Corse Net Infos - Pure player corse

Bastia : Travailleurs, chômeurs et retraités dans la rue


Rédigé par Philippe Jammes le Mardi 9 Octobre 2018 à 13:51 | Modifié le Mardi 9 Octobre 2018 - 23:50


Tous les travailleurs étaient appelés à manifester leur mécontentement face à la politique sociale du gouvernement, ce mardi matin. Le rendez-vous avait été donné devant le Palais de Justice de Bastia, lieu traditionnel de retrouvailles, où un cortège de 400 personnes a défilé jusqu’à la Préfecture.


A l’appel des syndicats CGT et FO, les salariés, chômeurs et retraités, environ 400 personnes,  sont descendus dans la rue ce mardi et manifesté du palais de justice jusqu’à la préfecture de la Haute-Corse.  Avant que le cortège s’ébranle, le ton est donné par Jean-Pierre Battestini, secrétaire générale de l’UD CGT de la Haute-Corse :  « Tout au long de l’été et jusqu’à ces derniers jours, Macron et son gouvernement n’ont cessé de prendre des mesures régressives et injustes pour une majorité de la population… »
Le ton est aussi dur du coté de FO : « Vous voyez de la mobilisation ? Non, nous sommes en lutte. Nos ainés sont morts pour nos acquis sociaux, aujourd’hui on veut nous les retirer. Ce n’est pas de la revendication, c’est un combat » tonne Jackie Tartuffo, secrétaire générale de FO Haute-Corse.
Les retraités sont aussi bien présents dans le cortège. « Aujourd’hui nous assistons à un blocage ou presque des pensions pendant 4 ans, à la suppression de la demi-part pour le calcul des impôts sur le revenu pour les personnes vivant seules ayant élevé au moins un enfant, gel des retraites complémentaires pendant 3 ans, hausse de 25% de la CSG. Comment oser leur demander des efforts, sous-entendant qu’ils n’en ont pas fait jusqu’à présent » gronde Jean-Claude Graziani de l’Union CGT des retraités. 
« Face à la détermination idéologique de Macron et des forces de la finance nous n’avons pas d’autres choix que de lutter et nous mobiliser » déclare encore JP Battestini. « Il ne sert à rien de se lamenter chacun dans son coin. Ce qu’il faut c’est travailler dans l’unité déjouant les pièges des divisions qui nous affaiblissent.  Tous ensemble on est là et on continue. On ne lâche rien. » 





Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie