Corse Net Infos - Pure player corse

À bord d'une pirogue néolithique, un voyage historique et sportif autour de la Corse


David Ravier le Jeudi 17 Août 2023 à 14:36

L'association Chalcophore, fervente défenseure de la mise en valeur de l'archéologie, s'est lancée dans une entreprise hors du commun : un périple en pirogue à travers les eaux corses, retraçant les voies de navigation du néolithique.



Les trois membres de l’association Chalcophore, à bord de leur pirogue.
Les trois membres de l’association Chalcophore, à bord de leur pirogue.
Trois membres passionnés de l'association, sous la houlette de Vincent Lascour, archéologue et directeur de Chalcophore, ont entrepris un voyage audacieux et sportif à bord d'une pirogue de 700 kilos, sculptée dans un unique tronçon de pin maritime, selon les méthodes ancestrales.
Le 16 juillet dernier, les aventuriers ont quitté Porticcio dans le cadre de leur mission baptisée "Les Néolympiades". Ils visent à rallier Ajaccio d'ici le 16 septembre, en faisant escale à des endroits emblématiques comme Bonifacio, Porto-Vecchio, Aléria, l'Île-Rousse et Cargèse. Soutenu par la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) de Corse, ce projet unique est né en réponse à un appel à projets du ministère de la Culture, en préparation des Jeux olympiques de Paris 2024. 

300 km autour de la Corse à la force des bras

L'origine de cette aventure remonte à 2020 et consistait à reconstituer les routes maritimes commerciales du néolithique entre la Corse et la Sardaigne. Pour ce faire, l'équipe de Chalcophore s'est lancée dans la construction minutieuse d'une pirogue, à l'aide d'outils et de méthodes datant de cette époque. « On a choisi un pin maritime, parce que son tronc est suffisamment droit et long pour pouvoir faire un bateau d’un seul tenant, explique Vincent Lascour. On possède des connaissances sur la navigation fluviale, tel qu’on peut l’avoir sur le continent, mais pour la Méditerranée, nous n’avons pas de données. L’idée était donc d’expérimenter les modes de fabrication, mais également de navigation sur ce type d’embarcation ».
Cette embarcation singulière se distingue par son épaisseur accrue au fond, offrant une stabilité supérieure aux bateaux traditionnels. Loin de se limiter à une expérience technique, ce périple se révèle être un défi physique considérable. Pour mener à bien cette expédition, les trois compères ont fait appel à des bénévoles qui viennent sur le bateau sur une ou plusieurs journées, afin d’expérimenter d’eux-mêmes la navigation sur ce genre d’embarcation. Pour autant, sportif aguerri ou non, Vincent Lascour assure que la traversée est toujours aussi physique. « Lors d’une de nos étapes, nous avons embarqué deux rameurs professionnels, qui sont habitués à manœuvrer des pirogues de compétition sur 300 ou 400 kilomètres. Croyez-le ou non, nous ne sommes pas allés plus vite avec eux », se remémore le directeur du Chalcophore. Pendant quatre heures par jour, l'équipage avance à la force de ses bras, parcourant une dizaine de kilomètres à une vitesse de 4 km/h. Vincent Lascour souligne l'énorme contraste entre leur pirogue authentique de 700 kilos et les embarcations modernes en carbone qui ne pèsent que 9 kilos.
L'aspect culturel de cette aventure n'est pas en reste. L'équipage profite des escales pour partager leurs connaissances sur la période néolithique et les échanges maritimes historiques entre la Corse et la Sardaigne. "On propose des animations sur une journée sur l’histoire de la période néolithique, de la navigation à la préhistoire et des échanges entre la Corse et la Sardaigne", précise Vincent Lascour.


En dépit des nombreux défis rencontrés sur leur route, les trois membres de l'association restent résolus à poursuivre leur quête. Ayant déjà parcouru les deux tiers de leur voyage  sur les 300 kilomètres que doit parcourir l’équipage, ils continuent de pagayer avec détermination, explorant le passé pour mieux comprendre le présent, tout en honorant la richesse maritime de la région méditerranéenne.