Corse Net Infos - Pure player corse

Virginie Schwarz à Ajaccio : "Le projet du gazoduc n'est pas du tout enterré !"


Rédigé par Marie MAURIZI le Vendredi 28 Septembre 2018 à 23:22 | Modifié le Vendredi 28 Septembre 2018 - 23:58


Virginie Schwarz, directrice de l’Energie au ministère de la Transition écologique et solidaire était à Ajaccio ce vendredi pour évoquer les sujets relatifs à l’énergie en Corse avec notamment Laurent Marcangeli maire d’Ajaccio, puis avec le président de l’exécutif Gilles Simeoni, dont l'entrevue a donné lieu à une séance de travail. Lors d’une visite non encore programmée elle rencontrera le maire de Bastia notamment pour le sujet concernant la concession de gaz.


Leininger Christophe ingénieur  Commission de régulation régionale, Virginie Schwarz, directrice de l’Energie au ministère de la Transition écologique et solidaire, Josiane Chevalier Préfète de Corse
Leininger Christophe ingénieur Commission de régulation régionale, Virginie Schwarz, directrice de l’Energie au ministère de la Transition écologique et solidaire, Josiane Chevalier Préfète de Corse
Cette visite répond  aux souhaits du président de la république, concernant l’appui que le national peut donner à  l’état local,  pour un certain nombre de politiques publiques dont l’énergétique, qui présente un certain nombre d’enjeux très importants et très structurants pour la Corse. 
La directrice de l’Énergie a rappelé que la Corse a été le premier territoire français à adopter  une première programmation pluriannuelle de l’énergie, en 2015, avec des objectifs en matière d’efficacité énergétique, d’énergie renouvelable,  de sécurité d’approvisionnement.

« Les entretiens du jour, avec les élus du territoire sur les objectifs de politique énergétique,  ont permis de repartager nos ambitions pour la Corse, d’autant plus que la Corse a tout d’un territoire d’excellence en matière de transition énergétique. Un des objectifs était en particulier l’autonomie énergétique de la Corse, que le territoire a voté lui-même à l’horizon 2050, mais aussi  la neutralité carbone  qui fait partie du Plan climat, objectif que la France s’est donnée pour la même date.  Ces objectifs convergent parfaitement,  ils veulent dire faire plus d’économie d’énergie, en particulier réduire notre consommation d’énergie fossile,  et développer massivement les énergie renouvelables. »

Les thèmes abordés concernaient aussi la façon d’atteindre les objectifs, les actions à mettre en place à court terme, en particulier sur des dossiers précis comme la conversion au gaz  des centrales électriques corses,  qui est une priorité pour le gouvernement compte tenu des enjeux  en termes de qualité de l’air  et d’émissions de gaz à effet de serre. Mais aussi les concessions de distribution de GPL à Bastia et à Ajaccio sur lesquels il y a un enjeu de sécurisation juridique du cadre pour les consommateurs, de façon à leur assurer la continuité de la livraison.

Le courrier de Nicolas Hulot mal interprété ?
Le 27 août dernier suite à sa visite en Corse au printemps, Nicolas Hulot l'ancien ministre de l'Ecologie écrivait un courrier à Gilles Simeoni dans lequel il soulignait que l’installation d’un Gazoduc entre Lucciana et Ajaccio serait trop coûteuse (900 millions d'euros), avec un amortissement  compliqué, et qui serait confrontée à des problèmes fonciers. On aurait pu croire alors que le projet était enterré !
« Pas du tout dira » Virginie Schwarz réaffirmant l’engagement et la volonté de l’Etat  de faire la conversion en gaz des centrales. Une étape importante avant d’arriver à l’énergie totalement renouvelable.

« Notre volonté de faire avancer les solutions qui marchent  et de répondre aux questions  qui sont posées dans le cadre de dialogue de la procédure concurrentielle. Nous pilotons une procédure pour sélectionner une entreprise  qui pourrait réaliser la barge et le  gazoduc  pour alimenter les centrales électriques. Le Président et la Préfète ont saisi cet après-midi le GIRTEC pour qu’il puisse apporter des éléments d’éclairage sur la question foncière. La nouvelle centrale devrait pouvoir rentrer en service en 2023 et si possible rapidement avec du gaz. On réaffirme l’objectif de faire fonctionner dès que possible les centrales électriques corses au gaz puisque les enjeux sont très fort  en terme de gaz à effet de serre et  de qualité d’air et de vie sur le territoire.
Le courrier de Nicolas Hulot disait que ce qui est souhaité, c’est optimiser au maximum l’utilisation de l’argent  public, donc de la façon la plus efficace possible, en rechercherchant les solutions les moins couteuses.
La lettre de Nicolas Hulot mettait en avant l’importance de ces objectifs et de la conversion en gaz des centrales, et le fait que nous souhaitons donner les moyens pour atteindre ces objectifs et mettre en place des solutions efficaces, réalistes et qui marchent. » 

La directrice de l’énergie, a assuré que tout sera fait pour que les délais soient respectés, bien que ce soient des sujets compliqués et d’envergure.

Les inquiétudes des syndicats énergie Corse légitimes ?
Virginie Schwarz n’a pas eu l’occasion de les rencontrer. Elle confirme tout de même que la transition énergétique est un processus qui implique des changements, qui peuvent être anxiogènes pour les personnels concernés:

 « ça fait partie des enjeux  importants de cette transition énergétique,  de rassurer, d’accompagner  les personnels concernés.  Nous avons confié sur ce sujet  au niveau national une mission  à Laurence Pariso, qui s’appelle un Plan de programmation de l’emploi et  des compétences de la transition énergétique pour nous aider à réfléchir à la façon dont on va accompagner  les secteurs qui sont concernés par la transition énergétique. »
 
 
 



Corse | Entretiens | Elections | Institutions