Corse Net Infos - Pure player corse

Appels à la manifestation d'Ajaccio : Les acteurs culturels aussi


Rédigé par le Mercredi 31 Janvier 2018 à 22:18 | Modifié le Mercredi 31 Janvier 2018 - 23:41


Les appels à la manifestation du 3 Février à Ajaccio se multiplient. Ils proviennent de mouvements, partis, syndicats étudiants etc. Le dernier en date émane d'un collectif d'artistes et acteurs culturels…


Appels à la manifestation d'Ajaccio : Les acteurs culturels aussi
Collectif d’artistes et acteurs culturels
Le Collectif d’artistes et acteurs culturels constitué en vue d’une évolution positive de la situation de la société  corse appelle l’ensemble des citoyens de cette île, quelles que soient l’origine et l’appartenance de chacun, à manifester sa confiance en l’avenir de la Corse.
Il est en effet capital de démontrer notre espoir et notre volonté de prise en compte du fait démocratique à des instances gouvernementales engoncées dans des attitudes frileuses et refusant l'ouverture d'un véritable dialogue. Car les changements de majorités amplifiés depuis ces derniers mois, et les aspirations profondes de notre société à l'émancipation,  sont loin de représenter le résultat des seuls efforts nationalistes. Si ceux-ci ont en effet déclenché le mouvement actuel, la marche confiante vers l’avenir entraîne toujours plus d’adhésion, dans les couches les plus diverses de notre peuple. Cette dynamique irréversible se trouvera illustrée par l’importante réunion populaire déterminée, pacifique et confiante, organisée à Aiacciu le samedi 3 février à partir de 14 heures Place de la Gare. Nous appelons à participer massivement à cet événement, qui doit ouvrir les portes de l’Avenir.

Les signataires

Canta u Populu Corsu

Tony Casalonga

Chjami Aghjalesi

Diana di l’Alba

Voce Ventu

Svegliu D’Isula

Ghjuvan PAulu Poletti

Isulatine

Elisabeth Volpei Parigi

Festival Feminarte

Paul Cesari

Frederic Antonpietri

Patrizia Gattaceca

Patrizia Poli

Lidia Poli

Associu Chjami è Rispondi

Michele Sammarcelli

Francine Massiani

Doria Ousset

Anna Rocchi

Diana Saliceti

Maria Anghjula Geronimi

Felì
Mai Pesce

Jerome Casalonga

Petru Guelfucci

Jean Pierre Godina

Christophe Mac Daniel

L’Albinu

Henri Olmeta
Gruppu L’Alba

Vitalba

Mariana Nativi

Mario SepulcreMarie Ange Tosi Abati

Santu Muffragi

U gruppu Cuscenza

U Teatrinu

Bernard Filippi

Jean Louis Fieschi

Viviane Fevre-Vella

Pierre Paul Martini


Syndicats étudiants
Les 3 et 10 Décembre dernier, le Peuple Corse a clairement réaffirmé sa volonté ferme et déterminée, de construire la Corse de demain par l'intermédiaire du vote nationaliste.
En réponse à ce fait démocratique majeur, l'Etat français, se refuse à tout dialogue avec les élus légitimes de la Corse.
Cette situation n'est ni plus ni moins qu'un déni de démocratie et représente une insulte à l'égard de l'ensemble de la société corse.
Dans le cadre du collectif créé lors de la réunion constitutive du 27 Janvier à Corti, les syndicats étudiants (VGV, GI, GP) ont immédiatement répondu de manière favorable et unitaire à cet appel. De par noter alliance, c'est toute la jeunesse  corse qui se mobilise et qui prend conscience de la nécessité de la défense de ses droits.
De ce fait, nous appelons la jeunesse ainsi que l'ensemble des forces vives de ce pays à participer à la manifestation du 3 Février à Aiacciu et à poursuivre cette mobilisation jusqu'à l'obtention d'une réelle solution politique au problème corse.

Régions et Peuples Solidaires
Suite à leur victoire à une majorité absolue en voix et en sièges, en décembre dernier, les dirigeants nationalistes de la Collectivité de Corse ont été reçus par les représentants de l’Etat. Cette rencontre est une première. Elle témoigne d’une prise en compte, par les autorités, du résultat des urnes et de l’aspiration du peuple corse à cheminer vers la reconnaissance de sa pleine capacité politique par la seule voie de la paix et de la démocratie.
Pour Régions et Peuples Solidaires, un dialogue sans tabous ni préalables doit être mené entre l’Etat et la Corse. L’annonce d'une inscription de la Corse dans la Constitution est un signe encourageant mais insuffisant vers un droit à la différenciation territoriale.
Le gouvernement doit poursuivre le dialogue avec l'île pour l'octroi d'un véritable statut d'autonomie de plein droit et de plein exercice tel que réclamé par les Corses. R&PS invite, par conséquent l’Etat, qui paraît vouloir rejeter toute reconnaissance de la co-officialité de la langue corse et du statut de résident corse, à ne pas exclure a priori ces sujets d’une modification du texte fondamental de la République. De même pour la demande d'amnistie pour les prisonniers et recherchés politiques afin d'asseoir définitivement la paix en Corse.
En attendant, R&PS affirme sa solidarité avec les représentants de Pè a Corsica qui appellent à une mobilisation populaire et pacifique de tous les Corses le 3 février prochain à Aiacciu avec pour mot d'ordre "Démocratie et respect pour le peuple corse.


La Gauche Progressiste, Le Club La Gauche Autonomiste,La Fédération de haute Corse du Parti socialiste
Confrontés au refus des autorités nationales de prendre en compte la réalité insulaire, le Président du Conseil exécutif de la Corse et le Président de l’Assemblée de Corse ont appelé la population à confirmer, dans la rue, le 3 février prochain le soutien qu’elle avait apporté dans les urnes le 10 décembre dernier à la majorité territoriale.
Nous faisons partie de celles et ceux qui, bien que ne se considérant pas comme des nationalistes corses, ont apporté clairement leur concours à la victoire de cette famille politique.
Nous condamnons fermement le refus obstiné du Gouvernement de reconnaître l’existence de la question corse, de considérer qu’elle est une question politique et de prendre les dispositions qui conviennent pour que l’Etat y apporte une réponse politique, qui soit compatible avec les institutions et l’idée que nous nous faisons de la République.
Nous lui demandons de se montrer à la hauteur de la situation et d’engager le dialogue. La Corse sera d’autant plus ancrée à la République qu’elle sera assurée de disposer par un statut d’autonomie pleine et entière des moyens qui lui permettront d’assurer la survie et le développement de son peuple.
Faut-il pour autant engager avec le pouvoir une épreuve de force, dans la rue, sans attendre que le Président de la République s’exprime ? Fallait-il en arrêter les formes d’action sans prendre la peine de consulter au préalable celles et ceux qui, dans la sphère politique et la société civile partagent l’inquiétude et les préoccupations de la majorité territoriale sans appartenir pour autant à la famille nationaliste ?
Ce n’est pas ainsi que nous imaginons le rassemblement des forces vives de la Corse pour réussir la transition démocratique et le changement de paradigme qui permettra à la Corse d’envisager sereinement l’avenir.
Pas plus que nous n’imaginons participer à un collectif ou s’afficheraient des personnalités controversées avec lesquelles nous ne partageons aucune des valeurs qui fondent notre identité.
Le futur ne se construira pas sur des ambiguïtés. Nous sommes des autonomistes progressistes, et nous inscrivons dans la ligne politique qui a fait considérablement avancer la Corse depuis le statut Deferre jusqu’à la CTU.
Nous entendons participer à la construction d’une Corse dynamique, sûre d’elle-même, au sein d’une France forte et dans une Europe accomplie à travers la cohésion des peuples qui la composent, loin de la perspective d’une d’indépendance dont nous ne voulons pas. 
Nous ne donnerons aucune consigne particulière à ceux qui se reconnaissent dans la gauche autonomiste et progressiste, sinon celle d’agir en conscience et en toute liberté.


Europe Ecologie/I Verdi et Génération.s s’associent à la manifestation de samedi 3 février pour signifier pacifiquement mais fermement au président de la République que le moment est venu d’engager enfin le dialogue fécond qu’attendent tous les démocrates, sans à priori ni ligne rouge mais dans le respect mutuel et la confiance réciproque.


Pudemu
Le mouvement PUDEMU prend acte de l'appel à la mobilisation lancé par Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni suite à leur rencontre contre-productive avec les principaux représentants de l'État.
En dépit des avancées démocratiques qui redéfinissent considérablement les conditions du rapport de force entre la Corse et la capitale mais également sans tenir compte de la légitimité politique de la majorité territoriale actuelle pour mettre en oeuvre ce pour quoi elle a été élue en décembre dernier, jusqu'à présent les annonces du gouvernement français sont restées très en-deçà des enjeux et de l'aspiration des corses à l'émancipation de la Corse.
Paris doit en effet reconsidérer ses vieux réflexes jacobins dans le cadre d'une solution politique adaptée à la situation spécifique de la Corse. Le 6 février prochain, la visite d'Emmanuel Macron en Corse doit donc être l'occasion de saisir cette main tendue des élus de la Corse à la France afin de transformer définitivement le bras de fer avec l'Etat en poignée de main. C'est la pierre angulaire de la société émancipée, démocratique et apaisée que nous souhaitons commencer à construire en 2018, précisément 250 ans après l'annexion de la Corse par la France.
Avant cela, les corses doivent faire la démonstration de leur unité populaire dans la revendication d'une autonomie de plein droit et de plein exercice. »


La chambre syndicale des buralistes Corses Solidaires de nos élus qui ont toujours défendu notre profession, nous appelons à manifester le samedi 3 février à Aiacciu. Pè a difesa di i nostri diritti è pè a demucrazia. I tabaccaghji Corsi-

U Riacquistu di Portivechju 
U Riacquistu di Portivechju, associu patriotticu purtivichjacciu chjama tutti quiddi chi si riconoscini in a filusufia di a so dimarchja à participà à a manifestazioni urganizzata in Aiacciu u 3 di frivaghju.
U rispettu di a dimucrazia, u rispettu di u drittu, a pussibilità di scedda da par noi u nosciu avvena sò punti maiò chi u Statu francesu e i so rapprisententi un poni nigà cusi.
U dialogu apartu un pò essa sviatu di u so scopu naturali. À u guvernu francesu chi ricusa a noscia vulintà manifistata da un votu maghjuritariu par un novu statutu evolutivu, oppunimuli a mubilizzazioni populari. Comu nudda un si pò fà senza u populu, nimu un po nigà i so aspirazioni à campà libaru. L' ha da muscià in carrughju.
Hè oramai tempu di mubilizzazioni. Contr'à dipindenza e a sughjezzioni in a quali a Francia ci ha chjusu. Par una nova pulitica ch'iscrivi a Corsica in un andatura nova di maestria !
Hè ora di movaci tutti insembu !
Tutt'in Aiacciu u 3 di frivaghju !
 




Corse | Entretiens | Elections | Institutions





Derniers tweets
Corse Net Infos : Jean-Guy Talamoni : L’hydromaréthermie pour lutter contre la pollution de l’air en Corse ? https://t.co/VWa8gpys29 https://t.co/bU9wi06FyY
Jeudi 19 Juillet - 18:26
Corse Net Infos : Le petit chat sauvé par les #sapeurspompiers de #Calvi https://t.co/dM4lbvL1TM
Jeudi 19 Juillet - 10:51
Corse Net Infos : Un jeune policier agressé à Bastia https://t.co/ylx9OPM05a https://t.co/heoY6BqnAb
Jeudi 19 Juillet - 10:31
Corse Net Infos : Sarrola-Carcopino : La préfète de Corse visite Corsica Gastronomia https://t.co/5q5fkbnOG6 https://t.co/PBKSCQoxNc
Jeudi 19 Juillet - 10:21



Newsletter






Galerie