Corse Net Infos - Pure player corse

Le collectif "La Corse dit Stop aux cirques avec animaux" manifeste et se félicite…


Rédigé par le Dimanche 2 Décembre 2018 à 19:17 | Modifié le Dimanche 2 Décembre 2018 - 19:37


Ils n'étaient pas nombreux ce samedi 1er décembre à manifester devant les cirque Boltiny à Corte, mais leur détermination était néanmoins grande, forts, sans doute, de la motion votée à l'unanimité par l'Assemblée territoriale la veille à à la convaincante plaidoirie de Me Tiberi pour la prise en compte du bien être animal, sujet d actualité. Le Collectif "La Corse dit Stop aux cirques avec animaux" se félicite dans un communiqué de cette décision.


La Corse, devient ainsi la première région à marquer sa désapprobation concernant l'accueil des cirques avec animaux sauvages. Elle soutient de fait toutes les mairies qui voteraient un arrêté ou un vœu en ce sens. L'Assemblée appelle aussi le gouvernement français à légiférer sur une interdiction progressive de ce type de cirque qui comme l'a souligné Me Tiberi est massivement rejeté par la population. (plus de 67% au sondage IFOP pour de 30 millions d'amis février 2018)  


Le Collectif La Corse dit Stop aux cirques avec animaux rappelle qu'un arrêté avait été pris en mars 2011  laissant le temps aux circaciens de se mettre aux normes. Celles-ci ne sont toujours  pas mises en place : obligation de mise en retraite des animaux inaptes et âgés (Lechmee  venue en Corse en 2017), cage de détente absente...
 Les circaciens continuent en tout impunité de s'installer dans les communes sans autorisation. Des communes qui sous couvert d installation sur des espaces privés ne se sentent pas concernées. Leur responsabilité est néanmoins directement engagée, comme la loi le prévoit.
Il s'agit d ERP (Etablissement recevant du public), que ce soit sur un espace privé ou public. Aussi, des cirques  n'hésitent pas à louer leurs animaux pour des soirées privées ou vendre des fauves (3 bébés tigres ont ainsi été saisis depuis début 2018 par 30 millions d'amis dans des conditions plus ou moins scabreuses)


L insularité rajoute un problème spécifique lié à l'absence de contrôle à l 'embarquement sur le continent. Pour des raisons strictement sanitaires tout animal, qui embarque, doit avoir un suivi vétérinaire, être à jour de ses vaccins afin de ne pas contaminer la faune locale ce qui aurait des conséquence désastreuses sur notre île. Nous déplorons ce fait qui aurait permis de stopper le cirque actuellement sur l île.


Il y a urgence à légiférer en particulier en interdisant toute reproduction dans les cirques permettant à ceux-ci d'amorcer une transition vers des spectacles sans animaux. Des sanctuaires se créent afin d'anticiper ce mouvement devenu mondial. Tout récemment le Portugal s est rangé dans la liste déjà longue des pays européens interdisant les cirques avec animaux. Bilbao, région espagnole a rejoint la Catalogne région pionnière pour cette  cause.
Rappelons aussi que Michel Castellani , lui aussi, déposé une proposition de loi  à l'Assemblée Nationale pour l'interdiction de l utilisation des animaux vivants dans les établissements de spectacles itinérants en novembre 2017.  (proposition N 421)
Le collectif remercie ses élus pour leur engagement et le signal fort envoyé au gouvernement pour une évolution positive de la question animale."





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 7 Décembre 2018 - 07:57 Terrible collision à Omessa : Deux morts

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie