Corse Net Infos - Pure player corse

Bastia : "La porte du non-retour" à la Fabrique de Théâtre


Rédigé par le Lundi 21 Avril 2014 à 23:54 | Modifié le Mardi 22 Avril 2014 - 01:07


Après le festival Transamériques (Montréal), le Festival d'Avignon 2013, la Biennale des écritures du réel à Marseille (…), l'exposition La Porte du Non-Retour est à la Fabrique de Théâtre !


Bastia : "La porte du non-retour" à la Fabrique de Théâtre

Avec son théâtre pour l'oreille, Philippe Ducros il nous invite à une vision macroscopique, sensible et critique, d'une réalité parfois complaisamment occultée.

La porte du non-retour est le nom d’un monument que l’on retrouve en plusieurs endroits d’Afrique de l’Ouest, en mémoire des millions d’esclaves déportés vers l’Amérique. Emblème de l’exil, la porte signifie l’adieu définitif à la terre natale.

Une salle noire. Quarante-neuf photos. Un audioguide. 

Devant nos yeux, les clichés que le Québécois Philippe Ducros a réalisés en Afrique, auprès de populations déplacées pour cause de guerre et de misère. Entre nos oreilles, le récit de sa propre migration, plus intime, de sa transformation au contact de l’horreur mais aussi de la beauté côtoyées dans les camps. De ces voyages, le narrateur comprend que jamais il ne pourra revenir tout à fait. Sa soif de justice s’y retrouve, intacte. 

Entre images et théâtre, un saisissant voyage au cœur des exodes d’hier et d’aujourd’hui.

Voyageur solitaire, le spectateur surprend des réflexions, parfois enragées, parfois engagées, toujours poétiques, chuchotées dans son oreille ; il déambule dans les méandres d'un monologue intérieur, traverse l'histoire coloniale moderne et le récit intime d'un voyageur. La voix de la compagne de l’auteur, restée à Montréal, entre en écho avec l'expérience grave et solitaire du personnage alter ego de Philippe Ducros. Commence alors un périple au cœur du continent africain. Celui des négriers, des réfugiés, des exodes urbains, des déplacés des guerres et de la misère.

Le spectateur devient migrant, fait face au monde et à ses marges, perçoit la vie qui bat, ailleurs. 

Un parcours initiatique entre la photo et le récit sur la part en nous qui se métamorphose au contact de ces migrations et de ceux qui les suivent. Sur l’écart qui grandit entre nous et le monde quand on fait face à ses marges, quand on écoute ceux qui y vivent. Sur les fragments que l’on laisse aux quatre coins de la terre.

 

Jusqu'au au 30 avril 2014 / de 14 à 20h / Fabrique de Théâtre , 2 rue ND de Lourdes, Bastia 
Tarif exceptionnel : 8 € / 5 € / 3 € // Passcultura acceptés/ réservations : 04 95 39 01 65





Dans la même rubrique :
< >

Livres | Musique | Evènements | Lingua corsa | Cuisine




Derniers tweets
Corse Net Infos : #Corse @IsulaCorsica #téléphonie Hyacinthe Vanni : "Il faut régler une fois pour toutes les défaillances du #réseau… https://t.co/4EERsV5cBt
Jeudi 20 Septembre - 21:12
Corse Net Infos : #Corse @JeanGuyTalamoni : « Il faut passer d’un #statut #fiscal qui soutient la #spéculation à un statut fiscal qui… https://t.co/2NfuH5ql6I
Jeudi 20 Septembre - 19:00
Corse Net Infos : Jean-Guy Talamoni : « Il faut passer d’un statut fiscal qui soutient la spéculation à un statut fiscal qui soutient… https://t.co/rIKeShXO9Q
Jeudi 20 Septembre - 19:00
Corse Net Infos : L'Autorité de la concurrence sanctionne l'entreprise Sanicorse https://t.co/rylOxrsPmv https://t.co/Os6nipFW7w
Jeudi 20 Septembre - 18:49



Newsletter






Galerie