Corse Net Infos - Pure player corse

Trésor public : Aleria veut garder sa perception


le Lundi 22 Octobre 2018 à 13:18 | Modifié le Mardi 23 Octobre 2018 - 23:43


Toujours plus de citoyens se mobilisent contre la menace de fermeture au public de la perception d’Aleria. Ce bureau du trésor public s'occupe de plus de 5300 administrés qu’à partir de janvier 2019 devront se rendre à Corte pour régler tous les problèmes fiscaux. Jean-Félix Acquaviva apporte son soutien à la mobilisation et prône le maintien de ce service public.


 

Après la décision de la Direction Départementale des Finances Publiques, actée lors du comité technique local du 18 septembre 2018, de fermer la perception d’Aleria à compter du 1er janvier 2019, les réactions n’ont pas tardé à arriver.

Le comité de citoyens  PE A DIFFESA DI I NOSTRI PAESI s’est de suite mobilisé préserver ce service qu’aujourd’hui sert la population de 16 communes (Aléria, Aghione, Ampriani, Campi, Canale di verde, Chiatra, Giuncaggio Linguizetta, Matra, Moïta, Pianello, Pietra di verde, Tallone, Tox, Zalana, Zuani) soit 5333 habitants qui devront se rendre à Corte pour régler tous les problèmes fiscaux lies à ces deux taxes et à l'impôt sur le revenu, renseignements divers, déclaration, octroi de facilités de paiements. 

 

« Une fois de plus - on lit dans une lettre adressée aux élus locaux et au Ministre des finances - l’accès aux services publics est remis en cause pour les populations villageoises, renforçant ainsi  le sentiment d'abandon. Cette décision est inacceptable car injuste. La notion de service public est sacrifiée au profit d’une logique d’économie, de comptabilité et de rentabilité. Elle est contraire aux intérêts et aux besoins des populations de nos villages. C’est pour ces raisons que je considère que nous (populations de ces villages) devons nous organiser pour exiger le maintien à la perception d’Aléria de l’activité taxes foncières, d’habitation et impôt sur le revenu. ».

 

Le soutien à la mobilisation de Jean-Félix Acquaviva

 

Le député et président du comité de massif n’a pas tardé à manifester son soutien à la mobilisation contre la fermeture de la perception. 
 

«  Après la décision de transfert, il y a quelques mois, d’un service aux communes de la DDFIP de Bastia vers Avignon,- on lit dans une note - il s’agit d’un nouveau coup d’arrêt porté à la ruralité et aux perspectives de maintien des populations dans nos villes et villages de l'intérieur qui perdent un service public de proximité.

Une fois de plus, une fois de trop, l’article 5 de la loi n° 2016-1888 du 28 décembre 2016 de modernisation, de développement et de protection des territoires de montagne qui reconnaît à la Corse le statut d’« île-montagne » est bafoué, d’autant plus que l’alinéa 13 de l’article 1 de la loi n° 85-30 du 9 janvier 1985 relative au développement et à la protection de la montagne dispose bien que l’action de l’Etat a notamment pour finalité de « réévaluer le niveau des services publics et des services au public en montagne et d'en assurer la pérennité, la qualité, l'accessibilité et la proximité, en tenant compte, notamment en matière d'organisation scolaire, d'offre de soins et de transports, des temps de parcours et des spécificités géographiques, démographiques et saisonnières des territoires de montagne ».

 

Le député appelle donc au dialogue entre l’administration centrale, les acteurs locaux et les usagers concernés pour envisager les conditions du maintien de ce service public à Aleria.

 

U Partitu di a Nazione Corsa s’insurge aussi contre la décision de fermeture au public du bureau. « Premier guichet de renseignement du particulier, outil d’accompagnement du citoyen, - on lit dans le communiqué - la perception d’Aleria est aujourd’hui menacée de fermeture au public. Cette décision, guidée par une seule logique financière et comptable, va à l’encontre de la nécessité de maintien du service public dans nos lieux de vie. Avec ce démantèlement souhaité et assumé par la direction départementale des finances publiques, ce ne sont pas moins de 16 communes (soit plus de 5 000 personnes) qui se retrouveront privées de ce service de proximité à compter du 1er janvier 2019. Le PNC demande qu’une discussion puisse s’engager sereinement et de manière urgente avec les services concernés afin de prendre les mesures nécessaires au maintien de ce service public au plus près de nos villages. Il est inacceptable de penser qu’à l’heure actuelle le service rendu à l’usager ne puisse être basé que sur le seul aspect comptable.".

 

Une pétition disponible

 

Une pétition pour le maintien des activités fiscales a été mise en ligne sur change.org : Perception d'Aléria- non au démantèlement, par PE A DIFFESA DI I NOSTRI PAESI





Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 15 Novembre 2018 - 19:46 Un motard légèrement blessé à Calvi

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie