://t.co/e3f31Nx2TA https://t.co/k2muLs2L5N
Dimanche 27 Mai - 23:10
Corse Net Infos : Il n'y a pas eu de miracle pour l'ACA battu à Toulouse (1-0) https://t.co/UP0AFT87Z5 https://t.co/Ma46MKa8aq
Dimanche 27 Mai - 22:55



Newsletter






Galerie