Corse Net Infos - Pure player corse

Ajaccio : La plage Saint François va retrouver son lustre d’antan


Rédigé par José Fanchi le Jeudi 25 Octobre 2018 à 17:51 | Modifié le Jeudi 25 Octobre 2018 - 23:06


Qui se souvient encore des restaurants accrochés au mur du boulevard Lantivy surplombant la plage Saint François ? Qui se rappelle des établissements sur pilotis où les Ajacciens aimaient s’y prélasser et danser ? Cette petite plage de sable est l’endroit des premiers rayons chauds du printemps pour les habitants de la vieille ville. Autrefois très large et immense jusqu’à la place Miot, elle a été réduite au fil des années à peau de chagrin. En cause, la rénovation de la place Miot. Aujourd’hui, chacun y dispute sa place. On y a même vu des locaux installer parasols et serviettes la nuit venue, pour retrouver une place le lendemain… Aujourd'hui le ré-ensablement est jugé possible.


La plage avant
La plage avant
La plage St François est très prisée des Ajacciens qui logent au cœur de la ville. Mais depuis quelques années, elle est également devenue la plage des croisiéristes parce que proche du port de commerce. Comme on peut s’en douter, cela pose problème car l’espace est devenu trop petit pour tout le monde et il est fréquent de voir les baigneurs se disputer les quelques mètres carrés de sable disponibles.
 
 
Les baigneurs et i Retaghjoli
Revenons en arrière pour rappeler l’importance de la plage que l’on pourrait nommer « la plage des Ajacciens » depuis près de deux siècles. Elle servait également de cadre aux pêcheurs  -  peu nombreux  de la senne. C’est en effet une technique de pêche très ancienne qui consiste à capturer les poissons à la surface en pleine eau, en les encerclant à l'aide d'un filet de pêche appelé senne. Celui-ci est monté sur deux gros cordages dont l’un est garni de flotteurs et l'autre d'un lest, manœuvré par deux filins fixé aux extrémités servant au halage et au rabattage des poissons. A Ajaccio, tous ceux qui connaissent la vie du port ont connu Bartumé Ceccarini. Le propriétaire de la « Julie » a pêché à la senne toute sa vie. Le matériel ? Une barque et un très grand filet qui sera ensuite tiré à partir de la plage par l'équipage. Bartumé en a été le dernier représentant. Roger Miniconi, écrivain et spécialiste de la mer, a longuement évoqué cette période dans l’un de ses ouvrages où il traite parle longuement  des « retaghloli. »
 
En cause, les travaux de la place Miot…
En quelques décennies, la plage Saint-François a perdu un terrain considérable. Les problèmes que connaît cette plage emblématique de la ville sont intervenus lors de la rénovation de la place Miot qui s'est étendue sur la mer. Cette avancée de terre a vraisemblablement brisé un courant maritime essentiel à l'équilibre de la plage. En quelques années, la bande de sable déposée par le littoral s’est réduite à sa plus simple expression. Dans un premier temps, les établissements du bord de mer et ceux suspendus ont disparu les uns après les autres, de sorte qu’en quelques années, il ne restait qu’un mince bandeau de sable sur une petite longueur. Ailleurs, il ne reste que l’enrochement naturel.  
 
 

Le ré-ensablement jugé possible 
Entre 1985 et 1995, la plage St François a perdu près de 20 mètres dans sa largeur. Cela s’est poursuivi au cours des années suivantes si bien qu’il ne reste pas grand-chose pour exposer le mur de soutènement et la route aux intempéries. C’est la raison pour laquelle la mairie s’est emparée du dossier, comme l’a fait la mairie de Cannes en doublant la capacité de ses plages sur la croisette. Elles sont depuis, devenues un atout majeur du développement touristique et économique. Bon nombre de villes littorales ont fait ce choix du ré-ensablement afin de réparer les méfaits de l’homme et de la nature.
La première étape du renouveau de la plage St François concerne l’élargissement en cours de la plage pour favoriser l’attractivité touristique et économique. Une opération réalisée qui nécessite un apport plusieurs dizaines de milliers de M3 de sable par voies terrestre et maritime. Cela concerne quelques centaines de mètres de plage le long du boulevard menant à la place Miot. Pour la municipalité d’Ajaccio, la plage située en plein centre doit devenir un atout environnemental, touristique et surtout économique pour le cœur de ville d’Ajaccio. L’avancée sur la mer de la place Miot dans les années soixante-dix a coupé littéralement les courants marins qui apportaient leur lot de sable. François Filoni, adjoint au maire d’Ajaccio, explique que le ré-ensablement de la plage St François n’est pas qu’une mesure esthétique, bien au contraire :
« Il s’agit dans un premier temps d’effectuer la mise en sécurité de la fortification tout le long du boulevard qui a beaucoup souffert des intempéries  et des changements climatiques de ces dernières années. C’est également pour la cité Impériale de retrouver dans son cœur de ville, une plage avec les conséquences économiques que cela entraîne. »  

Une étude réalisée en 2006
Sous la mandature Renucci, l’étude de faisabilité de ré-ensablement de la plage de Saint-François avait été réalisée par un cabinet spécialisé et remis à la ville en septembre 2006. Elle avait déterminé les solutions techniques à mettre en œuvre pour assurer le rechargement en sable de cette plage urbaine au caractère patrimonial affirmé. L’étude précise le coût et indique les moyens retenus pour conforter la pérennité (30 ans) du ré-ensablement.
Voilà que le dossier revient au grand jour pour le plus grand plaisir des Ajacciens et des touristes et surtout pour la ville qui vient d’obtenir un label international touristique. Tout arrive…

J.F.
La plage aujourd'hui
La plage aujourd'hui




Dans la même rubrique :
< >

Lundi 19 Novembre 2018 - 12:10 Avec OKpal soutenez CNI !

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie