Corse Net Infos - Pure player corse

6a fiera di a Gravona: L’indispensable vitrine du monde rural


Rédigé par Vincenzu Marcelli le Dimanche 13 Mai 2018 à 21:42 | Modifié le Dimanche 13 Mai 2018 - 23:34


La sixième édition de la foire de la Gravona qui s’est tenue durant tout le week-end sur la commune de a tenu toutes ses promesses. Comme chaque année, un parc animalier, un chapiteau géant accueillant près de 80, seize mille visiteurs sur les deux jours et la mise en valeur de l’artisanat et de l’agriculture. Plus qu’un essor confirmé, une constatation, celle qui contribue à faire de cette foire, le maintien d’une certaine identité…


Le pari osé il y a six ans par l’associu « Scontri paisani » tient toujours. Celui, sans thématique liée aux différentes filières, sans aspect purement politique, de réunir familles, exposants, producteurs, éleveurs, artisans et culturels dans un même espace convivial et chaleureux. Autour d’une volonté, celle de mettre en valeur le monde rural. Cette année encore, les organisateurs n’ont pas manqué ce rendez-vous. Un nombre d’exposants toujours aussi important (80 sous chapiteau), un parc animalier mettant en valeur les éleveurs, la production insulaire et notamment celle de la microrégion, le matériel agricole. Sans oublier ce côté familial et intergénérationnel qui font aussi sa particularité. Tout, de la robba purcina, à u casgiu, en passant par l’artisanat, les vins ou les confiseries, est nustrale. A l’image d’une ambiance particulièrement chaleureuse qui fait aussi le cachet de la manifestation. « On est globalement satisfait de cette sixième édition, rappelle Geneviève Bastelica, présidente de la foire, cet événement est dédié au monde agricole avec l’ambition de recréer, quelque part, l’esprit des foires d’antan. Dans un monde de plus en plus lissé et uniformisé, il nous paraît indispensable de mettre en valeur notre identité. »

Comme chaque année, la foire s’est déclinée en trois jours. Le vendredi, dédié aux scolaires (plus de 600) avec initiation au jeu de Morra, mais aussi découverte d’une danse corse très ancienne, a Muresca, le samedi avec en soirée, le groupe Cuscenza, une veillée avec chants et danses. Et le dimanche qui malgré la pluie en fin d’après-midi, a permis à Jacques Pissenem, sculpteur qui travaille le bois à la tronçonneuse, de faire étalage de tout son art devant un public médusé. Dans l’ensemble, une vitrine indispensable pour le savoir-faire insulaire et le monde agricole. Et quelques idées innovantes pour l’an prochain.
Mais nous aurons l’occasion d’en reparler




A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie