Corse Net Infos - Pure player corse

Manifestation devant le Lycée de Balagne à L'Ile-Rousse


Rédigé par (Jean-Paul-Lottier) le Mardi 13 Février 2018 à 13:37 | Modifié le Mardi 13 Février 2018 - 17:04


Des élèves du Lycée Polyvalent de Balagne à Lisula ont déclenché mardi matin un mouvement de contestation, avant de brûler des pneus. Le syndicat Ghjuventù Indipendentistà a aussitôt fait savoir qu'il se déchargeait de toute responsabilité dans cette action contraire aux directives prises la veille à Corte? Elus let autres syndicats ont lancé un appel au calme.


Manifestation devant le Lycée de Balagne à L'Ile-Rousse

Le mouvement de protestation enclenché après le passage d'Emmanuel Macron en Corse s'intensifie et se durcit.
Grève de la faim, barrages filtrants, blocage des établissements scolaires... se multiplient.
Mardi matin, c'est devant le lycée polyvalent de Balagne que les choses se sont envenimées.
Rapidement, des élèves ont bloqué l'entrée de l'établissement et ont brûlé des pneus.
" Cette manifestations ne correspond pas aux dispositions qui ont été arrêtées hier lors d'une réunion  à Corti, entre syndicats et élus. Nous tenons à faire savoir ici que nous ne sommes en rien concerné  par ce mouvement et qu'il se déchargeait de toute responsabilité " précisait une représentante de GI.
Elus et syndicats lançaient de leur côté un appel au calme.
Un appel qui était entendu puisque en effet, rapidement les contestataires se dispersaient

 

La Maison des lycéens désapprouve
Dans le contexte politique actuel, nous trouvons dérisoire, voire absurde, la volonté de bloquer les établissements du secondaire de l’I‘le.
Nous privilégions la discussion et le débat, afin, nous l’espérons, de faire avancer les choses.
Dans cette optique, une petite délégation du Lycée de Balagne s’est rendue, lundi 12 février, à une réunion à I’Université de Corse. Bilan de cette rencontre : un appel au calme et à la réflexion.

Considérant ces faits, nous contestons catégoriquement l’agissement de certains agitateurs, ce mardi matin, devant les grilles du lycée. Leur motivation semblant se résumer a un simple fantasme néo-révolutionnaire.
Ainsi, nous nous déchargeons de toute responsabilité, ces actions étant celles d’une minorité, dépourvue de conscience collective.
Nous déplorons, en revanche, le fait de n’avoir pas réussi a responsabiliser certains de ces esprits délétères.




A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie