Corse Net Infos - Pure player corse

Capa : Le Projet social présenté par Caroline Corticchiato


Rédigé par José Fanchi le Jeudi 22 Février 2018 à 19:47 | Modifié le Jeudi 22 Février 2018 - 19:57


Le projet social c’est quoi au juste ? « C'est une question légitime, peut-être la plus pertinente » répond Caroline Corticchiato, élue de la mairie et de la CAPA, déléguée au développement social et au CCAS qui assistait jeudi soir au conseil Communautaire. Elle a présenté un volumineux et ambitieux projet social, comme chacun sait au carrefour de toutes les politiques publiques


Capa :  Le Projet social présenté par Caroline Corticchiato
Revenons en arrière pour rappeler que la nouvelle élue et son équipe ont pris la compétence sociale intercommunale et après avoir défini l’intérêt communautaire puis créé l’outil,  il  fallait définir une ligne politique. Ce qui a été fait. Il a ensuite fallu établir un document de cadrage pour porter cette compétence sociale, bien que n’étant pas une obligation. Il faut savoir qu’il existait un diagnostic institutionnel et un autre social, mais comme les Départements qui étaient les chefs de file de l’action sociale n’existent plus   - la CTC prend le relais -  il n’y avait plus aucun lien de proximité. Il fallait en recréer un, ce qui a été fait avec le CIAS.


Le grand oral
S’il est vrai que ce document n’était pas obligatoire, il faut bien reconnaitre que la situation n’était guère reluisante avec un diagnostic relativement inquiétant et une grosse fracture sociale, il était indispensable de créer ce document. Raison pour laquelle il convient de tirer un grand coup de chapeau à Caroline Corticchiato et à sa dynamique équipe qui ont assumé leurs responsabilités. Ils ont présenté une sorte de feuille de route qui s’articule autour de plusieurs  grands axes avec la présentation du diagnostic du Pays Ajaccien et l’analyse du territoire vu par les élus et acteurs de terrain. Elle explique :
« Le projet social intercommunal pour la période 2018-2020 est le fruit d’une volonté politique qui s’appuie sur :
  • Le nouveau  contexte institutionnel, modifié en profondeur : la nouvelle Collectivité de Corse
  • Le diagnostic social partagé : d’une part le CCAS a réalisé  l’analyse des besoins sociaux et d’autre part, un diagnostic a été réalisé auprès des élus afin de définir leurs ressentis, leurs difficultés, les besoins et attentes des maires et élus du territoire.  Ces éléments de contexte ont mis en évidence des lignes de fractures sociales
 
L’élue a rappelé notamment : « Pendant près de deux ans, nous avons mené avec l’ensemble des personnels (ccas, ville, capa) un travail sérieux et pensé à l’échelle intercommunale. Il a fallu réaliser un diagnostic préalable de la situation sociale sur le territoire y compris une ABS (qui est une interprétation à partir de tableaux et de graphiques). Mais également, il a fallu examiner l'organisation des services (forces en présence), des rapports institutionnels, des réglementations... Au prisme de ces analyses nous avons compris qu'il fallait changer de braquet, réexaminer le périmètre et le contenu de la politique de l’action sociale qui était une absolue nécessité. C’est une volonté politique d’assumer nos responsabilités. Fort de ces étapes, nous avons pu réaliser un diagnostic de territoire afin de mettre des mots sur les ressentis des élus, avec un appui, un accompagnement essentiel  de Mairie Conseil qui a une expérience forte en la matière... »


Une politique sociale efficace
Rappelons que le  16 novembre dernier, par volonté politique, la CAPA avait pris la compétence sociale intercommunale. L'intérêt communautaire, base de la nouvelle compétence, était de travailler par conséquent sur la création de l'outil, le CIAS au 1er janvier 2018, et enfin sur l’élaboration du projet social intercommunal, premier du genre sur le territoire qui a été approuvé hier soir :
« Notre volonté est désormais de faire de la CAPA  un pivot de l'action du territoire en matière de politique sociale pour toujours plus d'efficacité. Sur ce territoire, des enjeux et problématiques sont prégnantes. On le sait bien, la précarité et le vieillissement de la population sont plus que jamais de vrais sujets. Pour répondre à ces enjeux, le projet social sera notre feuille de route jusqu'à la fin de la mandature.  Ce projet qui fait une place significative à la prévention, a été concerté avec les élus et les partenaires institutionnels, associatifs, partenaires acteurs locaux en proximité avec les populations pour promouvoir une gouvernance éclairée de l'action sociale. Nous savons que nous abordons une période difficile, celle du changement, celui d’une nouvelle gouvernance institutionnelle, des pratiques professionnelles. Le changement est toujours fait de tumultes, de discontinuité, mais reconnaissons que nous avons su anticiper et avons réalisé un travaillé sérieux, pondéré et réfléchi… »


Les axes et enjeux essentiels
Il faut croire que la démarche entreprise depuis deux ans s'inscrit finalement dans une réforme de la gouvernance de la politique sociale territoriale. Le projet social fixe quatre enjeux et axes: la jeunesse, les séniors, la précarité qui est transversale car elle concerne toutes les souches et la gouvernance.
  • La précarité est-il besoin que j’en rajoute sur les constats que tous les responsables des politiques publiques, acteurs associatifs, institutionnels font ?
  • La jeunesse parce que nous disposons d’indices sur le niveau de scolarisation, sur les difficultés d’insertion qu’elle rencontre.
  • Les seniors,  parce que nous savons que notre territoire est vieillissant, il faut aider au maintien à l'autonomie et la lutte contre l'isolement. Les chiffres parlent d'eux même...
 
Trois enjeux majeurs  de société: la jeunesse, le vieillissement de la population et la précarité
  • La jeunesse présente une grande fragilité avec notamment avec une inégalité face à la réussite scolaire, professionnelle, familiale impactant l'épanouissement, le bien être, la santé
  • Le vieillissement de la population pose la question de l’adaptation du territoire (logement, accès aux services d’aides et loisirs, mobilité)
  • La précarité et la pauvreté sont des enjeux transversaux. Qu'elles soient financière, sociale, amoindrissement des solidarités, affaiblissement des liens intergénérationnels, des ruptures familiales ou professionnelles …Elle concerne toutes les catégories d'âge. la vie n'a jamais été un long fleuve tranquille. Elle ne l'est pas devenue ...
Avec l’Assemblée de Corse
Comme chacun sait, depuis le 1er janvier 2018, la Collectivité de Corse s’est vue transférer la compétence d’action sociale du Département. À ce titre, elle sera ce qu'étaient les départements chef de file de l'action sociale. La CAPA sait gérer l’action sociale de proximité, elle a les compétences et les savoirs faire. Elle est prête. Elle dispose de l’outil (CIAS), d’une stratégie, d’un diagnostic...Toutefois, la CAPA ne pourra pas faire seule. Pour répondre aux enjeux du territoire, la CAPA a besoin d’une feuille de route des investissements de la région qui dépassent le territoire communautaire. L’échelon régional devra s’accorder avec la CAPA sur les priorités.
La CAPA avec son outil, le CIAS, va continuer à faire de l’action sociale au plus près des habitants. La Collectivité ne pourra pas tout faire ; elle devra s'associer aux énergies de ceux qui participent à la solidarité .L’enjeu majeur du projet de développement social intercommunal est de doter la CAPA d’une gouvernance sociale qui sera de facto, sur son territoire, l’interlocuteur obligé de la nouvelle Collectivité de Corse en matière d’action sociale de proximité.


« On pourrait penser qu'il n'y aura rien de nouveau, que l'organisation territoriale sera calquée sur l'organisation Départementale... Pour ma part je n'y crois pas un instant, car au demeurant, les deux départements insulaires n'ont pas les mêmes modes d'organisation et qu'il y aura donc une cohérence d'ensemble à trouver » précise Caroline Corticchiato.


Elle rappelle également que le nouveau chef de file de l’action sociale devra co-construire la politique régionale avec l’ensemble des collectivités qui disposent de compétences sociales à savoir la commune et l’intercommunalité. À ce jour, la CAPA par son nouvel outil le CIAS,  s'est donc inscrite comme un partenaire incontournable dans ce paysage institutionnel. Elle ajoute en substance :
« Le paysage institutionnel se redessinant, je reste convaincue que les intercommunalités doivent monter en compétence sociale. La politique sociale telle que nous la concevons, ne peut se limiter à une logique de guichet, de dispositifs, mais un projet social d'ensemble. C'est pour cela que nous accordons une grande importance à la coopération fonctionnelle, aux réseaux d’accueil et de traitement autour d'un aiguilleur ....Pour conclure le projet social  est éminemment compatible avec le décloisonnement des politiques, c'est à dire que la politique sociale doit irriguer l'ensemble des politiques publiques comme celles-ci nourrissent les solidarités. La mise en œuvre et la réussite du projet social nécessite l’implication de tous. Le projet social et le CIAS ne sont pas une fin en soi mais les fondations essentielles d’une maison à bâtir d’ici à 10 ans. »
J. F.

Capa :  Le Projet social présenté par Caroline Corticchiato





Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie