Corse Net Infos - Pure player corse

L'ACA officieusement en L1 après son match nul à Rennes


le Samedi 18 Mai 2013 à 11:17 | Modifié le Dimanche 19 Mai 2013 - 02:26


C'est désormais presque officiel : l'ACA, avec un nul tiré par les cheveux à Rennes, est à trois points et surtout à 7 buts de Troyes, (dernier relégable à pouvoir espérer se maintenir). Mais à quel prix? Encore une fois, pourtant, les Oursons ont ouvert le score, mais encore une fois, ont cédé sur un point faible, et laissé Rennes reprendre le match à son compte. Le supporter Ajaccien est ce soir déçu du match et du résultat, mais soulagé qu'au bout du compte, le cauchemar se termine. Erding a répondu à Fousseni Diawara, encore une fois décisif.


Diawara vient d'ouvrir le score, et de permettre ainsi à l'ACA de glaner un point à Rennes. Sauf cataclysme, l'ACA jouera en L1 la saison prochaine, grâce au goal-average (Ritrattu : BeInsport)
Diawara vient d'ouvrir le score, et de permettre ainsi à l'ACA de glaner un point à Rennes. Sauf cataclysme, l'ACA jouera en L1 la saison prochaine, grâce au goal-average (Ritrattu : BeInsport)
Sabbatu, u 18 di Maghju di u 2013
Stadiu di a "Route de Lorient" (Rennes)

Stade Rennais 1-1 AC Aiacciu (1-1)
Scopi : F. Diawara (6a) pà l'ACA ; (Erding 45+2a pà Rennes)
Avvertimenti : Mostefa, Zubar, André, Belghazouani à l'ACA ; Erding à l'SR
Tarrenu : Mizanu ; Spettatori : Circa 15 805 
Arbitru : Sgiò Cailleux
ACA : Ochoa- Diawara, Zubar, Poulard, Saad- Mostefa (Diarra 62a), Lasne- André, Sammaritano (Delort 78a), Cavalli (cap) (Belghazouani 68a)- Mutu.
Bancu : Sissoko, Lippini, Diarra, Delort, Belghazouani, Begeorgi
Add : A. Emon
SR : Costil- Danzé (cap), Diarra, Kana-Biyik (Apam 46a), Moreira- Doucouré(N’Gando 69a), Makoun, Pajot- Féret(Diallo 69a), Pitroipa, Erding.
Bancu : C.Diarra O.Apam, A.Diallo A.Ngando, S.Diallo, C.Uzoenyi, A.Konradsen
Add : F. Antonetti

U Scontru

La première période a été très enlevée. L'ACA rentre bien dans la rencontre, et se montre bien présent dans les duels. Les attaquants se trouvent, et sur un jeu en une-deux, André remet dans l'axe pour Sammaritano, lequel est plaqué par A. Diarra : Coup-franc logique. Cavalli s'en charge, frappe dans le mur mais cela profite à André, qui reprend sans calculer, et c'est Fousseni Diawara, toujours là au bon moment, qui trompe Costil d'un réflèxe pied droit : 1-0! Sixième minute, l'ACA entame merveilleusement cette partie, et ouvre logiquement le score.
Mais le rêve ne sera que de courte durée, car l'ACA va (encore) laisser le jeu à son adversaire. Réaction Bretonne, Kana-Biyik slalome et frappe, heureusement pas dans le cadre. Nouvelle tentative, cette fois aérienne, corner de Féret que reprend Diarra, mais c'est encore au-dessus. Erding se rapprochera un peu plus, avec une grosse frappe sur le poteau, à faire frémir plus d'un (30a).
L'ACA tente d'exploiter le moindre compte, à défaut de tenir la balle. Sur l'un d'eux, Mutu est idéalement servi dans le dos des défenseurs, mais le plat du pied du Roumain voit Costil bien alerte pour dégager ce ballon de but (42a). Presque dans la foulée, nouveau ballon dans le dos, la défense locale peine à se dégager. Mostefa en profite, et ajuste un ballon en cloche pour Cavalli, qui tente et réussit le geste parfait d'un ciseau acrobatique, mais le ballon vient frapper les gants du portier Rennais! Magnifique, mais raté...tout aussi raté que le placement d'André, qui laisse à Moreira le loisir de centre pour Erding, qui réussit à décroiser sa tête entre Zubar et Poulard, pour battre Ochoa à la limite du temps additionnel...
 
