Corse Net Infos - Pure player corse

ADMR de Haute-Corse : Le directeur mis en examen et placé en détention


Rédigé par Philippe Jammes le Jeudi 2 Février 2017 à 15:25 | Modifié le Jeudi 2 Février 2017 - 22:14


Le directeur de l'ADMR (Aide à domicile en milieu rural) de Haute-Corse a été mis en examen et placé en détention provisoire jeudi soir à la maison d'arrêt de Borgo. La justice, qui s'est intéressée au fonctionnement de la structure, le soupçonne d''avoir détourné une somme de près de 188 000 €…


ADMR de Haute-Corse : Le directeur mis en examen et placé en détention
Au terme d'une enquête ouverte après un signalement Tracfin (Traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins »), organisme du ministère de l'Économie et des Finances, chargé de la lutte contre le blanchiment d'argent. le directeur de la structure départementale a été mis en examen notamment pour "abus de confiance", "escroquerie et recel d'abus de biens sociaux."
Interpellé la veille et placé en garde à vue, il a été présenté dans le courant de l'après-midi à un juge d'instruction bastiais qui l'a mis en examen et placé en détention provisoire à Borgo.
Les détournements que la justice lui reproche, auraient été opérés au détriment de l'ADMR,  sur près de 5 ans, entre 2011 et 2016

La réaction de la CGT

Après l’affaire de détournement de fonds publics à l'ADMR de Haute Corse, la CGT a réagi via un communiqué, soulignant que les salariés et les bénéficiaires étaient victimes de ces pratiques et exigeant que ce secteur d'activité soit mieux contrôlé et organisé.

« La CGT vient d'apprendre que des dirigeants de l'ADMR de Haute Corse ont été placés en garde à vue pour détournement de fonds publics. 
Une nouvelle fois ce secteur d'activité relevant pourtant de «l'économie sociale et solidaire» montre qu'il y a urgence à modifier la gouvernance de ces structures. Après le CORSSAD et d'autres escroqueries qui touchent ce secteur une nouvelle affaire de détournement éclate au grand jour.(On peut supposer que d'autres affaires existent et ne seront jamais éclaircies).
La presse fait état d'un détournement de 100 000 euros. C'est d'autant plus choquant pour une entreprise ou les salariés dans leur grande majorité vivent avec des contrats à temps partiels autour de 800 euros mensuels.
Le syndicat CGT de l'ADMR de Haute Corse se bat chaque jour pour que la convention collective et le code du travail soit respectés et appliqués; mais les réponses de la Direction de l'ADMR sont toujours les mêmes; «il n'y a pas d'argent»; « on fait ce qu'on peut» «vous demandez trop » .
On comprend mieux maintenant ou pouvait passait l'argent qui revient aux salariés. C'est d'autant plus dommageable pour les salariés car ces associations font face à des financements publics en baisse. Entre un candidat à la présidentielle qui rémunère sa famille sans travailler et les pratiques courantes frauduleuses aui se multiplient dans les entreprises, un sentiment de révolte et d'écoeurement légitimes atteint les salariés.
La CGT apporte son soutien aux salariés de l'ADMR qui subissent les conséquences de telles pratiques et exige une nouvelle fois des pouvoirs publics qu'une réorganisation de ces secteurs d'aide à domicile soit engagée. 
Changer le mode de gouvernance pour plus de transparence et de contrôle s'impose plus que jamais. »




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 15 Novembre 2018 - 19:46 Un motard légèrement blessé à Calvi

Jeudi 15 Novembre 2018 - 19:40 Collision à Lumio: un blessé

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie