Corse Net Infos - Pure player corse

EHPAD de Bastia : La CGT dénonce "son manque d’attractivité en raison de sa vétusté"


Rédigé par le Mardi 30 Janvier 2018 à 15:20 | Modifié le Mardi 30 Janvier 2018 - 17:27


"La Corse a une population vieillissante, un fort taux de précarité, des revenus de plus en plus bas, des retraites de misère, ce n’est pas la CGT qui l’invente, ce sont les statistiques connues de tous" : La journée nationale sur la prise en charge des personnes âgées et dépendantes a donné l'occasion à la CGT de l'hôpital de Bastia d'attirer l'attention sur le service EHPAP (Etablissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) et l'USLD (Unité de soins longue durée) du site de Toga


"La CGT  demande "en priorité, et depuis des années, un bâtiment neuf pour accueillir les résidents et situé près du site de Falconaja. C’est aujourd’hui encore plus primordial d’avoir un habitat digne, car les résidents sont chez eux et payent leur hébergement, c’est leur domicile" a souligné Josette Risterucci qui  estime que "C’est aujourd’hui à la collectivité de Corse de répondre à ce besoin sur la prise en charge de la dépendance."


"Actuellement, et nous l’avons régulièrement dénoncé, il est urgent et possible d’apporter des améliorations architecturales, d’agrandir les chambres, d’augmenter le nombre de chambres seules, de créer des salles de bains privatives aux normes, d’installer des climatisations dans le réfectoire, les couloirs, bureaux de soins… etc…
Nous demandons également l’aménagement extérieur, la création d’un espace vert «atelier jardinage », un parcours santé…
Cela a un coût que l’hôpital de Bastia n’a pas à supporter.


"Nous dénonçons le manque d’attractivité de notre structure de par sa vétusté et non de par la qualité des soins, le budget est déficitaire et la convention avec l’ancien département jamais renégociée"
ont martelé  les représentants de la CGT



Des militants de la CGT qui demandent"des chambres seules, une reconnaissance de la prise en charge des patients de géronto-psychiatrie, d’Alzheimer, des maladies neurodégénératives, etc… Nous estimons que ces demandes doivent être prises en compte dans le prochain projet régional de santé.
Nous insistons, il est urgent, au-delà de tous les discours de répondre concrètement aux besoins de nos anciens pour l’EHPAD public de notre hôpital et pour lequel chaque financeur doit assumer sa part.
Nous rappelons que ce sont eux, nos anciens, à qui nous devons la création de la sécurité sociale et les conquis sociaux."



Reste que "les différents votes de projet de loi de financement de la sécurité sociale, la loi d’adaptation au vieillissement, les réformes de ces financements entrainent une baisse de 200 millions d’euros pour le secteur public. La ministre a annoncé 50 millions d’euros pour les EHPAD… une goutte d’eau face à la situation pour déminer l’impact de cette journée d’actions" pour la CGT
"La vraie question est bien celle des moyens financiers, de la place du vieillissement dans les priorités du gouvernement ? "
Et comme la Corse a une population vieillissante, un fort taux de précarité, des revenus de plus en plus bas, des retraites de misère, ce n’est pas la CGT qui l’invente, ce sont les statistiques connues de tous", il est urgent d'agir !
 


Le point de vue de l'ARS de Corse

Suite au préavis de grève national dans les EHPAD et les services de soins à domicile prévue du lundi 29 janvier 20H00 au mercredi matin 8H00, le directeur général de l’ARS de Corse, M Gilles Barsacq, apporte les précisions suivantes :
 
La Corse compte 28 Etablissements d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD), également répartis sur le territoire régional (14 en Corse du sud et 14 en Haute Corse) et 6 services de soins infirmiers à domicile (SSIAD).
Sans préjuger du niveau d’audience qu’obtiendra ce préavis au sein des établissements et services en Corse, et afin de garantir la sécurité des résidents et des personnes prises en charge, l’obligation d’assurer la continuité du service en cas de mobilisation des personnels a été rappelée aux directeurs et responsables de structures ainsi que la possibilité réglementaire de réquisitionner certains personnels.
 
L’ARS de Corse participera au plan national d’accompagnement et de soutien des EHPAD, et ce en conformité avec la politique menée en région depuis 2010.
 
Annoncé par la Ministre des solidarités et de la santé le 26 janvier, ce plan s’élève au total à plus de 162 millions d’euros pour 2018 (hors financement de nouvelles unités Alzheimer).
 
Les ARS disposeront de 52,3 millions d’euros de dotations complémentaires reconduites en 2018, augmentées de 28 millions d’euros spécifiques pour les EHPAD en difficulté et bien entendu de leurs crédits non reconductibles pour apporter un soutien financier aux EHPAD fragiles.
L’ARS de Corse, consciente que les métiers en EHPAD évoluent du fait du vieillissement des résidents et de leur état de dépendance de plus en plus élevé, prend en compte de façon prioritaire les besoins des professionnels :
 
  • participation à la démarche nationale d’amélioration de la qualité de vie au travail qui doit aboutir à des propositions concrètes au printemps 2018.
  • Accompagnement et soutien financier en fonction des besoins identifiés (démarches de formation des professionnels, amélioration des outils de travail pour limiter les situations de souffrance au travail, remplacements de personnel, soutien à l’investissement…)
L’ARS de Corse a toujours travaillé avec les établissements et services afin de garantir les meilleures conditions d’accueil et de prise en charge des résidents et de meilleures conditions de travail pour les personnels.
L’ARS poursuivra les démarches de promotion de la qualité en EHPAD grâce aux outils améliorés au niveau national : la Haute Autorité de Santé est saisie pour établir une proposition d’enquête nationale à destination des résidents, et pour réformer le dispositif d’évaluation des établissements.
Enfin, l’ARS rappelle que la  réforme de la tarification ne conduira pas à réduire les effectifs des EHPAD : pour les établissements et services en difficulté, l’ensemble des leviers existants – financiers, réglementaires- seront mis en œuvre pour les accompagner afin d’offrir une qualité de prise en charge adaptée aux besoins des résidents.




Dans la même rubrique :
< >

Mardi 23 Octobre 2018 - 21:33 Un sexagénaire blessé par balle à Vescovato

Mardi 23 Octobre 2018 - 21:25 Bastia : Kidyoga saison 2 !

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie