Corse Net Infos - Pure player corse

L'ACA doit s'en contenter


le Samedi 24 Novembre 2012 à 17:34 | Modifié le Dimanche 25 Novembre 2012 - 18:23


Les Ajacciens sont allés arracher tant bien que mal le nul à Nancy. Punis sans ménagement par Bakar à la dixième minute, les Oursons ont couru après le score, une fois de plus, mais ne rentrent pas bredouilles ce soir-là. Un pénalty de Mutu à quinze minutes de la fin permet à l'ACA de ne pas voir le tableau entièrement noir, même si le Roumain aurait pu faire la décision plusieurs fois dans le match. Un point qui n'arrange rien, et qui a laissé apparaître certains problèmes, notamment en matière de cohésion.


L'ACA doit s'en contenter
Stadiu Marcel Picot
Sabbatu u 24 di Nuvembri di u 2012

ASNL - ACA ( - )

Tempu : Fretu ;  Tarrenu : Sinteticu
Spettatori : Circa 15 000

Scopi : Bakar (9a) pà Nancy ; Mutu (74a p.) pà l'ACA
Avvertimenti : Lotiès, Puygrenier, Sané, André Luiz pà Nancy ; Faty pà l'ACA

ASNL : Ndy Assembé - Sami, Loties, André Luiz (cap), Sané - Muratori, Karaboué, Puygrenier, Grange - Zenke, Bakar
 Add. : Jean Fernandez

ACA : Ochoa - Diawara, Poulard, Medjani , Saad - Faty, Mostefa, Diarra, Belghazouani - Mutu, Eduardo.
Add. : Alex Dupont

Arbitru : M. Thual

U Scontru

Ce sont les Lorrains qui se montrent les premiers. Sur une main peu évidente de Faty, Zenka manque d'un rien d'ouvrir le score sur le coup franc, mais le ballon ne fait que passer devant Ochoa, un peu passif sur le coup (2a). Dans les premiers instants, les Nancéiens ont la balle, et l'ACA laisse venir, défendant de manière compacte. Les Ajacciens réagissent, et on se demande encore comment Mutu n'a pas pu appuyer sa reprise, peut-être surpris de recevoir le ballon que lui adressait Belghazouani (5 à). Une frappe d'Eduardo repoussée par Assembé, et surtout, une nouvelle désillusion pour Mutu, qui rate mollement sa tête. Seul face au goal, le Roumain ne s'applique toujours pas. Et comme punition, Djamel Bakar va assèner un coup de canon. Mine des vingt mètres dans la lucarne, et Nancy passe devant. L'ACA est immédiatement sanctionné et se retrouve mené après dix minutes de jeu chez la lanterne rouge. 
 
Les Oursons vont tenter de réagir, mais les centres de la droite n'arrivent pas, et le côté gauche semble désert. Diarra peine à trouver de la profondeur sur son couloir, peu aidé qu'il est par Saad, dont c'est le grand retour. Côté tactique, le pressing Ajaccien semble moins important que d'habitude. Devant, les Ajacciens semblent hésitants, et ont toutes les difficultés du monde à donner du liant à la construction. Nancy gère bien son avance, et ne se jette en aucun cas. Après un quart d'heure de flottement, l'ACA pense égaliser, mais c'est le poteau d'Assembé qui sauve les locaux, sur un coup-de-pied arrêté de Mutu (37a). L'ancien Florentin aura une seconde chance, mais sa maladresse -chronique- enverra le ballon mourir au pied des panneaux de pub. Les Ajacciens tentent en vain de trouver l'axe, où Eduardo semble totalement noyé. Juste avant la pause, le gardien de l'AS Nancy va offrir l'égalisation sur un plateau en touchant de la main une passe en retrait de son joueur, mais Mutu n'en profite toujours pas. L'arbitre siffle la mi-temps et Dupont a alors toutes les bonnes raisons d'être en colère. 

Le début de seconde mi-temps voit un ACA toujous aussi imprécis devant les cages, à l'image de ce raté face au but d'Eduardo, manquant d'un rien le cadre de la tête. Mutu se montre lui toujours aussi inoffensif et imprécis, manquant de loin le cadre (51a). Le Roumain aura bien plus desservi que servi dans cette rencontre...Les locaux arrivent eux à aligner des passes, mais butent souvent sur la défense Ajaccienne. Malgré l'insistance de Diawara sur la droite, les ballons fusent, et n'arrivent toujours pas. Alex Dupont opère son premier changement, et c'est Eduardo qui cède sa place à Sammaritano, pour passer à un système à cinq milieux. Un nouveau coup-franc de Mutu trouvera la mur, et une tête de Faty le six mètres (69a). 
 Les Lorrains se procurent une opprotunité, mais Ochoa est à la parade. Les acéistes continuent de patauger, mais ont plus souvent le ballon dans les vingt mètres adverses. Sur le contre, Diarra obtient le corner...et Medjani le pénalty!  La main de Grange permet à Mutu de battre Assembé d'une panenka plus qu'osée et à l'ACA d'égaliser! 1-1 à un quart d'heure du terme. Dans la foulée, Belghazouani accélère et trouve Diarra, qui tire de manière trop écrasée (78a). Les Oursons sortent les dents et commencent (enfin!) à developper leur jeu. Coté Nancy, Fernandez joue son va-tout et fait rentrer Alo'o Effoulou. Coté Dupont, on échange Mutu pour Cavalli, ce qui fait que l'ACA devra finir sans attaquant. Le match s'emballe alors. A droite, Sammaritano s'effondre en pénétrant dans la surface, mais l'arbitre ne donna rien, alors que son vis-à-vis semblait lui tirer le maillot. Sur un ballon mal négocié, Sané manque sa tête, Cavalli lance Belghazouani mais Sami reprend le Marocain à la limite (85a). On sent Nancy de moins en moins rassuré, même si les contres restent très dangereux. Les Ajacciens jouent aussi le contre, et Diarra est tout près du deux à un, mais pousse trop son ballon. Un dernier corner obtenu par Nancy donnera un très beau contre pour l'ACA, mais Belghazouani tergiverse beaucoup trop et perd le cuir. L'arbitre sifflera la fin sur ce score. 

L'Aiaccini

En 4-4-2, et avec Felipe Saad titulaire, les Ajacciens retrouvaient un schéma plutôt basique. Mutu et Eduardo à l'animation offensive, avec Belghazouani dans le rôle qu'on lui connait, on était en droit d'attendre plus, surtout face au dernier de L1. Il n'en fut rien. Aussi imprécis dans la passe que dans les choix "simples", les Oursons vont construire de manière très brouillonne, tout au long de la partie. Vraiment pas aidée par un Mutu complètement inoffensif, la formation Ajaccienne va se traîner tout le long du match le même boulet que face à Sochaux. En effet, le Roumain aurait pu, et même du, trouver par deux fois les cages, dès les cinq premières minutes. La réussite l'a fuit tout le long du match, et il toucha même une fois de plus le poteau (son quatrième depuis son arrivée). Heureusement, l'attaquant réussira avec beaucoup d'audace et même d'inconscience une panenka salvatrice, sur le pénalty obtenu par Medjani. Eduardo lui non plus n'a pas brillé, ou en tout cas, il l'a fait par son absence total de poids sur la défense adverse. 

Sur les cotés, Diarra a été moins à son avantage que d'habitude, mais n'a pas démérité, manquant même d'ouvrir la marque. Cela dit, il a été bien trop sevré de ballons pour s'exprimer pleinement. A droite, on a été heureux de retrouver Belghazouani. Ce dernier s'est démené, avec plus ou moins de justesse, mais n'a pas su trouver la faille, malgré une présence de tous les instants. Diawara l'a par ailleurs beaucoup épaulé. Faty et Mostefa ont réalisé un match correct, mais sans plus à la récupération. Eux aussi ont souffert du syndrôme de maladresse qui touche l'ACA depuis quelques rencontres. Enfin, on n'aura rien à reprocher à la charnière centrale, qui a fait une prestation très solide, ni à Felipe Saad. Le Brésilien a eu du mal à rentrer dans le match, mais n'a pas été mis souvent en danger en seconde mi-temps. Enfin, Ochoa a fait son boulot, mais a passé une soirée plutôt tranquille dans l'ensemble, sans claquette ni réflexe salvateur à son actif

Le bilan est le suivant. Les intentions sont bonnes, mais l'ACA continue de perdre en confiance, et surtout en lucidité. A l'inverse du match de Toulouse, les Ajacciens ont eu bien moins d'espaces, même si cette équipe de Nancy était franchement prenable en l'état. Il faudrait plus de mordant dans la construction, et surtout plus d'audace dans les passes et les appels de balle. Sans cela, on voit mal comment les Oursons pourraient jouer un mauvais tour à Saint Etienne vendredi prochain.