En seconde période, la peur va encore pétrifier les jambes, et l'ACA se retrouver à sauver les meubles à plusieurs reprises. Brouillons, empruntés, statiques, les Oursons ne sont toujours pas à même d'affronter l’événement. Cavalli continue d'essayer, et décale Mutu, lequel crochète et frappe dans la surface mais Costil se couche sans se précipiter (57a). Les Rennais commencent à proposer un jeu dangereux, et se mettent souvent dans de bonnes positions. L'ACA lui déjoue, mais ne désespère pas. Centre de Diawara pour Cavalli, Sammaritano hérite du cuir en bonne position, mais frappe dans un défenseur (65a).
La fin de match sera des plus tendues devant les buts d'Ochoa, il faudra toute la concentration des défenseurs pour éviter le pire. Rennes manquera même le coup de grâce, 83e minute, Erding remet intelligemment pour Makoun, pas attaqué, et qui frappe en force, mais le ballon passe à coté. On en restera là. 

L'ACA

Du changement au coup d'envoi, avec la titularisation de Sammaritano à gauche. De quoi permettre à Emon d'adopter un système audacieux, avec un ailier capable de repiquer dans l'axe et de prendre les intervalles. Cela a fonctionné, mais un temps seulement.
Suite à de bonnes phases et l'ouverture du score de Diawara, l'attaque Ajaccienne, hormis sur ce retourné splendide et mal récompensé de Cavalli, a pataugé. Et quand l'attaque perd le ballon, le milieu est mis à contribution. Dans ce cas précis, Mostefa et Lasne ont fait le match qu'il fallait. Contrairement à Benjamin André, absent de la récupération et surtout bourré de déchet technique. De l'autre coté du terrain, Diarra n'a pas été plus brillant, et a été quasiment transparent pendant 45 minutes.
L'honneur du maintien revient sur ce match à la défense, et en particulier à Diawara et Saad, le premier pour son sérieux et son but, et le second pour sa hargne et ses longues touches, plutôt mal exploitées. Mutu, lui n'a pas eut assez de ballons pour s'exprimer. Le capitaine Cavalli réalise, de son coté, un match bien rempli.

L'Avversariu

Des blessés, des suspendus, mais aussi des retours, on le savait. Même si Rennes est mal rentré dans ce match, certainement par manque d'intérêt, il a su se faire violence, et jouer le coup à fond. 
En défense, peu de boulot par rapport à d'habitude, mais un placement plus que correct, et qui a empêché les Ajacciens de prendre à revers les compagnons d'Alou Diarra, repositionné dans l'axe.Au milieu, une bonne construction, et une rapidité d'exécution efficace, qui a permis à Rennes de mener savamment sa barque, sans se précipiter, et en se montrant somme toute plus dangereux que son adversaire.
Devant, on signalera la bonne tenue d'Erding, qui marque à tous ses matches face aux Ajacciens, ainsi que de Féret, métronome émérite.

U Bilanciu

Ce maintien, plus officieux qu'officiel, (Troyes a gagné, mais accuse 7 buts de retard sur l'ACA à la différence de but), est certes un soulagement pour l'ACA, mais laisse un goût très amer. En effet, les Ajacciens n'ont pas su être tranchant, et aller, comme l'an passé, chercher leur maintien dans les moments important. Ce nouveau match nul, le 15e du nom, donne une impression d'inachevé, pour cet ACA qui avait les moyens de jouer le milieu de tableau, et se retrovuer à fêter son maintien par la plus petite des victoires.
Contre Nice, les joueurs auront une dernière mission : offrir à leurs supporters une victoire, qui serait le dernier cadeau de consolation possible. Aux vues des performance plutôt médiocres à François Coty cette saison, on peut dire que les joueurs leur doivent bien cela. 
Désormais, en coulisses, la future saison se prépare...




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Novembre 2018 - 22:11 Ligue 2 : L'ACA dominé à Grenoble

S.C.B | A.C.A | G.F.C.A | C.A.B | FC Calvi | US Corté | FB Ile Rousse