Corse Net Infos - Pure player corse

​Ajaccio : Hommage national aux gendarmes décédés, victimes du devoir


Rédigé par le Vendredi 15 Février 2019 à 22:28

Une cérémonie hommage en l’honneur des personnels de la gendarmerie nationale décédés, victimes du devoir, a eu lieu à la caserne Batestti vendredi matin. Présidée par le général de division Jacques Plays elle s’est déroulée en présence des représentants de la gendarmerie de Corse-du-Sud, de la préfète de Corse et du maire de la ville.




Cérémonie hommage aux gendarmes morts en service ou en mission (Photo Michel Luccioni)
Cérémonie hommage aux gendarmes morts en service ou en mission (Photo Michel Luccioni)
La date du 16 février, jour anniversaire de la promulgation de la loi de 1791, portant création de la gendarmerie nationale, a été retenue pour rendre chaque année un hommage solennel aux personnels de la gendarmerie, victimes du devoir. Pour des questions pratiques, la direction générale de la gendarmerie nationale a décidé d’anticiper la cérémonie de l’année 2019 au vendredi 15 février dans tous les départements de France.

La cérémonie, qui a rassemblé les délégations représentant toutes les unités de la gendarmerie en Corse-du-Sud, s’est déroulée devant le monument aux morts de la caserne Battesti en présence des autorités militaires, civiles, judiciaires et administratives, suivant le protocole établi : lecture du message du ministre de l'Intérieur par le représentant de la préfecture, appel des morts victimes du devoir au cours de l'année écoulée pour l'ensemble de la gendarmerie, dépôt de gerbes, sonnerie aux morts et minute de silence.
 
Quatorze décès en 2018
Une émouvante cérémonie pour un temps de recueillement et un hommage solennel aux victimes de toute la France qui ont perdu la vie en service ou en mission pour la nation, dont quatorze en 2018 :
 Adjudant-chef Antoine Beliard de la direction du renseignement et de la sécurité de la défense (DRSD) à Malakoff (Hauts-de-Seine), décédé le 4 janvier 2018 à 41 ans.
Adjudant-chef Thierry Knoepflin du peloton d’autoroute de Villefranche-sur-Saône (Rhône), décédé le 9 janvier 2018 à 47 ans.
Adjudant-chef Pierre Lawpois de la brigade motorisée de Melle (Deux-Sèvres), décédé le 3 février 2018 à 47 ans;
Major David Lannes de la brigade territoriale autonome de Belin-Beliet (Gironde), décédé le 4 février 2018 à 46 ans.
Major Régis Gueugneau de la brigade motorisée de Sézanne (Marne), décédé le 16 mars 2018 à 46 ans.
Colonel Arnaud Beltrame du groupement de gendarmerie départementale de l’Aude à Carcassonne, décédé le 24 mars 2018 à 44 ans.
Major Philippe Hervé de la brigade motorisée de Theix-Noyalo, (Morbihan), décédé le 8 mai 2018 à 43 ans.
Major Guillaume Derouen de l’escadron motocycliste de la Garde républicaine à Dugny (Seine-Saint-Denis), décédé le 3 juillet 2018 à 41 ans.
Adjudant Stéphane Quille de la section aérienne de la Gendarmerie de Pointe-à-Pitre, décédé le 15 juillet 2018 à 39 ans.
Major Cédric Gouadon de la brigade motorisée de Pont-Lévêque, (Calvados) décédé le 29 juillet 2018 à 33 ans.
Major Romain Besozzi du peloton d’autoroute de Malataverne (Drôme), décédé le 3 août 2018 à 33 ans.
Adjudant Gwenaël Gloaguen de la brigade de proximité de Saint-Louis (Haut-Rhin), décédé 6 octobre 2018 à 50 ans.
Major Sébastien Turin de l’escadron de gendarmerie mobile 14/7 de Longeville-lès-Saint-Avold (Moselle), décédé le 21 octobre 2018 à 30 ans.
Adjudant Jean-Laurent Mailhac de l’escadron de gendarmerie mobile 14/1 de Satory (Yvelines), décédé le 12 novembre 2018 à 26 ans.
 

Message de Christophe Castaner, ministre de l'intérieur
En ce mois de février, la gendarmerie rend hommage à celles et ceux qui, dans ses rangs, ont payé de leur vie l'accomplissement de leur devoir. Dans ces moments de deuil et de recueillement, c’est toute la République, réunie autour de vous, qui honore le sacrifice de ceux qui l’ont servie jusqu’au sacrifice suprême.
En 2018, 14 de vos frères d’arme, de tous grades, sont décédés dans l'exercice de leurs fonctions. Je veux redire mon indéfectible soutien à leur famille, à leurs proches et à leurs camarades. Je veux leur dire ma solidarité et je leur fais une promesse : celle de faire vivre les valeurs pour lesquelles ils se sont engagés et pour lesquelles ils nous ont quittés.
 
A cette heure, ayons une pensée, aussi, pour toutes celles et tous ceux, gendarmes d’active ou de réserve, qui ont été blessés dans l’exercice de leurs fonctions. Je leur adresse mes vœux de prompt rétablissement ainsi que ma reconnaissance pour leur action et leur dévouement.
 
La République n’oublie jamais ceux qui ont souffert ou sont tombés pour l’avoir servie.
Elle sait ce qu’elle doit à ces 14 soldats de la loi. Leur sacrifice est celui du courage, le courage de servir la France, le courage de s’engager pour la protection des Français.
 
Face à la peine, les gendarmes nous montrent la voie. La fraternité d’arme, c’est ce lien puissant qui les unit, qui les rassemble. C’est ce lien qui leur permet de partager les joies et d’affronter les peines. Ce lien qui donne à tous les gendarmes la force de reprendre la mission, de se dépasser, non pour soi mais pour les autres.
 
Sur les routes de France pour préserver des vies, en opération pour lutter contre la délinquance, en donnant leur vie pour épargner celle d’un autre : chacun d’entre eux est allé au bout de son idéal, nous léguant ces actes de bravoure dont la mémoire doit désormais nous servir de guide.
Ils sont autant de modèles pour leurs camarades, autant d’inspirations pour tous les Français. Dans leur exemple et dans leur sacrifice, vous devez puiser la force d’un engagement du quotidien ; empreint du même honneur, du même sens du devoir et du même amour pour la Patrie.
 
Pour chaque gendarme qui tombe, c’est la République toute entière qui est endeuillée. C’est la France qui grave dans sa mémoire un nom en bas de cette liste, trop longue, de tous ceux, militaires, policiers, sapeurs-pompiers, secouristes, qui ont donné leur vie pour protéger leurs concitoyens.
 
Car votre action, c’est auprès des Français, au cœur des Français que vous devez la mener. Vous êtes les gardiens de nos valeurs, de nos symboles, de notre humanité. Vous devez être pour chacun des modèles, stoïques face aux attaques, résolus face aux menaces, déterminés face au crime. Vous êtes les soldats de la cohésion nationale, tout à la fois ses bâtisseurs et ses garants.
Aujourd’hui, nous rendons hommage à vos frères d’arme.
Tout à l’heure, la mission reprendra.
Vous serez à vos postes, rigoureux, ingénieux, précis. Vous partirez intervenir en tous lieux dans les territoires. Aux côtés de tous les personnels du ministère de l’intérieur, vous sauverez des vies, combattrez la délinquance et tendrez la main aux Français. En montrant l’exemple, vous ferez vivre la mémoire de vos camarades tombés. En vous engageant, vous leur ferez honneur, plus que jamais.
La gendarmerie est un rempart pour la République, un rempart pour la liberté. Un rempart que rien ni personne ne pourra renverser.
Vive la gendarmerie nationale ! Vive la République ! Vive la France !
 




A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie















Newsletter




Galerie
Cadets de la Sécurité civile
Cadets de la Sécurité civile
I Piulelli
I Piulelli
Girandella di a lingua in Cervioni
Girandella di a lingua in Cervioni
Cambridge-air-Corsica
Cambridge-air-Corsica
Tournoi Fortune Lebras
Tournoi Fortune Lebras
Sainte Restitude
FC Balagne
U Soffiu di Balagna
Festa di U Veranu
Jeux des Iles
Sainte Restitude