Corse Net Infos - Pure player corse

Olivier Sauli : Lettre ouverte à la Fédération départementale des chasseurs de Corse-du-Sud


Rédigé par le Jeudi 13 Septembre 2018 à 23:55 | Modifié le Vendredi 14 Septembre 2018 - 00:17


Dans une lettre ouverte Olivier Sauli, ancien prisonnier, interpelle la Fédération départementale des Chasseurs de Corse-du-Sud sur les péripéties autour de la non délivrance de son permis de chasse.


Olivier Sauli soutenu par Patriotti
Olivier Sauli soutenu par Patriotti
"Nul n'est censé ignorer la loi". C'est par cette formulation que l'une de vos secrétaires m'a clairement expliqué et signifié le refus de la validation de mon permis de chasse pour l'année 2018, avec ce "point barre" que j'estime méprisant tant pour mes interrogations que pour ma colère lors de cette conversation téléphonique du mercredi 5 septembre 2018 avec la Fédération Départementale des chasseurs de Corse et que j'interpelle solennellement et publiquement aujourd'hui.
Le sujet principal de cette conversation, quelque peu houleuse, était le rejet d'une demande d'homologation de mon permis de chasse, pour l'année en cours et la prochaine année, du fait - vous me l'avez stipulé dans votre courrier m'étant destiné en date du 21 août 2018 - que je suis inscrit au Fichier National des Personnes interdites d'acquisition ou de détention d'armes (je l'apprends ainsi...). Une missive qui ne s'arrête pas là, puisqu'elle rajoute à cette fin de non recevoir que les
"faits sont constitutifs du délit de fausse déclaration prévu par l'article 441 - 6 du Code Pénal" et que mon "dossier est transmis à Madame la Préfète de Corse, qui lui donnera la suite nécessaire" !


Ainsi pour avoir répondu naturellement - naïvement ? - comme je le fait depuis tant d'années (je suis détenteur d'un permis de chasse en date du 21.06.1981) à un formulaire que la Fédération Départementale des chasseurs corses m'adresse annuellement, je suis ainsi signalé par cette dernière - pour ne pas dire dénoncé - à l'autorité préfectorale qui décidera quant à elle de l'éventualité des poursuites qui pourraient être engagées contre moi...  Je me demande si j'aurais subi le même sort si j'étais venu faire ma demande de validation, oralement, au secrétariat de la Fédération…
Ce jour du 5 septembre 2018, je découvre que la Fédération Départementale des chasseurs corses, plutôt que de privilégier la défense des intérêts de TOUS les chasseurs corses, opte plutôt pour une dénonciation ciblée de certains d'entre eux... Je ne savais pas que la Fédération remplissait désormais le rôle d'auxiliaire de "
police administrative", au moment où bien des chasseurs se voient désormais interdit de pratiquer ce qui constitue, avant tout, une coutume.


Un petit retour en arrière s'impose. Le 31 mars 2018, je vous ai adressé - eu égard à ma situation - une lettre, avec accusé de réception, dans laquelle je vous posais en l'occurrence cette question : "Comptez vous accepter cet état de fait ou chercherez vous à réfléchir sur des initiatives à prendre et susceptible d'abroger cette - impudente - mesure ? Pourrez-vous saisir les autorités concernées de notre pays ? Porterez vous votre voix avec moi (ou avec d'autres) pour dire "non" à ce que je considère comme une nouvelle injustice ? " Je supposais – naïvement – que l'interdiction de possession d'armes de chasse n'entrainait pas automatiquement l'invalidation de mon permis de chasse. À ce jour, je n'ai jamais reçu - officiellement - de réponse. Ou plutôt si, ce courrier en date du 21 août 2018..."
Le 1er septembre, avec un autre chasseur, ancien prisonnier politique comme moi et le collectif "Patriotti", nous rappelions que "La chasse est une réalité historique et culturelle, transmise de générations en générations par coutume familiale, avec ses exigences comportementales et de respect de l’environnement qui constitue la richesse première de notre terre. Ces deux membres du collectif l’ont toujours pratiquée avec discernement, dans le respect des normes et des procédures, détenant et renouvelant annuellement leurs permis de chasse. Ils participent également à la vie des associations de chasse, marqueurs culturels de nos traditions villageoises, en observant la considération des propriétés foncières traversées (champs, cultures, élevage, etc.) et des fonctions humaines s'y rattachant (éleveurs, bergers, etc.).  Ce pour quoi je me suis toujours investi (je suis membre d'une société de chasse sise à Portivechju depuis plusieurs années) soutenant, votant, faisant voter pour cette équipe aujourd'hui en place - dont je sais pour beaucoup l'engagement et le travail fourni - et qui est pourtant "responsable" de cette ignominieuse lettre, datée du 21 aout 2018...


Non la Fédération Départementale des chasseurs corses n'a pas pour vocation de devenir un supplétif délateur de la Préfecture ! Elle doit être avant garante de nos valeurs ancestrales, culturelles et sociales, et des intérêts de TOUS les chasseurs de Corse, particulièrement lorsque ceux-ci voient leurs droits bafoués.
Je conçois qu'actuellement - dans le cadre de vos fonctions - vous ne pouviez transgresser les règles qui sont les vôtres. Mais la légalité conjoncturelle d'une loi ne la rend pas pour autant légitime. Surtout si elle participe à étouffer les libertés individuelles et collectives, voire à insidieusement annihiler ce qui participe de notre culture. Et mettre au ban de notre tissu communautaire bien des chasseurs qui ont œuvré à l'équilibre et l'aménagement territorial de la chasse.
Par cette lettre ouverte, vous aurez compris que je refuse ce que l'on m'impose et que avec beaucoup d'autres, au-delà des procédures existantes, nous entendons rendre, à la chasse et aux chasseurs, toute la place qu'ils doivent impérativement retrouver dans un projet sociétal d'avenir qui ne passe certainement pas par une illicite désignation de personnes qui, comme moi, ont toujours pratiqué cet art tel que me l'a enseigné mon père dés mon plus jeune âge.


Malgré toute la colère que votre courrier insupportable m'inspire, j’entends encore vous solliciter pour que - TOUS ensemble - nous disions "non" à ce dispositif législatif incompatible avec nos valeurs. Votre place - au nom de ce que nous avons en commun - n'est pas dans le camp de cette administration qui, entre autre, avec cette loi inique, démontre que décidément elle ne comprend toujours pas la Corse...
J'espère que cette lettre ne restera pas vaine et permettra rapidement réflexion, débat et concertation. Pour ma part, avec un esprit d'ouverture, je reste à votre disposition dans le cadre de ce que je vous ai précédemment expliqué.
Dans l'attente d'une réponse que je souhaite rapide, recevez mesdames et messieurs mes sentiments corses les meilleurs."

 



A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie




Derniers tweets
Corse Net Infos : "Les Salines de 1960 à nos jours", une exposition du 22 au 29 septembre https://t.co/U2ImqhUQgz https://t.co/VTy5AjGNUB
Mardi 18 Septembre - 21:59
Corse Net Infos : Les rallyes d’Allemagne et de Corse menacés : Lequel restera au calendrier en 2019 ? https://t.co/rCWQC6KnuB https://t.co/v4rTOIPBqd
Mardi 18 Septembre - 19:59
Corse Net Infos : Aménagement de la traversée de Funtanone-di-Vignale : Les travaux débutent https://t.co/XJtGw9ELpB https://t.co/FZAfGNJG3r
Mardi 18 Septembre - 18:39
Corse Net Infos : Fin du conflit courrier à Folelli. Le conflit au Courrier à Folelli est terminé. Les négociations ont permis d’abou… https://t.co/yxmAm8ivso
Mardi 18 Septembre - 17:38



Newsletter






Galerie