L'Avversariu.

Les Nancéiens y ont cru. Jusqu'à ce pénalty transformé d'une main de maître par Mutu, les joueurs de Fernandez filaient vers leur deuxième victoire de la saison. Cependant, il a manqué pas mal de choses pour que le score reste à leur avantage, ou ne soit creuser. Tout d'abord, on a pu constater des joueurs en manque de confiance flagrante. Hésitant, peu imaginatifs et même frileux en défense, les Lorrains auraient même pu s'incliner en fin de rencontre, tant l'égalisation a fait mal. Mais l'adversaire du soir n'était pas aussi en confiance qu'il aurait du l'être et cela a permis d'éviter une nouvelle débandade dans Marcel Picot. Le public a bien signifié son agacement et son mécontentement, et cela n'a fait qu'aggraver l'état d'esprit.
Eux aussi ont évolué avec deux pointes, mais dans une forme plus compacte. Plutôt efficaces en première mi-temps, les joueurs de Nancy ont fait jeu égal avec leur adversaire, et ont livré une bataille engagée. Bon nombre de duels remportés, des débordement, beaucoup de passes osées, mais au final, la lanterne rouge le restera au moins encore une semaine. Ce n'est pas faute d'avoir essayé, mais la défense adverse a montré bien trop de résistance suite au but de Bakar, qui d'ailleurs était de toute beauté. Les grands gabarits du genre de Sami ou de Sané auraient, pour leur part, mérité d'être mieux servis sur les coups-de-pied arrêtés, mais les Lorrains ne se sont pas montrés très productifs dans cet exercice. 

Nancy regrettera une fois de plus ses errerements et surtout son incapacité à faire retomber réellement la pression sur ses buts. Au final, c'est une nouvelle désillusion et un match au goût d'inachevé pour Jean Fernandez. 


U Bilanciu

C'est un match nul mérité pour l'ACA. Les Ajacciens sont allé cherché, et dans un contexte peu évident, un point important pour le moral. Cela dit, la confiance reste en suspend, et on sent quelques petites faiblesses dans le jeu des Ajacciens qui pourraient être liées à cela. Mutu en est l'exemple le plus frappant. Si les qualités techniques et la faculté de placement du Roumain sont bien réelles, ses gestes balle au pied sont de plus en plus imprécis lorsqu'il approche les buts. Encore une fois, Mutu a gâché. Cela dit, il est parvenu a se montrer décisif, alors que d'autres entraîneurs l'auraient déjà fait sortir. Au contrair,e Dupont a fait confiance à son attaquant et a au final eu raison. 
Même si cela constitue le point noir de la soirée, il ne faut pas en faire tout un plat, puisqu'au final, l'ACA a réussi a marquer. Mais là où le bât blesse, c'est que le manque de réalisme et surtout de bon choix s'est une fois de plus fait sentir. De plus, on a constaté que le jeu se ralentissait inexplicablement passé les trente mètres, ce qui a peut-être permis à Nancy de conserver la stabilité défensive qui lui était, ce soir plus que d'autres, indispensable. 
L'ACA ne progresse plus, et c'est bien cela le plus inquiétant. Le début de saison a-t-il été couru en sur-régime? La réponse sera donnée lors du match face à Saint-Etienne, le dauphin, Vendredi à Timizzolu. 

Olivier CASTEL




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Novembre 2018 - 22:11 Ligue 2 : L'ACA dominé à Grenoble

Vendredi 2 Novembre 2018 - 23:10 Derby : Le GFCA « enfourche » l’ACA (1-2)

S.C.B | A.C.A | G.F.C.A | C.A.B | FC Calvi | US Corté | FB Ile Rousse