Corse Net Infos - Pure player corse

Bastia : La "Terre de Crète" s'expose au centre culturel Una Volta


Rédigé par Odile de Petriconi le Lundi 23 Novembre 2015 à 17:37 | Modifié le Lundi 23 Novembre 2015 - 17:51


Maddalena Rodriguez-Antoniotti, en partenariat avec le Centre Méditerranéen de la Photographie, exposera, au Centre Culturel Una Volta, jusqu'au 22 décembre.


Marcel Fortini, directeur du centre méditerranéen de la photographie, en compagnie de l'artiste Maddalena Rodriguez-Antoniotti
Marcel Fortini, directeur du centre méditerranéen de la photographie, en compagnie de l'artiste Maddalena Rodriguez-Antoniotti
Le travail photographique "Terre de Crète", réalisé en 2014, est le fruit d'une résidence de création soutenue par la Collectivité Territoriale de Corse. Il est complété, ou plutôt précédé, dans les locaux du Centre Culturel, par des photographies extraites de la série "Corse, Eloge de la Ruralité" (2008-2010).
Maddalena Rodriguez-Antoniotti a pris le parti de tourner le dos aux images « de rêve » du marketing touristique pour donner à voir la Corse puis la Crète dans l’ordinaire du paysage.
Le visiteur pourra constater en découvrant ces deux séries de photographies, combien la Crète et la Corse sont des îles jumelles, tant par le relief, que par les paysages, la végétation...
Le vernissage de cette très belle exposition a eu lieu jeudi soir en présence de Mattea Lacave, Adjointe à la Culture.

Maddalena Rodriguez-Antoniotti, en quelques mots 
 Historienne de formation, Maddalena Rodriguez-Antoniotti poursuit toutes ses études à Paris (notamment au Centre d’histoire du syndicalisme devenu par la suite Centre d’histoire sociale du XXème siècle) avant d’enseigner dans divers lycées de la région parisienne. Elle choisit ensuite de venir vivre en Corse, terre natale de ses parents. C’est alors qu’elle abandonne l’enseignement pour devenir peintre et ses variations abstraites sur de très vieux papiers l’amènent progressivement à « tricoter » les alphabets de la Méditerranée. Elle expérimente par la suite la photographie (argentique). Après un premier travail attaché au livre et au papier (qui a pris sa place dans les archives de la B.N.F.), elle a mené une recherche sur La Corse et la mer dont une partie (C’est ça la beauté d’un port…) sera visible au Musée de Bastia en 2017. La Collectivité Territoriale de Corse lui décerne en 2008 le Grand Prix des arts plastiques (en photographie).  De nombreux lieux accueillent ses œuvres, tant en France qu’à l’étranger.

Parallèlement à cet itinéraire personnel, elle initie et dirige, de 1991 à 1998, à Oletta, la manifestation d’art contemporain « Le Parcours du Regard ». Une manifestation qui accueille de grandes figures de la scène artistique hexagonale et internationale et dont la réputation franchit très vite les frontières de l’île.

 Outre la publication de textes dans des catalogues d’artistes et d’articles dans des revues spécialisées, elle est l’auteure de : Comme un besoin d’utopie (Albiana, 2005), de Bleu Conrad (Albiana, 2007) et de Corse, éloge de la ruralité (Images en Manœuvres Editions, 2010). Bleu Conrad a été adapté au théâtre et à la télévision.

A paraître (1er trimestre 2016)  : Terre de Crète chez Diaphane Editions. Photographies Maddalena Rodriguez-Antoniotti / préface Allain Glykos.

"Région de Sartène, près de Serragia/Rughjone di Sartè, Vicinu à Serraja", Corse 2010 - Maddalena Rodriguez-Antioniotti
"Région de Sartène, près de Serragia/Rughjone di Sartè, Vicinu à Serraja", Corse 2010 - Maddalena Rodriguez-Antioniotti
Corse éloge de la ruralité (2008-2010)
10 photographies couleur extraites de la série en comprenant 26. Epreuves gélatino-argentiques ; tirages argentiques.Format 20 x 20 cm sous passe-partout 40 x 50 cm. Exposition dans la première salle du centre Culturel.

