Corse Net Infos - Pure player corse

Au lendemain de la tempête Adrian : Plusieurs sites fragilisés à Ajaccio


Rédigé par José Fanchi le Mercredi 31 Octobre 2018 à 16:43 | Modifié le Mercredi 31 Octobre 2018 - 22:31


La ville d’Ajaccio a payé un lourd tribut à la tempête Adrian. Ports, rivages, restaurants, hôtels, paillotes, voire habitations les pieds dans l’eau, bâtiments publics, les dégâts matériels sont en effet importants sur le littoral et le bilan est loin d’être terminé. On se rend compte en y regardant de plus près que dans différents quartiers, les arbres ont plié sous les rafales de vent à 120 km/h et des branches sont tombées au sol, provoquant même de gros dégâts


Le le mur de soutènement semble avoir souffert de la force des vagues. (Photos Michel Luccioni)
Le le mur de soutènement semble avoir souffert de la force des vagues. (Photos Michel Luccioni)
D’Aspretto à la Parata, dans les résidences privées, sur le bord de mer voire à l’intérieur des terres, il faut encore beaucoup de patience et de travail pour venir à bout de tous les secteurs touchés par les intempéries. Les différentes collectivités s’y emploient et il faut bien entendu s’armer de patience pour retrouver une situation à peu près normale.
Le bord de mer a été particulièrement touché comme on a pu le voir à travers nos photos dans nos éditions de Corse Net Infos. Il est certain que le passage d’Adrian dans la cité Impériale a laissé des traces. Il pourrait même avoir fragilisé certains endroits stratégiques de la ville, notamment sur le bord de mer, où certains dégâts sont effectivement importants. Il faut savoir qu’absolument aucune zone n’a été épargnée, jusque dans les moindres recoins.


Lorsque les éléments se déchaînent…
Nous avons évoqué dans notre journal la visite du maire et de ses adjoints sur différents sites de la route des Sanguinaires, celle de la préfète le long du quai des Torpilleurs jusqu’à Aspretto, où la tempête a frappé avec une violence extrême, ne laissant que ruines sur son passage. Raison pour laquelle la mairie d’Ajaccio est en train de mettre en place une cellule de coordination pour réfléchir sur l’étendue des dégâts et les mesures d’accompagnement qui vont avec. Ceci afin que l’état de catastrophe soit arrêté le plus rapidement possible, notamment pour les propriétaires d’établissements qui continuent de travailler.


Expertise du mur de la citadelle
Travail de coordination donc pour ces établissements mais aussi travail d’experts pour les sites les plus touchés de la ville, comme par exemple le secteur du front de mer autour de la citadelle dans sa partie plage, là où le mur de soutènement semble avoir souffert de la force des vagues. L’un des escaliers accrochés au mur a été sérieusement attaqué et plus encore le mur, qui présente une détérioration assez sensible. Cela a d’ailleurs nécessité la fermeture de la boucle reliant le port. Des experts étaient sur place mercredi matin pour déterminer les dommages causés et les éventuelles interventions possibles sur les parties fragilisées. Nous en saurons plus mardi prochain, à l’occasion de la réunion organisée par la mairie en présence de la préfète de Corse et des commerçants sinistrés.
Sans entrer dans le détail, un certain nombre d’endroits fragilisés ont été relevés par les experts et la mairie devra sans doute déployer certains dispositifs pour remettre un peu d’ordre dans les secteurs les plus touchés. Les résultats ne devraient plus tarder.


Revoir certaines autorisations ?
En ce qui concerne l’évaluation des dégâts, rien n’a été arrêté  à ce jour mais l’on devrait en savoir plus au fil des jours et des enquêtes qui sont menées tambour battant. Une fois les éléments rassemblés, on pourra alors chiffrer les dégâts.
Une chose est sûre, quels que soient les éléments climatiques qui frappent les villes, notamment  leur partie littorale, ils deviennent de plus en plus fréquents et violents. De fait, il ne faudra plus s’étonner de voir la couleur rouge sur les bulletins météo, même s’ils sont annoncés avant. Ce qui revient à dire que certaines catastrophes pourront être évitées, surtout si l’on prend des dispositions en matière de sécurité. Dès lors, il faudra également revoir certaines autorisations sur le bord de mer…
J. F.




A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie