Corse Net Infos - Pure player corse

Des restes d’embarcations semés sur des centaines de mètres : Ajaccio panse ses plaies


Rédigé par José Fanchi le Mardi 30 Octobre 2018 à 17:15 | Modifié le Mardi 30 Octobre 2018 - 19:22


La situation s’est nettement améliorée après les heures d’angoisse de la veille. La tempête s’est éloignée de la Corse aussi vite qu’elle est arrivée mais elle a laissé des traces. La situation s’améliore, le vent a faibli et permet désormais d’en tirer les premiers bilans. La Corse-du-Sud est désormais en vigilance jaune pour les pluies inondations, vagues submersions et l'alerte orange mais que de dégâts. La préfète de Corse, le maire de la ville, le président de la CCI et le président du SDIS se sont rendus sur les lieux


(Photo Michel Luccioni)
(Photo Michel Luccioni)
 
Vision cauchemardesque dans le prolongement du port Charles Ornano. Des bateaux littéralement déposés sur le quais ou drossés sur les rochers, d’autres coulés dans la rade, des restes d’embarcations semés sur des centaines de mètres, le boulevard du front de mer à Ajaccio a payé un lourd tribu à l’alerte rouge et ses vents violents qui ont généré de très fortes vagues de secteur sud-ouest. On n’en connait pas encore le bilan, mais d’autres embarcations et non des moindres ont certainement été coulées directement par la tempête. Les pertes semblent très lourdes…
La préfète de région, Mme Josiane Chevalier s’est rendue sur le quai des Torpilleurs mardi matin afin de constater l’ampleur des dégâts causés par la tempête de la veille. Elle a pu se rendre compte sur place de la puissance de cette alerte rouge qui a tout emporté sur son bref passage…


Un no man’s land de détritus
La grande allée du bord de mer ressemblait hier matin à un no man’s land littéralement recouvert de détritus tellement la force de la mer s’est acharnée sur les bateaux ancrés dans la rade. Des bouées, des gilets de sauvetages, des mâts des banquettes et autres matériels propulsés sur des dizaines de mètres. C'est  la première fois que la Corse du Sud a été placée en vigilance rouge et l’on comprend mieux à présent ce que signifie le langage des météorologues lorsqu’il s’agit de mauvais temps. Fort heureusement, le nouveau centre de météo installé en juillet dernier et inauguré il y a quelques jours a permis de lancer les alertes bien avant l’arrivée de cette violente tempête. C’est peut être la raison pour laquelle il n’y a pas de blessés…


Evaluations, réparations, assurances
Il va sans dire que les services de l’Etat s’engagent dès aujourd’hui dans la phase d’évaluation et de réparation, les dégâts provoqués par les vents violents et la saisine directe des assureurs par les sinistrés. Contrairement aux procédures en vigueur pour les autres aléas climatiques, la reconnaissance d’état de catastrophe naturelle n’est pas nécessaire pour la prise en compte des dégâts par les assurances. Les dommages causés par les vents violents (plus de 100 km/h) sont couverts par les contrats d’assurance au titre de la garantie « Tempêtes, Neige et Grêle », dite TNG.
Les contrats d'assurance habitation garantissant les dommages à des biens, couvrent en effet obligatoirement les effets du vent. Les conditions de mise en œuvre de cette garantie varient d'un contrat d'assurance à l'autre : l'assureur peut exclure de la garantie certains bâtiments, éléments de bâtiments ou biens qui ne présenteraient pas une résistance suffisante aux intempéries. Le sinistre doit impérativement être déclaré dans le délai prévu par les assureurs, soit 5 jours après la survenue du sinistre au plus tard. Un bulletin météo spécifique, rédigé par Météo France, doit être joint aux déclarations. Il sera disponible très rapidement sur les sites internet des services de l’Etat (www.corse-du-sud.gouv.fr  ; www.haute-corse.gouv.fr  ; www.corse.gouv.fr ).
 

Comité de suivi des dégâts
Lors de sa visite sur le terrain hier matin, la préfète a souhaité mettre en place un comité de suivi et d’évaluation des dégâts dans les meilleurs délais. Il intègrera les maires et l’ensemble des partenaires concernés :
« Un retour d’expérience sera également organisé pour tirer les enseignements de cet évènement exceptionnel. Il portera sur la gestion de la crise, mais aussi sur les mesures à prendre pour améliorer la prévention et la préparation du territoire face à ces épisodes : réalisations de plans communaux de sauvegarde, prise en compte des risques dans les décisions d’urbanisme. »
 

La route des Sanguinaires aussi
De gros dégâts ont été également signalés sur la route des Sanguinaires, notamment les établissements du bord de mer, hôtels, restaurants et paillotes, ces dernières ayant subi d’énormes dégradations par le vent et la mer en furie. Le maire d’Ajaccio, Laurent Marcangeli, s’est rendu tout au long de la matinée sur la rive Nord de la ville pour apporter son soutien aux propriétaires de ces établissements touchés par la tempête dont certains littéralement submergés. Explications du maire d’Ajaccio :
 
J’ai commencé ma tournée par la route des Sanguinaires où de nombreux établissements ont été touchés par la tempête. J’ai en effet constaté de nombreux dégâts dans les restaurants, des hôtels, on peut aujourd’hui parler de catastrophe et il n’est pas trop de demander  la reconnaissance de catastrophe naturelle sur la ville d’Ajaccio. Fort heureusement il n’y a pas eu de blessés dans les bâtiments agressés par la mer. J’ai vu des gens particulièrement choqués qui n’ont jamais vu une telle tempête depuis des décennies. Je termine ma visite de la route des Sanguinaires puis je me rendrai peu après sur le quai des Torpilleurs où de nombreux dégâts ont également été constatés dans les deux ports de plaisance de la ville. "




A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie