Corse Net Infos - Pure player corse

Bastia : Une exposition "Au-delà des apparences" à la bibliothèque centrale


Rédigé par Odile Auracauria le Vendredi 23 Janvier 2015 à 23:54 | Modifié le Samedi 24 Janvier 2015 - 00:23


Depuis quelques jours et jusqu'au 7 février 2015, 5 oeuvres de la collection d'art contemporain constituée par le FRAC Corse sont exposées dans le secteur jeunesse au premier étage de la Bibliothèque Municipale. Cette opération poursuit un partenariat initié entre la ville de Bastia et l'institution sise à Corte.


Oeuvres de Max Möhr "Petra" et Pastorello (Giovanni Manunta) "Senza titolo" - Collection FRAC Corse
Oeuvres de Max Möhr "Petra" et Pastorello (Giovanni Manunta) "Senza titolo" - Collection FRAC Corse
C'est la seconde année qu'il y a ainsi un partenariat entre Anne Alessandri (Directrice du FRAC Corse) et Isabelle Jobin (Bibliothécaire de la section jeunesse). La bibliothèque souhaitait inaugurer l'année 2015 en proposant une démarche artistique et le FRAC a souhaité mettre généreusement à disposition du public des oeuvres d'art pour guider le visiteur sur le chemin des émotions.Le titre de l'exposition "Au-delà des apparences" invite à regarder les oeuvres avec attention tout en ne freinant pas une approche intuitive. Ces différentes oeuvres expriment plus qu'elles ne représentent par leur présence et leur matérialité.Les 5 artistes dont les oeuvres sont présentées n'en restent pas à une perception en surface de la réalité. Leurs oeuvres sont vives.Arnaud Ceglarski, intervenant du FRAC anime des ateliers à partir de ces oeuvres, avec des classes ou tout public. Cette visite s'effectue en deux temps :  
- un libre échange autour des oeuvres avec des enfants de tous âges (maternelle dès la première section) et aussi des adolescents, lycéens qui sont inscrits en section d'arts plastiques.  
- atelier d'exploration graphique, où chaque participant effectue des dessins avec ses deux mains.  

Les artistes exposés et leurs oeuvres

Oeuvre d'Annette Messager "Les gants grimaces", détail - Collection FRAC Corse
Oeuvre d'Annette Messager "Les gants grimaces", détail - Collection FRAC Corse

ANNETTE MESSAGER : "Les gants grimaces" (1999)

Photographies, 7 gants, crayons de couleur, corde - Dimensions 225 x 120 cm.

Née à Berck en 1943, Annette Messager vit et travaille à Malakoff. Elle a été lauréate du Lion d'Or de la 5ème biennale de Venise en 2005. Depuis les années 1960 l'artiste impose une oeuvre singulière sur la scène artistique internationale. Son univers se rattache souvent à l'enfance, mais entraine le spectateur dans des visions cauchemardesques où il est question du corps, de la monstruosité, de chimères malfaisantes. Son oeuvre mêle réalité du quotidien et fiction fantastique. Ses réalisations se caractérisent par l'emploi de matériaux pauvres et d'objets familiers porteurs d'histoires. "Les gants grimaces" dont elle a bourré les doigts après y avoir introduit des crayons simulant des griffes, renvoient aux terreurs enfantines et sont accrochés au mur tel des trophées de chasse.

 

 

MAX MOHR : "Petra" (2000)

Bois, matériel orthopédique, métal - Dimensions 150 x 100 x 70 cm.

Né à Francfort en 1963, Max Möhr vit et travaille à Cologne. L'artiste réalise des sculptures aux formes organiques, aux volumes troublants entre végétaux et organiques. Ces objets tiennent autant de la prothèse que de la sculpture ou de l'accessoire, et se situent à la frontière du monde chirurgical, de la science-fiction, de l'univers des jeux vidéo et de l'anomalie organique. Les matières sont à la fois attirantes et embarrassantes, elles suscitent une réelle séduction chez l'individu tout en créant un malaise. Max Möhr articule son travail autour du thème du corps, des fantasmes et tabous qu'il suscite. Les pouvoirs d'évocations de ses sculptures placent le spectateur en position de voyeur.

 

 

FLEUR NOGUERA : "Smoke" (2008)

Vidéo

Née à Belfort en 1972, Fleur Noguera vit et travaille à Barcelone. Les dessins que Fleur Noguerra produit depuis quelques années trouvent leurs origines dans des images existantes, préalablement sélectionnées sur internet. L'artiste réalise au trait de crayon et de graphite ou encre de Chine des oeuvres sur papier et des walldrawings dont les sujets sont principalement des paysages. Elle diversifie les supports, en utilisant le papier, mais aussi le film ou la vidéo. "Smoke" est un film d'animation qui suit l'évolution d'un nuage à travers l'atmosphère : il y rencontre d'autres sortes d'émanations (pollution, fumées d'incendie, de cigarettes) et des turbulences atmosphériques qui le transforment.

 

 

FLORENCE PARADEIS : "Miroir" (juillet 2008)

Tirage numérique sur papier argentique, issu de la vidéo "Till The End" contrecollé sur aluminium. Encadrement ramin et plexiglas 74,6 x 52,7 x 3 cm.

Née à Antony en 1964, Florence Paradeis vit et travaille à Paris. Pour l'artiste, la photographie correspond à une réflexion visuelle; des images qui appartiennent à la mémoire sont réveillées. Elle compose ses photographies avec une grande précision pour restituer un sentiment de déjà vu, de déjà vécu.

Ici, le miroir posé dans l'herbe reflète ce que nous interprétons comme le ciel, la verdure, parce que nous le savons, mais il ouvre aussi l'image en profondeur. Le miroir est l'un des attributs de Till l'Espiègle, personnage bouffon de la littérature de Basse-Saxe. Till l'Espiègle a inspiré à Florence Paradeis la vidéo "Till The End" où le jeune héros allongé dans l'herbe évoque "Le Dormeur du Val" d'Arthur Rimbaud. La photographie "Miroir" a été prise lors du tournage du film vidéo.

 

 

PASTORELLO (GIOVANNI MANUNTA) : "Senza titolo"

Série de 7 dessins, feutres sur papier 29,5 x 21,5 cm (chaque dessin)

Né à Sassari en 1967, Pastorello vit et travaille à Sassari et à Rome.

Les adolescents de Pastorello sont inquiétants, coléreux, agressifs, révoltés, mais aussi candides et doux dans leurs contours. Ils abordent la vie, conscients de leur pouvoir, avec insolence, une fraîcheur intacte et une exaspération violente. Cette formidable énergie, lourde à porter, perdra de sa force, dès qu'elle choisira son expression et son combat parce que rien ne peut être à la hauteur de ce potentiel. Ils s'en doutent. C'est pour cela que, les mains dans les poches, ils ne font rien. Par un trait vif, Pastorello fixe, les yeux dans les yeux, ces enfants anges et monstres.

 

A noter que des ateliers publics seront proposés les 24 et 31 janvier de 10 heures à 12 heures.

 

Le 31 janvier au matin, également, une démonstration de calligraphie latine sera effectuée par Anne Pinsard. Par la suite cette animatrice interviendra une fois par mois.

Les ateliers sont gratuits.






Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 18 Novembre 2018 - 10:19 Miomu : Une voiture quitte la route de la corniche

Livres | Musique | Evènements | Lingua corsa | Cuisine