Corse Net Infos - Pure player corse

Montpellier 3-0 ACA : Les Acéistes n'y sont plus


le Samedi 8 Décembre 2012 à 19:30 | Modifié le Dimanche 9 Décembre 2012 - 00:52


Menés contre le cours du jeu, les Ajacciens se sont par la suite complètement effondrés. Battus dans les duels, imprécis et improductifs en attaque, les Ajacciens repartent avec la valise bien remplie de Montpellier. Le forfait de dernière minute d'Eduardo a contraint Dupont à modifier son onze de départ, mais cela n'a pas eu vraiment d'incidence. Le score est lourd, mais plutôt logique en raison de la prestation globale. Les Oursons pointent à la 17e place, et sont désormais dans le dur.


A l'image de l'ACA, Mutu a complètement déjoué lors de son entrée en jeu, dans ce qui est certainement le plus mauvais match des Ajacciens cette saison.
A l'image de l'ACA, Mutu a complètement déjoué lors de son entrée en jeu, dans ce qui est certainement le plus mauvais match des Ajacciens cette saison.
Stadiu di a Mosson,
Sabbatu l'8 di Dicembri di u 2012
MHSC 3-0 ACA (2-0)
Scopi : (Utaka 27a), Cabella (33a), Belhanda (66a) pà Montpellier
Avvertimenti : Pitau (11a) pà Montpellier, Mostefa (22a), Faty (44a) pà l'ACA
Tempu : Assai friscu ;  Tarrenu : cattivu
Arbitru : M. Enjimi
ACA : Ochoa - Diawara, Medjani (cap.), Poulard, Bouhours - Mostefa, Faty, Sammaritano, Diarra - 
Belghazouani
Bancu : Sissoko (p), Maire, André, Pierazzi, Cavalli, Eduardo
Add. Alex Dupont
MHSC : Jourdren - Yagan-Mbiwa, Hilton, Congre, El Kaouhtari, Belhanda, Estrada, Pitau, Cabella, Utaka, Herrera
Bancu : Ligali (p), Bedimo, Deplagne, Mounier, Dabo, Charbonnier, Camara
Add : René Girard




U Scontru

Première occasion pour Belghazouani, mais son lob n'est pas assez appuyé, et Jourdren trop bien placé (11a). L'ACA démarre bien et enchaîne, mais Montpellier réagit. 19e minute, coup-franc d'Estrada repris par Utaka, mais Ochoa était sur sa ligne et bien placé. 
Coté Ajaccien, le duo inédit Sammaritano - Belghazouani fonctionne bien, et la profondeur semble déstabiliser les Montpelliérains, qui peinent à passer les vingt mètres, et s'en remettent à des balles de loin. Et l'ACA en profite, 24e, action de la gauche mal dégagée par Pitau, Sammaritano reprend de volée aux vingt mètres, c'est une première fois repoussé puis capté par Jourdren. 
27e, Montpellier trouve la faille, Utaka déboule de la gauche, élimine deux joueurs et croise sur le poteau, ça rentre dans le but d'Ochoa, 1-0. Immérité tant Montpellier était inoffensif, et surtout tant l'ACA maîtrisait son sujet.
Montpellier va garder le ballon par la suite, et même doubler la mise tranquillement. Ballon en cloche dans une défense Ajaccienne désorganisée, Medjani dégage mal, en plein sur Cabella qui ajuste Ochoa du gauche : 2-0 l'ACA est cette fois logiquement puni de sa passivité défensive. Le ballon ne navigue plus d'un camp à l'autre. On se trouve facilement coté Héraultais,et l'ACA ne ressort plus le ballon proprement. 
 
Seconde mi-temps, Montpellier garde le ballon et l'ACA peine à refaire surface. Un peu disloqués, les Ajacciens manquent cruellement de solutions dans le jeu de passe. Montpellier profit de sa domination et joue de plus en plus libéré. Utaka lance intelligemment El Kaoutari, lequel crochète puis repique pour Pitau, dont la frappe en pleine course part dans la tribune. Visiblement pas content du rendu de Mostefa, Dupont le remplace par Pierazzi, et donne ses consignes à l'Ajaccien. Les chevauchées de Medjani ne donnent pas plus de solution dans la relance, et Montpellier récupère facilement le ballon, même lorsque celui-ci arrive aux vingt mètres. 
sur une de leurs rares incursions, les Ajacciens manquent d'obtenir un pénalty, Bocaly ayant déséquilibré Diarra (57a). Nouveau changement et cette fois tactique, Mutu remplace Sammaritano, afin d'amener plus de possession de balle et surtout plus d'idée dans la construction. 
Passée l'heure de jeu, l'ACA continue de subir, et se souffrir, notamment sous les coups de Cabella, mais surtout de Montpellier tout entier, qui domine tout en facilité. Herrera manque de précision sur la balle du 3-0, décalé idéalement par Pitau au point de pénalty (65a). Les Héraultais déroulent, et sur un énième ballon perdu par la défense Ajaccienne, Belhanda feinte, puis enroule, c'est dans le petit filet d'un Ochoa aussi en retard qu'impuissant...On joue depuis 68 minutes, et on ne vois décidément pas comment l'ACA pourrait réagir, tant les Oursons sont pauvres dans leur jeu et surtout dans leur défense. 
Il reste alors vingt minutes à jouer, l'ACA tente timidement de réagir par corner, mais là encore, la précision fait défaut. Montpellier continue de maîtriser son match, avec beaucoup de lucidité. Cavalli tente un exploit personnel, mais rate son dernier geste (76a), qui aurait permis à Diarra d'aller au duel avec Jourdren. Mutu semble en position idéale pour reprendre le centre de Cavalli, suite à une bonne combinaison, mais le Roumain drop de manière bizarre sa tête devant Jourdren, alors que le but lui était ouvert. Ce n'est pas du tout le soir de l'ACA. Montpellier gérera transuillement cette fin de match, et le score ne bougera plus.

L'ACA

Les Acéistes sont passés à coté de leur match, c'est une évidence. Moins évident cependant d'expliquer comment l'ACA a pu aussi vite baisser les bras dans le match. Certes, l'ouverture du score a été concédée lorsque les Ajacciens géraient la partie, mais est-ce une raison pour perdre moralement ses ressources, et laisser tout loisir à l'adversaire de faire le jeu? La question tient de la rhétorique, vous en conviendrez.
Trop de choses n'ont pas été bonnes, et on a du mal à trouver du positif, si ce n'est les quelques incursions réussies de Belghazouani et de Diarra. Tout le reste n'at été qu'échec. Même Memo Ochoa a des choses à se reprocher, dans cette déroute. Le Mexicain, de plus, n'a pas été aidé par sa défense. Medjani réalise son pire match depuis bien longtemps, et offre le second but, provoquant un déséquilibre flagrant dans la charnière centrale. Diawara, Mostefa, Mutu sont à créditer d'un non-match, et n'ont que peu donné le change. 
Enfin, on regrettera l'absence d'Eduardo, tombé malade pendant l'échauffement, mais surtout l'apathie défensive, les espaces, et les duels laissés à l'adversaire. 

L'Avversariu

Montpellier a retrouvé ses vertus, celles qui ont fait de lui un Champion de France. Très solides, ou en tout cas pas inquiétés défensivement, les hommes de Girard ont ouvert le score sur leur première occasion franche, et n'ont, par la suite, pas eu à forcer pour corser l'addition. 
Emmenés, par un Cabella - décidément très inspiré quand il rencontre l'ACA - virevoltant, et un duo d'attaque à l'aise, les Héraultais ont réalisé un match référence. La victoire est donc logique, et on pourrait en dire autant du score, tant en face, l'ACA n'a pratiquement pas existé. Les locaux ont su profiter de tous les espaces qui leur ont été offerts, et ont donc logiquement dominé de bout en bout cette rencontre, tant dans la conquête de balle que dans le jeu de passe. Jamais rassasié d'occasions, Montpellier a attaqué pendant la plus grosse partie du match, et n'est que logiquement récompensé de sa performance du soir. 
Jourdren n'a eu pratiquement rien à faire, et les défenseurs, pourtant souvent mis à contribution, n'ont jamais flanché. Un gros match de Pitau, et surtout de Belhanda, et voilà Montpellier qui renoue de fort belle manière avec le succès, sur sa pelouse.
 

U Bilanciu

Il est lourd, de plus en plus lourd, lorsque l'ACA est défait. Samedi soir, plus que jamais, l'équipe a montré d'inquiétants signes de faiblesse, et surtout d'impuissance. Sur un terrain certes abîmé, les Ajacciens ont passé la soirée à glisser, comme il glissent de plus en plus dengereusement vers le bas du classement. 
Malgré une composition ambitieuse, et un début de rencontre qui laissait entrevoir de bonnes intentions, le mental n'a pas suivi. Au contraire, c'est lui qui a désservi considérablement l'ACA.
S'il ne veut pas se retrouver rapidement dans la zone rouge, l'ACA a pour mission de faire une série, d'enchaîner des victoires. Cela passe par le match de Reims, dès Mercredi. Viendront ensuite Troyes, Rennes et enfin la trêve. Peu de temps donc pour réagir, mais l'ACA en a les moyens. Il lui suffit pour cela de retrouver ses valeurs, et surtout une efficacité qui fait cruellement défaut. Il commence à y avoir urgence.




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Novembre 2018 - 22:11 Ligue 2 : L'ACA dominé à Grenoble

Vendredi 2 Novembre 2018 - 23:10 Derby : Le GFCA « enfourche » l’ACA (1-2)

S.C.B | A.C.A | G.F.C.A | C.A.B | FC Calvi | US Corté | FB Ile Rousse