Corse Net Infos - Pure player corse
Corse Net Infos Corse Net Infos

CorseNetInfos


Commémoration du 25e anniversaire de l'assassinat du préfet Erignac : une cérémonie en présence du ministre de l'Intérieur


La rédaction avec AFP le Dimanche 5 Février 2023 à 08:53

A l’occasion de la commémoration de l’assassinat du préfet Erignac le 6 février 1998, une cérémonie d’hommage ouverte au public aura lieu ce lundi à 11 heures sur l'avenue colonel Colonna d'Ornano à Ajaccio en présence du ministre de l'intérieur Gérald Darmanin



Photo archives CNI - Michel Luccioni
Photo archives CNI - Michel Luccioni
Le 6 février 1998, le préfet Erignac était abattu à Ajaccio. Un assassinat, - le premier préfet tué en France depuis la Seconde Guerre mondiale - avait provoqué une onde de choc dans l'île. Les jours suivants, des milliers d'insulaires avaient exprimé leur effroi lors des plus grandes manifestations jamais organisées à Ajaccio et Bastia. 

Trois jours plus tard, le 9 février, un groupe anonyme avait revendiqué l’assassinat. Après plusieurs mois de confusion et de fausses pistes, l’enquête allait enfin déboucher, le 21 mai 1999, sur de premières arrestations. 
Trois hommes seront finalement condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité : Pierre Alessandri, Alain Ferrandi et Yvan Colonna. 
 
Vingt-cinq ans après cet assassinat, les commémorations de ce lundi seront marquées par la présence du ministre de l'Intérieur. "A la demande d'Emmanuel Macron", a précisé Gérald Darmanin sur Twitter. Pour le 20e anniversaire, c'est le chef de l'Etat lui-même qui s'était déplacé, avec, pour son premier retour dans l'île depuis les faits, Mme Erignac et ses deux enfants. Depuis cette année 2018, la famille Erignac n'est plus revenue en Corse, et, de source proche du dossier, elle ne sera pas présente lundi.

L'annonce de la venue de Darmanin est intervenue quelques heures après celle, très attendue dans l'île, de l'octroi par la justice d'une mesure de semi-liberté à Pierre Alessandri, condamné en 2003 et libérable depuis 2017. Les élus corses ont salué cette décision judiciaire, espérant la même issue pour Alain Ferrandi, qui sera fixé le 23 février.

Vers une reprise des concertations ?
 
Un cycle de concertations avait été lancé en juillet, quatre mois après l’agression mortelle d’Yvan Colonna. Pour l’heure, une seule de ces réunions a eu lieu, mi-septembre. Gérald Darmanin avait ensuite annulé deux visites dans l’île, en octobre et décembre, du fait des tensions autour de la question des prisonniers.

Cette visite de Darmanin peut "symboliquement" relancer les discussions, a estimé auprès de l'AFP Thierry Dominici, politologue, qui souligne néanmoins le danger de politiser ces commémorations: "Pour certains, commémorer encore et encore, c'est creuser la plaie, la remettre à vif". "Certains nationalistes estiment même que l'Etat instrumentalise l'affaire Erignac à des fins d'immobilisme", avance ce spécialiste des mouvements nationalistes, qui craint une possible commémoration violente du premier anniversaire de la mort d'Yvan Colonna, en mars, par une partie de la jeunesse indépendantiste insulaire. "Si l'Etat ne change pas de discours en faisant que le Mea Culpa soit des deux côtés, il y a un vrai risque de violence", estime M. Dominici.