Le choix des photographies qui composent ce travail s’est fait à partir de la notion du « point de vue » adopté par l’auteure et de son approche du paysage rural corse dans l’esprit de la photographie du XIXe siècle. Ici, pas d’images anecdotiques mais des photographies minutieuses et précises qui invitent le spectateur à se recueillir devant ces paysages intimes en lui attribuant le rôle d’un archéologue à la recherche du moindre indice prouvant la relation de l’homme à la terre. « Corse, éloge de la ruralité » est publié chez Images en Manœuvres Editions, 2010.

Terre de Crète (2014)
Ensemble de 25 photographies couleur, épreuves gélatino-argentiques, tirages numériques. Format 20 x 20 cm sous passe-partout 40 x 50 cm. Exposition dans la seconde salle du centre culturel.
(Exposition inédite produite par le Centre Méditerranéen de la Photographie - 2015)


Maddalena Rodriguez-Antoniotti présente ainsi son exposition :
"La Crète et moi, vous savez… À l’évidence, l’homme façonne le paysage et le paysage façonne l’homme. Mais si on ouvrait les gens quels paysages y verrait-on ? Dès lors, de quel paysage parle-t-on ? Et que désigne-t-on aujourd’hui en parlant de « la Corse » ou de "la Crète"? (...)
 J’ai (...) décidé de témoigner de lieux déconsidérés comme s’ils nous faisaient pénétrer dans le territoire par la porte de service, de ces « arrière-pays » tenus et entretenus de main d’homme depuis la nuit des temps et dont on oublie trop volontiers qu’ils font qu’un pays est un pays.
Si les choses ne prennent sens que mises en relation les unes aux autres, faisant suite au regard porté sur la Corse, qu’en était-il donc en Crète, cette autre île du mare nostrum, cette autre montagne dans la mer où longtemps le paysage a davantage (comme en Corse) senti la sueur que l’embrun ? Qu’en était-il d’un territoire grosso modo de même taille que  notre île (mais néanmoins deux fois plus peuplé) où, comme chez nous, des forces qui n’ont rien de divines s’affrontent, brutalisant dangereusement l’espace commun jusqu’à imposer un ravageur déménagement du territoire ?
(...)
 Mais en Crète (comme en Corse et comme ailleurs), sous l’apparence prodigieusement paisible d’un verger, d’une prairie, d’un versant de montagne, flotte comme une menace. Une tragédie. En parlant de la Terre, Odysseus Elytis rappelle que « personne n’a le pouvoir de ruiner celle qui lui fut donnée ». Pourtant, otage du mouvement hégémonique du capital (accéléré par l’économie-monde), la terre nourricière, la terre, espace de notre être, tourne en souricière. Un parti pris du paysage (sans passéisme aucun) signifie, dès lors, ne pas couper l’homme de l’univers, ne pas couper l’homme de l’humain."



Cette résidence en Crète a aussi donné naissance à un très beau livre "Terre de Crète", en édition bilingue - français-grec, illustré de 32 photographies couleur de Maddalena Rodriguez-Antoniotti et complété par un texte d'Allain Glykos.
Une offre de souscription est lancée pour l'acquisition de cet ouvrage, jusqu'au 1er février 2016, au tarif préférentiel de 18€ (au lieu de 22€).
Cette souscription peut-être effectuée en ligne. www.diaphane-editions.com
info@diaphane.org


Commissaire d’exposition : Centre Méditerranéen de la Photographie. Association régie par la loi de 1901, conventionnée avec la Collectivité Territoriale de Corse.- Marcel Fortini, Directeur- Valérie Rouyer, chargée de mission en pédagogie et responsable des expositions. Tél. : +33(0)4 95 31 56 0809 77 74 23 65 info@cmp-corsica.com - http://www.cmp-corsica.com




Livres | Musique | Evènements | Lingua corsa | Cuisine